chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Narrow Head - 12th House Rock

Chronique

Narrow Head 12th House Rock
Formé à Dallas en 2013 par trois gamins d’à peine vingt ans, Narrow Head concentre à peu de chose près tout ce qui m’a toujours attiré dans le Rock alternatif des années 90 (de ces groupes de Grunge dont je vous rabâche les oreilles régulièrement jusqu'aux premiers méfaits de Far, Deftones, Quicksand ou Helmet qui ont eux aussi laissé à leur manière une marque indélébile sur ma petite personne). Auteur d’un premier album paru en 2016 (l’excellent Satisfaction sur lequel je vous invite à ne pas faire l’impasse), le groupe désormais installé à Houston à sorti fin août sous la bannière de Run For Cover Records et du tristement célèbre et aujourd'hui défunt Holy Roar Records un deuxième album intitulé 12th House Rock. Un disque qui ne devrait pas manquer de faire vibrer la corde sensible de tous ces vieux nostalgiques qui ont grandi au son de ces groupes ayant fait l’âge d’or de MTV.

Produit par un certain Ryan Chavez qui s’est tellement impliqué dans l’enregistrement de ce disque qu’il a fini par intégrer officiellement les rangs de la formation au poste de bassiste, une position jusque-là occupée à tour de rôle par Jacob Duarte (chant, guitare), William Menjivar (guitare) et Carson Wilcox (batterie), 12th House Rock jouit d’une production particulièrement adaptée à ses ambitions (ces guitare épaisses et abrasives, cette basse saturée archi-présente, cette batterie au naturelle qui claque juste comme il faut) puisque celle-ci s’inscrit dans la continuité de ces œuvres majeures et incontournables ayant marqué les années 90 (Siamese Dream en tête). On ne s’attardera donc pas trop sur la question de l’originalité même si pour le coup, Narrow Head ne manque absolument pas de personnalité.

En effet, les Texans ont beau puiser leur inspiration chez un certain nombre de formations aujourd'hui emblématiques (de My Bloody Valentine à Helmet en passant par The Smashing Pumpkins, Failure, Nirvana ou Deftones), ils réussissent pourtant le tour de force de ne jamais sonner comme une vulgaire copie de bas étage, insufflant ainsi à leur formule quelque chose de tout à fait personnel et distinctif. Entre cette capacité à naviguer entre Grunge, Post-Hardcore, Shoegaze, Noise et Indie Rock tout en conservant entre chaque morceau une réelle homogénéité, cette énergie plus ou moins sous-jacente héritée de la scène Hardcore, cette production bien sentie et pleine d’aspérités (ça grésille, ça sature et ça bavouille...) au service de guitares lourdes et abrasives mais également plus aériennes par moment où bien plus simplement ce chant nasillard, nonchalant et marmonné (flagrant sur "Stuttering Stanley") qui va insuffler dès les premières minutes une couleur bien particulière à ces treize nouvelles compositions, difficile de ne pas trouver un charme fou à la musique de Narrow Head.
Une identité affirmée en dépit de références pour le moins évidentes. De ces solos, leads et autres arrangements mélodiques semblant tout droit sortis de Siamese Dream ("Yer’ Song" à 2:44, "Nodding Off" à 3:29 et 4:33, "Night Tryst" à 0:15, 1:07 et 3:15, "Bulma" à 2:10, "Evangeline Dream" à 3:58) à cet interlude acoustique qui aurait quant à lui tout à fait pu trouver sa place sur Pisces Iscariot (ce très chouette "Wastrel") en passant évidemment par ces titres plus agressifs qui puent à plein nez le Helmet de la période Betty et Aftertaste ("Hard To Swallow", "Crankcase", "Emmadazey" et ce passage dissonant entamé à 2:25) sans oublier ces moments plus aériens tout en murs de guitares et voix vaporeuses qui devraient rappeler de bons souvenirs aux amateurs de Shoegaze britannique (le très bon et trop court "12th House", les excellents "Nodding Off", "Emmadazey", "Delano Door" et "Evangeline Dream"), tout chez Narrow Head porte le sceau de ce Rock alternatif des années 90. Certes, le quarantenaire qui, comme moi, a grandit au son de tous ces groupes ne sera certainement pas dépaysé ici mais c’est bien évidemment tout ce qui fait l’intérêt de ce jeune groupe américain qui à sa manière à su s’approprier l’ensemble de ces codes pour un résultat à la fois dynamique, personnel et bien plus varié qu’il n’y paraît.

Cette résurgence autour du Grunge et plus généralement du Rock alternatif des années 90 n’est pas nouvelle et nombreux sont les groupes plus ou moins récents à s’être engouffrés dans la brèche. Pourtant, à l’exception d’une petite poignée, rares sont ceux qui arrivent à proposer quelque chose d’à la fois rafraîchissant et pourtant ancré dans le respect d’une certaine tradition. Trop Pop, pas assez énervé et bien souvent inoffensifs, beaucoup de ces formations passent à côté de l’essentiel. Ce n’est toutefois pas le cas de Narrow Head dont les atouts ne manquent pas : de la lourdeur de ces riffs à ce sens aigu de la mélodie en passant par cette rage plus ou moins sous-jacente sans oublier bien entendu ces angoisses, ces craintes et ces obsessions évoquées à travers des paroles qui vont ainsi assombrir l’atmosphère ou en tout cas nourrir quelque chose de pesant, ce 12th House Rock est un concentré de ce que tous ces genres ont de meilleurs à offrir. Une chouette découverte qui ne devrait pas manquer d’intéresser tous ceux qui ont fait la grimace devant le clip de "Cyr"...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Narrow Head
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Narrow Head
Narrow Head
Grunge - 2013 - Etats-Unis
  

vidéos
Stuttering Stanley
Stuttering Stanley
Narrow Head

Extrait de "12th House Rock"
  
Night Tryst
Night Tryst
Narrow Head

Extrait de "12th House Rock"
  

tracklist
01.   Yer' Song  (05:36)
02.   Ponderosa Sun Club  (03:56)
03.   Stuttering Stanley  (03:10)
04.   12th House  (01:28)
05.   Hard To Swallow  (02:46)
06.   Crankcase  (01:59)
07.   Nodding Off  (05:45)
08.   Night Tryst  (03:23)
09.   Emmadazey  (03:32)
10.   Wastrel  (02:07)
11.   Delano Door  (06:21)
12.   Bulma  (02:51)
13.   Evangeline Dream  (08:33)

Durée : 51:27

line up
parution
28 Août 2020

Essayez aussi
Soundgarden
Soundgarden
Badmotorfinger

1991 - A&M Records
  
L7
L7
Smell The Magic (EP)

1990 - Sub Pop Records
  
Alice In Chains
Alice In Chains
Facelift

1990 - Columbia Records
  
Pearl Jam
Pearl Jam
Gigaton

2020 - Monkeywrench Records / Republic Records
  
Soundgarden
Soundgarden
Down On The Upside

1996 - A&M Records
  

Dead Can Dance
Within the Ream of a Dying Sun
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique
Escuela Grind
Indoctrination
Lire la chronique