chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Eternal Champion - Ravening Iron

Chronique

Eternal Champion Ravening Iron
Il y a quatre ans déjà sortait le premier album d’Eternal Champion. Un disque qui avait fait grand bruit au sein de la scène Heavy Metal mais qui, en dépit de ses très grandes qualités, souffrait tout de même d’une seconde moitié un poil moins marquante. Si le groupe n’a pas complètement disparu des radars durant ses quatre années avec les parutions aux seuls formats cassettes de EP et single ultra limités (Parallel Of Death et l’instrumental Terminus Est), nombreux étaient ceux qui attendaient de pied ferme le retour des Texans. C’est aujourd’hui chose faite avec Ravening Iron, un deuxième album sorti une fois de plus chez No Remorse Records et illustré cette fois-ci par Ken Kelly, artiste peintre (et a priori amateurs de belles poitrines) bien connu des amateurs d’Heroic Fantasy et de Sword & Sorcery à qui l’ont doit également quelques travaux dans le milieu de la musique pour des artistes tels qu’Alabama Thunderpussy, Jack Starr’s Burning Starr, Manowar, Rainbow ou The Gates Of Slumber.

Si le niveau d’attente était donc particulièrement élevé (un doux euphémisme quand on voit à quelle vitesse hallucinante se sont arrachées les pré-commandes), je m’étais personnellement préparé à subir une bonne grosse déception dans les règles de l’art (tout en espérant secrètement me tromper lourdement). Un mécanisme d’auto-défense mis en place pour palier à toute déconvenue renforcé ici par le fait que le premier extrait dévoilé, loin d’être mauvais ni même désagréable, m’avait paru ronronner tranquillement. Sauf qu’il n’en est rien puisqu’à ma grande surprise Eternal Champion a réussi non pas à égaler le très bon The Armor Of Ire (ce qui aurait été largement suffisant) mais à le surpasser !

Produit bien évidemment par Arthur Rizk (Cirith Ungol, Inquisition, Crypt Sermon, Enforced, Power Trip, Sumerlands, Tomb Mold...), Ravening Iron marque le départ du guitariste Blake Ibanez (Power Trip) et l’arrivée à la basse de Brad Raub (Sumerlands, War Hungry) histoire de soulager un monsieur Rizk déjà fort bien occupé entre ses instruments (guitare, batterie, synthétiseur, chant), ses micros et tous ses potards... Pour le reste, ces nouvelles compositions (enfin pas toutes puisque l’on retrouve ici le titre "War At The Edge Of The End" déjà présent sur la toute première démo du groupe) renouent sans surprise avec le Heavy Metal épique et narratif dont les Texans se sont fait le fer de lance.
Alors qu’est-ce qui place Ravening Iron légèrement au-dessus de son prédécesseur ? Et bien déjà un meilleur équilibre entre la première et la seconde moitié. Là où The Armor Of Ire semblait baisser en intensité à mi-parcours, ce nouvel album se montre constant du début à la fin, alignant même les titres ultra dynamiques et épiques (l’enchaînement "A Face In The Glare", "Ravening Iron" et "Skullseeker") avec un panache qui ne devrait pas manquer de convaincre même les plus sceptiques. Ce "Godblade" instrumental, exécuté tout au synthétiseur à quelques minutes de la fin n’y changera rien, celui-ci réussissant même à instaurer une atmosphère très proche de la célèbre bande-originale composée par Basil Poledouris pour le film Conan. Le genre d’ambiance qui permet à notre esprit de partir vagabonder dans ces paysages solitaires s’étalant à perte de vue. On trouve bien entendu quelques titres à l’allant moins prononcé ("War At The Edge Of The End", "Coward's Keep" sur lequel Jake Rogers (Visigoth, Caladan Brood, Gallowbraid) vient pousser la chansonnette ou "Banners Of Arhai") mais ces derniers trouvent naturellement leur place parmi les autres compositions, apportant un peu plus de profondeur et de solennité là où le reste de l’album n’est qu’une invitation à partir au combat bride abattue, épée à la main, le regard fier et conquérant !

Ce qui me fait également préférer Ravening Iron à son prédécesseur c’est tout simplement cette qualité d’écriture à la hausse et ce degré de maturité plus élevé. Comme évoqué dans le paragraphe précédent, l’enchaînement des trois premiers titres ("A Face In The Glare" et son intro improbable sur laquelle Jason Tarpey, forgeron de métier, frappe l’acier sur l’enclume avant l’arrivée de ces riffs/solos hyper efficaces, "Ravening Iron" taillé pour galoper dans les plaines de Cimmérie avec notamment ces "Ohohohoho" à reprendre à l’unisson et "Skullseeker", titre mid-tempo au groove redoutable et qui comme Conan risque de briser des nuques par paquets de cent) constitue à n’en point douter l’un des moments forts de l’album. Riffs épiques ultra entrainants, solos impeccables débordant d’un feeling guerrier évident, sens de la mélodie parfaitement aiguisé, dynamique de tous les instants, chant puissant, fédérateur et reconnaissable entre mille… On retrouve tout ce qui faisait le sel de The Armor Of Ire mais en mieux et en plus abouti, notamment parce que les titres sont dans l’ensemble un poil plus variés et équilibrés. Mais ces trois premiers morceaux ne sont pas les seuls à mériter notre attention. La relecture de "War At The Edge Of The End" s’avère tout aussi excellente de même que ce "Coward’s Keep" sur lequel Jake Rogers va venir épauler Jason Tarpey sur ce refrain épique : "The keep my goal. Their army fears the battle. The seas will roll. The mountains shield the battle" ou bien ce "Worms Of The Earth", chouette cavalcade épique (je l’ai déjà dit je crois) inspirée par les écrits de Howard ! Bref, les réjouissances sont de tous les instants que ce soit lors des morceaux les plus dynamiques que lors des titres aux ambiances plus élaborées.

Si je n‘y croyais pas outre mesure, force est pourtant de constater que je me régale à chaque nouvelle écoute de ce deuxième album. Certes Eternal Champion n’invente rien, sa musique empruntant effectivement beaucoup à des groupes tels que Cirith Ungol, Brocas Helm ou Manilla Road, mais pour autant Ravening Iron n’en demeure pas moins une véritable usine à tubes Heavy Metal (à très forte tendance épique) qui réchauffe le coeur et fait travailler notre imaginaire, projetant ainsi notre conscience dans des univers peuplés de forteresses imprenables, d’héroïnes aux proportions indécentes, de dragons immortels et de sorcellerie malveillante. Un album idéal pour s’échapper en cette période maussade et, au passage, un digne héritier au déjà très bon The Armor Of Ire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
12/11/2020 17:18
Pas vraiment apprécié ce nouveau disque, même à la lueur d'une nouvelle réécoute aujourd'hui. Pourtant il a des qualités et tu le défends rudement bien dans ta chronique (j'aime bien notamment cet enchaînement sur les trois premiers morceaux). Mais j'ai l'impression d'un pilotage automatique pour ma part, comme si la magie du premier disque (inégalable, pas d'accord sur ce coup haha) avait disparu...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Eternal Champion
Heavy Metal
2020 - No Remorse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  8.63/10

plus d'infos sur
Eternal Champion
Eternal Champion
Heavy Metal - 2012 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 20 Novembre 2020

tracklist
01.   A Face In The Glare  (04:59)
02.   Ravening Iron  (05:01)
03.   Skullseeker  (04:13)
04.   War At The Edge Of The End  (04:45)
05.   Coward's Keep  (05:54)
06.   Worms Of The Earth  (04:29)
07.   The Godblade  (02:17)
08.   Banners Of Arhai  (05:40)

Durée : 37:18

line up
voir aussi
Eternal Champion
Eternal Champion
The Armor Of Ire

2016 - No Remorse Records
  

Essayez aussi
Screamer
Screamer
Highway of Heroes

2019 - The Sign Records
  
Armored Saint
Armored Saint
Punching The Sky

2020 - Metal Blade Records
  
Judas Priest
Judas Priest
Angel Of Retribution

2004 - Sony Music
  
Huntress
Huntress
Spell Eater

2012 - Napalm Records
  
Savage Master
Savage Master
Mask Of The Devil

2014 - Skol Records
  

Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique