chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Drastus - Serpent’s Chalice – Materia Prima

Chronique

Drastus Serpent’s Chalice – Materia Prima (EP)
L’appeler puis laisser entrevoir sa grandeur, le tout en seulement vingt-trois minutes : c’est, semble-t-il, le pari que s’est donné Drastus sur Serpent’s Chalice – Materia Prima.

Inutile de dire qui est invoqué, ni avec quel talent le projet français y parvient. Vous avez été comme moi subjugué par La Croix de Sang, cet album sorti de nulle part affichant au grand jour ce que peu savait déjà : la particularité de Drastus, son black metal hostile, hermétique et cependant si enivrant une fois que l’on est parvenu à rentrer dans son culte. Serpent’s Chalice – Materia Prima montre que la formation savait depuis longtemps ce qu’elle voulait transmettre, et de quelle manière. Les chants fervents débutant l’ensemble ne laissent aucun doute ! Nous voilà pris dans un black metal jouant d’atmosphères sulfureuses, ne prenant jamais par la main. Un black metal non pas écrit pour nous, mais écrit pour Lui.

En effet, malgré les écoutes répétées de La Croix de Sang puis, passage obligé, des autres œuvres de Drastus, Serpent’s Chalice – Materia Prima laisse au départ volontairement de côté, acculant et ralentissant selon ses propres règles, obligeant à des écoutes répétées, hypnotiques, avant de l’apprécier à sa juste valeur. Ainsi, « 0 », « Symbols of the Unconscious » et la conclusion éponyme finissent par devenir, non pas des pistes ambiantes n’étant là que pour éclairer davantage la sauvagerie de « Resonnance of Naught » et « Cygnus X1 », mais bien des étapes nécessaires, des éléments d’un grand Tout donnant à cet EP une aura propre, celle d’un culte où les suggestions sont aussi importantes que les révélations, cela avec un machiavélisme rare, définitivement important dans l’attrait qu’a le groupe mené par le dirigeant du label Flamme Noire. L’expérience est courte et menée de main de Maître, donc frustrante, tel un incipit rempli de symboles au lexique non fourni : elle n’en reste pas moins prenante comme cela se rencontre peu, les plages brouillonnes et bouillantes, abrasives et véhémentes, devenant des prêches dont on brûle de connaître le sens.

Il est là, présent aux coins des yeux, prêt pour la confrontation. Il suffit de tourner la tête pour le voir, un statisme jeté sur nous comme un sort empêchant tout mouvement de notre part. Avec ses deux titres frontaux entourés d’incantations, Serpent’s Chalice – Materia Prima donne finalement l’impression de voir Drastus dessiner une apparition dont on verra la totale majesté plus tard. Arrivera alors, dix années plus tard, La Croix de Sang qui réalisera pleinement ce qui est introduit ici. L’écoute des deux disques à la suite est, en toute logique, fortement conseillée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
15/10/2020 20:20
note: 4/5
Bien contente d'avoir pu poser la main sur le vinyle. Découvert Drastus avec l'album et grosse révélation/claque !
lkea citer
lkea
14/10/2020 11:09
note: 3.5/5
Ouch, merci, c'était moche en effet. Sinon, oui, ça vaut le coup ! Une compilation des œuvres antérieures à cet EP est sortie le mois dernier via Noevdia, ça peut être l'occasion Clin d'oeil
yog citer
yog
14/10/2020 09:56
"Vous avais été comme moi subjugué" ... ah, la fatigue ?

ca fait un moment que j'ai envie de me pencher sur ce groupe sinon, pas trop attiré à la base, mais je vois beaucoup de chros assez élogieuses
lkea citer
lkea
14/10/2020 09:02
note: 3.5/5
En écoute sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Drastus
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Drastus
Drastus
Black Metal - 2004 - France
  

tracklist
01.   0  (02:52)
02.   Symbols of the Unconscious  (01:56)
03.   Resonance of Naught  (07:57)
04.   Cygnus X1  (06:13)
05.   Serpent's Chalice - Materia Prima  (03:52)

Durée : 22 minutes 50 secondes

parution
13 Novembre 2009

voir aussi
Drastus
Drastus
La Croix de Sang

2019 - Norma Evangelium Diaboli
  

Essayez aussi
Various Artists
Various Artists
Odour Of Dust & Rot (Compil.)

2011 - Rhinocervs
  
Norrhem
Norrhem
Among The Ruins (EP)

2018 - Autoproduction
  
Leviathan
Leviathan
Scar Sighted

2015 - Profound Lore Records
  
Ascension
Ascension
Consolamentum

2010 - World Terror Committee Records
  
Vrag
Vrag
Remete

2017 - Neverheard Distro
  

Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique
Escuela Grind
Indoctrination
Lire la chronique