chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Six Feet Under - Nightmares Of The Decomposed

Chronique

Six Feet Under Nightmares Of The Decomposed
On dit qu’à force de creuser toujours plus profond on finit par trouver du pétrole, et vu ce qui est musicalement proposé par Chris Barnes et ses différents acolytes depuis une éternité on pense qu’ils ne doivent plus être très loin d’un puits prolifique. Oscillant toujours depuis ses débuts entre formation gentiment rigolote voire carrément ringarde, celle de son leader n’a cessé au gré de ses albums originaux et de reprises de tomber dans la médiocrité au point de devenir carrément une caricature. Avec ce seizième long-format en vingt-cinq ans son chanteur emblématique en a profité pour intégrer à ses côtés les guitaristes Ray Suhy et surtout Jack Owen, son ancien acolyte de CANNIBAL CORPSE, histoire sans doute d’essayer de revivre une glorieuse époque et de remonter le niveau global de ses sorties devenues affligeantes. Ça n’est d’ailleurs pas pour rien que les précédents rédacteurs de Thrashocore (même les plus motivés) ont fini par lâcher l’affaire, ne sachant plus quoi dire au sujet du degré d’ennui et d’exaspération qui ressort de chaque opus, et ce nouveau volet ne va hélas pas échapper à la règle.

Pourtant on y a cru… certes un peu de moins de quatre minutes mais quand même (c’est à signaler !), car quand retentit d’entrée le redoutable « Amputator » on s’est dit durant cette courte période que le groupe avait retrouvé du poil de la bête, tant ici on se croirait en présence d’une compo qui n’aurait pas fait tâche chez le MASSACRE de la grande époque. Rapide et enlevée sur sa toute sa longueur celle-ci ne ralentit que durant un court instant avant de redémarrer la machine, et maintenir ainsi une cadence élevée aidée par un long solo pour un rendu sans concession et radical, particulièrement simple et plaisant. Si le résultat est excellent malheureusement cela sera le seul moment de gloire de cette galette, car il s’agit ici du meilleur titre proposé avant que suite ne cesse de décliner progressivement, menant du coup l’ensemble vers des abîmes d’ennui où l’on a l’impression d’écouter en boucle les mêmes plans. En effet dès la deuxième piste (« Zodiac ») l’intérêt et l’accroche vont retomber illico tant on retrouve les vieux travers de la bande, entre rythmique lourde répétitive et riffs uniformes joués en boucle sans passion, qui font que malgré sa courte durée le tout donne la sensation de durer une plombe. Et même quand le quintet essaie de proposer quelquechose de plus remuant et entraînant ça tombe vite à plat, que ce soit via « Death Will Follow » (où lors de rares occasions on se surprend à bouger la tête) ou sur « Blood Of The Zombie » aux idées intéressantes mais mal exploitées, mais où cependant l’apport du solo permet d’éviter le naufrage intégral. Car si au niveau du riffing ça reste majoritairement d’une pauvreté abyssale du côté de l’inspiration, en revanche les leads sont parfaitement exécutés et permettent ainsi d’éviter la sieste totale et de surnager quelque peu au milieu de ce néant. Celui-ci est atteint en son centre par le désastreux et soporifique « Migraine » (au nom terriblement en raccord, tant ça donne vite mal à la tête), et surtout « The Noose » tellement linéaire et redondant qu’il en devient carrément énervant, même auprès des fans les plus indulgents.

Cependant alors qu’on croyait tout espoir annihilé (surtout après le léthargique et doomesque « Labyrinth Of Insanity ») le démarrage de « Without Your Life » va laisser croire à un regain d’intérêt vu que les mecs lâchent enfin les chevaux (on aurait aimé qu’ils le fassent plus, tant c’est rare ici) et que ça tabasse bien comme il faut. Malheureusement cela ne va pas durer longtemps et l’apparition de la partie centrale lourde et suffocante (toujours aussi inintéressante - à l’instar des compos précédentes) va mettre fin au suspense et au calvaire auditif, vu que cela se conclut enfin après quasiment trois-quart d’heure interminables où l’on passe par tous les états, de l’endormissement à la surdité en passant par la colère et l’envie de se pendre.

Du coup ça fait long pour une seule plage valable (sur douze au total) et il est donc facile de comprendre pourquoi les différents collègues de la rédaction qui se sont succédés auparavant pour parler des Américains, ne sont plus motivés aujourd’hui pour le faire. Ni meilleure ni pire que les dernières livraisons en date ça n’est cependant pas avec ce genre de prestation insipide que l’entité va retrouver son lustre d’antan (si toutefois il en a eu un auparavant), et il est évident qu’elle va rester un sujet de moqueries malgré les efforts déployés. Si la retraite est au-delà des soixante ans son leader dreadlocké s’en rapproche progressivement, et il serait peut-être de bon ton pour lui d’y penser - même de façon anticipée, car pas sûr que les oreilles même les plus chevronnées supportent encore longtemps un tel carnage sonore, surtout venant de vieux briscards pourtant expérimentés.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

11 COMMENTAIRE(S)

bonesNblood citer
bonesNblood
17/04/2021 19:14
note: 1.5/10
Une vraie farce, ce groupe est ridicule, Chris Barnes est ridicule et cet album est le summum de cette farce qui dure depuis trop longtemps. Une merde légendaire
Deathrash citer
Deathrash
18/10/2020 10:23
C'est tellement nul que ça en devient fascinant.
Mais cette voix de merde, il s'est passé quoi ?
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
17/10/2020 10:43
note: 1/10
Il a enregistré sa voix depuis les soins palliatifs le père Barnes ??
Sans parler de ses screams... "Eeeeeeeeeeeeeeeeee!!!"
Putain que c'est grotesque !
Cujo citer
Cujo
15/10/2020 19:37
Dommage, le morceau "Imputator" m''a pas mal plu malgré le chant de plus en plus poussif de Barnes. Sans moi...
Ander citer
Ander
14/10/2020 18:44
J'arrive pas à croire qu'on retrouve la même section rythmique que sur le premier Brain Drill… Ils doivent bien se faire chier là, mais faut bien payer les factures...
Sagamore citer
Sagamore
14/10/2020 17:02
Sur Metallum, les reviews de l'album sont également délicieuses...

Citation : "Nightmares of the Decomposed" is like finding five bucks underneath a 4-foot pile of turds. Yeah, what's there has merit, but is it really enough for you to dig past the shit?

Citation : part from the annoying vocals, Barnes does something that's even more annoying. Whenever he tries to do a scream or to do a pig squeal, not only he fails in the process, but also he sounds like a dying cricket. That's where the "EEEEEE" comes from, he literally sounds like a dying cricket trying to pronounce the letter "E". Also, the lyrics are awful. It's just "Hacking and Cumming on your putrid body while you scream" for more than 40 mins.
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
14/10/2020 14:38
De toute façon, hormis les premiers albums, en gros jusqu'à "Maximum Violence" voire "Bringer Of Blood", ce groupe est une honte à lui tout seul mais une vraie réussite dans le domaine de la caricature.
Triste et risible.
AxGxB citer
AxGxB
14/10/2020 14:22
Quand tu as plus de pouces en bas que de pouces en haut sur YouTube c'est en général mauvaise signe. D'ailleurs Metal Blade ne s'y est pas trompé en désactivant les commentaires sur les vidéos du groupe haha. Ce chant à la ramasse, au secours...
Heureusement on peut se régaler sur d'autres vidéos postées par des tiers :

"If 2020 was a death metal band"
"Chris Barnes vocals sounds like a homeless guy with a cold."
"Is there an instrumental only version?"
Sulphur citer
Sulphur
14/10/2020 14:33
Triste, c'est le mot en effet.

Edit. : ce qui est super étonnant tout de même, c'est qu'un groupe comme SfU, signé chez Metal Blade, avec Barnes ou encore Owen, puisse sortir un album si mal mixé. Le mix me choque.
DARKFACHOR citer
DARKFACHOR
14/10/2020 13:10
note: 1/10
Déjà que "Torment" était une merde abyssale, là j'ai même pas envie d'y jeter une oreille...
Sagamore citer
Sagamore
14/10/2020 13:07
J'étais venu pour un nanard, j'ai eu un navet... L'album aurait pu être drôle si ça n'avait pas été aussi triste. Ce pauvre Barnes n'a plus un broc de voix...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Six Feet Under
Death Metal
2020 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 4/10
Lecteurs : (2)  1.25/10
Webzines : (6)  3.88/10

plus d'infos sur
Six Feet Under
Six Feet Under
Death Metal - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Amputator
02.   Zodiac
03.   The Rotting
04.   Death Will Follow
05.   Migraine
06.   The Noose
07.   Blood Of The Zombie
08.   Self Imposed Death Sentence
09.   Dead Girls Don't Scream
10.   Drink Blood Get High
11.   Labyrinth Of Insanity
12.   Without Your Life

Durée : 44 minutes

line up
parution
2 Octobre 2020

voir aussi
Six Feet Under
Six Feet Under
Undead

2012 - Metal Blade Records
  
Six Feet Under
Six Feet Under
13

2005 - Metal Blade Records
  
Six Feet Under
Six Feet Under
Graveyard Classics 3 (Compil.)

2010 - Metal Blade Records
  
Six Feet Under
Six Feet Under
Crypt Of The Devil

2015 - Metal Blade Records
  
Six Feet Under
Six Feet Under
Commandment

2007 - Metal Blade Records
  

Essayez plutôt
Undergang
Undergang
Misantropologi

2017 - Dark Descent Records
  
Gorefest
Gorefest
Rise To Ruin

2007 - Nuclear Blast Records
  
Faceless Burial
Faceless Burial
Grotesque Miscreation

2017 - Blood Harvest Records
  
Gorguts
Gorguts
Considered Dead

1991 - Roadracer Records
  
Necronaut
Necronaut
Necronaut

2010 - Regain Records
  

Nervous Decay
Nervous Decay
Lire la chronique
Forsmán
Dönsum í Logans Ljóma (EP)
Lire la chronique
Empyrium
Über den Sternen
Lire la chronique
Nattverd
Vandring
Lire la chronique
Wheel
Preserved In Time
Lire la chronique
Foscor
Els Sepulcres Blancs
Lire la chronique
Agent Steel
No Other Godz Before Me
Lire la chronique
Metallica
No Life 'til Leather (Démo)
Lire la chronique
Seth
La Morsure du Christ
Lire la chronique
Pharmacist / Oozing
Forbidden Exhumation / Than...
Lire la chronique
Vipère
Sombre marche (Démo)
Lire la chronique
Sacramental Blood
Ternion Demonarchy
Lire la chronique
Wesenwille
II: A Material God
Lire la chronique
Obsessions maladives
Lire l'interview
Vitrail
Les pages oubliées
Lire la chronique
Chevalier
Life And Death (EP)
Lire la chronique
Abjection
Malignant Deviation (EP)
Lire la chronique
Cult Of Occult
Ruin (EP)
Lire la chronique
Skáphe
Skáphe³
Lire la chronique
Drastus
Venoms (Compil.)
Lire la chronique
Aussichtslos
Völlig aussichtslos
Lire la chronique
Biohazard
State Of The World Address
Lire la chronique
Cirith Ungol
Half Human Past (EP)
Lire la chronique
Cirith Ungol
Forever Black
Lire la chronique
Aria
Armageddon
Lire la chronique
Vreid
Wild North West
Lire la chronique
Endseeker
Mount Carcass
Lire la chronique
Sulk
Tennis Elbow (EP)
Lire la chronique
Eclipsus
Yûrei
Lire la chronique
13th Moon
Putridarium (EP)
Lire la chronique