chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Death Invoker - Necromancy, Damnation, Revenge

Chronique

Death Invoker Necromancy, Damnation, Revenge (Rééd.)
Formé au Pérou, Death Invoker ne fait pourtant pas dans la flute de Pan ou la laine de lama.
Il pratique plutôt un death sale et primitif, à l’époque où celui-ci n’était pas encore forcément sevré de thrash, foncièrement basique et repoussant, et aux titres de chansons laissant transparaitre leur amour du pape.

Le death, tel qu’il devrait toujours l’être.

Même si c’est loin d’être toujours le cas dans la scène actuelle, et ce malgré le revival auquel on assiste depuis un moment, il demeure toujours, ici et là, de ces défenseurs, garants d’une certaine tradition.
Fort de ce constat, il convient d’en établir un second : Death Invoker fait partie de ces groupes qui, paradoxalement à une discographie finalement peu abondante – n’est pas Rogga Johansson qui veut -, donnent du fil à retordre aux collectionneurs compulsifs dont fait partie votre serviteur.
Entre démos, live (le bien nommé « Necromantic Desecration ») et autres splits, on s’aperçoit que tout attraper au vol relève de la gageure (pour preuve, le « Promo 2019 » limité à 33 exemplaires, ne figure même pas dans la disco officielle).

Ce "Necromancy..." est d’ailleurs la réédition d’un 7’’e.p., alors amputé d’un titre par manque de place.
Euh….erreur de casting à l’époque ? Pourquoi alors ne pas avoir opté à ce moment là pour un support plus adapté ???
Quoiqu’il en soit, cette « bizarrerie » est aujourd’hui réparée, et le titre jadis éjecté se retrouve de suite après l’intro.

Et effectivement, il aurait plus que dommage de se priver de ce «Divination through Death Spirits « , au riff d’entrée mémorable et à l’odeur de putréfaction revendiquée.

Primitif donc ? Oui, sans aucun doute, mais en aucun cas dénué de talent, si l’on en croit les deux morceaux suivants, développant – si l’on peut dire-, les atmosphères et sentiments fort justement exposés dès cette seconde piste susnommée.

Bêtement méchant et fier de l’être, dissimulant son savoir-faire sous des atours d’autrefois (on pense à toutes les photos promos des premiers groupes d’extrême en voyant les gaziers et leurs blazes de scène), et assis sur les genoux d’un Sarcofago qui piocherait dans la pinte d’un Sepultura époque « Bestial Devastation », Death Invoker vous adresse un gros « fuck » en vous disant : « c’était mieux avant !!! ».
Comment ne pas leur donner raison ? …

Second paradoxe, temporel celui-ci : en découvrant ce groupe qui préfère regarder dans le rétro, vous apporterez votre support à un chouette petit label qui lui, cherche à aller de l’avant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Gabalgabow citer
Gabalgabow
05/05/2021 19:32
666
Charon Del Hadès citer
Charon Del Hadès
16/10/2020 18:25
C'est vrai que le format k7 ne plait pas à tout le monde. Et qu'il ne convient pas à tous les groupes. Un peu à l'instar du vinyle il faut trouver le bon compromis entre son et support. Mais certaines versions sont vraiment splendides (même si je favorise le cd). Dans le même ordre d'idées, c'est le support vinyle qui a moins la presse chez moi; non pas que je sois totalement réfractaire - j'en ai tout de même quelques-uns - mais ce sont des achats que j'effectue quand la sortie que je vise n'est dispo qu'exclusivement sur ce support.
Gabalgabow citer
Gabalgabow
15/10/2020 19:26
Merci pour la kro de DEATH INVOKER!!

Pour ceux qui voudraient se le procurer, c'est dispo en tape chez moi:
https://nihilisticholocaustrecs.bandcamp.com

Keyser citer
Keyser
15/10/2020 18:12
Ouais, pas mal du tout ce truc. Bon par contre, le format tape, juste beurk ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Death Invoker
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  3.54/5

plus d'infos sur
Death Invoker
Death Invoker
Death / Thrash - 2005 - Pérou
  

formats
  • Vinyl / 2018 - Pictures From Hell
  • K7 / 11/09/2020 - Nihilistic Holocaust

tracklist
01.   Magnificent Invocation (Intro)  (02:16)
02.   Divination Through Death Spirits  (05:00)
03.   Witches Hammer  (03:22)
04.   Destroy The Cross  (04:54)

Durée : 15:32

line up
parution
5 Décembre 2018

Essayez aussi
Sepultura
Sepultura
Arise

1991 - Roadrunner Records
  
Darkane
Darkane
Rusted Angel

1999 - War Music
  
Gravehill
Gravehill
The Unchaste, The Profane & The Wicked

2018 - Dark Descent Records
  
Svart Crown
Svart Crown
Ages Of Decay

2008 - Rupture Music
  
The Kandidate
The Kandidate
Facing The Imminent Prospect Of Death

2012 - Napalm Records
  

Cerebral Rot
Excretion Of Mortality
Lire la chronique
Slithering Decay
Aeons Untold
Lire la chronique
Arna
Dragged To A Lunar Grave
Lire la chronique
Pink Floyd
The Dark Side Of The Moon
Lire la chronique
Krallice
Demonic Wealth
Lire la chronique
Meth Leppard / Infanticide
Meth Leppard / Infanticide ...
Lire la chronique
Esoctrilihum
Dy'th Requiem For The Serpe...
Lire la chronique
Passéisme
Eminence
Lire la chronique
La Voûte #7 - Occult Rock
Lire le podcast
Solstice
Casting The Die
Lire la chronique
Zxui Moskvha
Descent into Torment (EP)
Lire la chronique
Oferwintran
Demo (Démo)
Lire la chronique
Hyperborée et Thulé ! Encore un thème Arisk ???
Lire le podcast
Coffin Rot
Reduced To Visceral Sludge ...
Lire la chronique
Nordjevel
Fenriir (EP)
Lire la chronique
Morbific
Ominous Seep Of Putridity
Lire la chronique
Werewolves
What a Time to Be Alive
Lire la chronique
Hideous Divinity
LV-426 (EP)
Lire la chronique
Indian
Slights and Abuse / The Syc...
Lire la chronique
Ildfar
Som vinden farer vil
Lire la chronique
Torche
Meanderthal
Lire la chronique
The Plague
Within Death
Lire la chronique
Baphomet
The Dead Shall Inherit
Lire la chronique
Zwiespalt
Distanz
Lire la chronique
Vanden Plas
Beyond Daylight
Lire la chronique
Antagonized
Intense perversion
Lire la chronique
Phantasmagore
Insurrection Or Submission ...
Lire la chronique
Sadistik Forest
Obscure Old Remains (EP)
Lire la chronique
Anthropophagous
Death Fugue
Lire la chronique
Odd Dimension
The Blue Dawn
Lire la chronique