chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tyranni - Baron Af Avoghetens Smärta

Chronique

Tyranni Baron Af Avoghetens Smärta
Je crois qu’il va falloir réfléchir à la question d’embaucher un chroniqueur dédié à l’oeuvre du Suédois Swartadauþuz car malgré toute notre bonne volonté, il devient extrêmement compliqué de suivre la totalité de ses projets et de ces sorties qui s’enchaînent à un train d’enfer... Après Bekëth Nexëhmü, Gardsghastr, Greve et Muvitium (pour ceux dont a parlé ici car il en reste encore une tripotée qui pourtant mériteraient que l’on s’y intéresse), notre homme est aujourd’hui de retour avec Tyranni, un groupe qui a sorti l’année dernière chez New Era Productions une démo trois titres ainsi que ce premier album intitulés tous les deux Baron Af Avoghetens Smärta.

Si Swartadauþuz s’est autorisé par le passé quelques digressions Death ou Black/Death avec des groupes tels que Demonomantic ou Musmahhu, Tyranni reste sans trop de surprise (et oui, merci l’artwork) encré dans ce Black Metal rétrograde qui a fait la renommé du Suédois. Alors naturellement on peut légitimement se demander quelle est la pertinence de multiplier ainsi les projets et si finalement notre homme, à force de s’éparpiller de la sorte, ne va pas finir par se prendre les pieds dans le tapis et nous sortir pour une fois quelque chose de médiocre ou pire de complètement raté. Et bien comme toujours, la réponse est non. Certes, la musique de Swartadauþuz se destine à ceux qui aiment les choses poussiéreuses, figées dans le temps et aux ambiances particulièrement prononcées mais si c’est le cas, alors vous serez probablement une fois encore sous le charme de ce Black Metal d’un autre âge.

Pour mener à bien cette nouvelle aventure, Swartadauþuz aka Svartpest ici sur le papier est accompagné par deux autres musiciens, Förbannelse et Likaska. Ce dernier étant très probablement ce même Lik que l’on retrouve derrière le micro chez Greve et certaines sorties de Bekëth Nexëhmü. Flirtant avec les cinquante-cinq minutes, on va retrouver sur ce premier album les trois titres de la démo du même nom auxquels vont venir s’ajouter six nouvelles compositions.
Attaché comme on l’a vu à une certaine idée de ce que doit être le Black Metal (de la production aux visuels en passant bien évidemment par ces constructions alliant agressivité et mélodie), la musique de Tyranni ne diffère pas énormément de ce que Swartadauþuz a pu déjà produire par le passé. À la manière de ce que l’on peut trouver chez Bekëth Nexëhmü, le Suédois propose par exemple ici plusieurs pistes atmosphériques ("Bespottande Akommor", "Avoghetens Baron", "Dödens Hand" et "Vredgande Leda") qui en plus de faire office d’introduction et de conclusion pour deux d’entre elles vont permettre de nourrir ces atmosphères boisées, nocturnes et mystérieuses qu’entretien le trio tout au long de cette heure de jeu. Rassurez-vous, ces séquences sont toutes de courtes durées (pas plus de trois minutes) et n’entament ni la dynamique de l’album ni son homogénéité. De la même manière le Black Metal des Suédois reste, en dépit d’une cadence souvent soutenue, largement porté sur l’aspect mélodique de ses compositions. Le clavier tient donc là encore un rôle particulièrement important dans la construction de ces ambiances tantôt religieuses (ce clavecin médiéval ou cet orgue de messe infernal) tantôt oniriques (ces voix fantomatiques et lointaines) et tantôt menaçantes (ce tonnerre que l’on entend gronder à plusieurs reprises tout au long de l’album) dont se drapent Baron Af Avoghetens Smärta. Un clavier systématique et omniprésent et qui pourtant n’est jamais subi ni excessif sans son utilisation.

Comme on l’a déjà évoqué, Tyranni mène sa barque à un rythme plutôt soutenu, les blasts aliénants et autres trémolos froids et faméliques constituant effectivement l’essentiel de ces compositions lugubres menées pied au plancher. Pour autant, outre ces interludes instrumentaux que sont "Avoghetens Baron" et "Dödens Hand" qui par nature viennent rompre avec la dynamique des titres entre lesquels ils s’intercalent, on trouve également de nombreuses séquences sur lesquelles les Suédois se plaisent à ralentir la cadence, évitant ainsi une certaine forme de redondance. Des moments crépusculaires desquels se dégagent bien souvent une impression de mystère particulièrement renforcée (l’apport du clavier n’y est définitivement pas étranger). On appréciera également les efforts fait sur le chant afin d’apporter là encore un soupçon de variété à l’ensemble. Si cette voix noire et écorchée typique de ce que l’on trouve dans le genre tient ici le haut du pavé, le chanteur de Tyranni n’hésite pas à changer parfois de registre (les conclusions en mode "spoken word" de "I Besvärjelsens Namn", "Förbannelsens Snara" et "Kittel Af Tyranni", cette voix saturée et bestiale que l’on va retrouver sur "Avoghetens Baron", "Förbannelsens Snara" à 5:04, "Smutsets Valnad" à 3:12, "Odöpt I Ondsinthet" à 2:04 ou "Vredgande Leda") là encore pour mieux varier les plaisirs et au passage renforcer la ferveur ou l’angoisse qui se dégagent de certaines séquences.

Par un ensemble de détails ayant tous leur importance (la force ce ces claviers, la place de ces atmosphères, ces changements de rythmes parfaitement calculés, ce travail mélodique important, ces quelques voix aux tessitures différentes), Swartadauþuz réussit une fois de plus à tirer son épingle du jeu et surtout à ne pas se répéter. Que vous piochez dans chacun des groupes dans lesquels le Suédois est impliqué et vous trouverez toujours quelque chose de différent à vous mettre sous la dent. Certes, on ne parle pas ici de différence flagrantes mais de différences suffisamment évidentes pour en tout cas éviter la redite. Avec Tyranni et ce Baron Af Avoghetens Smärta, Swartadauþuz vient faire les yeux doux aux amateurs de Black Metal typique des années 90, quelque part entre Emperor, Satyricon, Odium, Limbonic Art, Obtained Enslavement et compagnie, le tout dans un respect des traditions et avec une patte qui n’appartient qu’à lui. On s’épuise à vous le dire, à vous le redire et à vous le reredire mais passer sciemment à côté des créations du Suédois serait aujourd’hui une erreur si on se dit amateur de Black Metal.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Flesh29 citer
Flesh29
30/10/2020 15:43
note: 8/10
Je me retrouve totalement dans la chronique. Il a beaucoup tourné ces derniers mois celui-ci.

Sur les dernières sorties de Swarta que j'ai acquise (Greve et Muvitium) c'est celui-ci qui me touche le plus, m'emporte le plus loin, à l'image des très bons "Döpt...", "Kittel..." et "Smutsets..." (le reste étant tout aussi recommandable).

Pour pinailler, j'aurais enlevé 1 ou 2 intermèdes (rien de grave en somme).

En tout cas avec cet album Swarta n'a pas raté sa cible, je suis conquis.
AxGxB citer
AxGxB
29/10/2020 08:10
note: 8/10
Bon bah tant pis, t'auras essayé Clin d'oeil
Fabulon citer
Fabulon
28/10/2020 21:45
AxGxB a écrit : Ce rabat-joie que tu fais haha. Non, perso, je le trouve très solide cet album. Les titres de la démo y figurent mais encore une fois, il n'y sur cette tape qu'un seul vrai morceau (et deux interludes ou plutôt intro/outro). Bref, donne lui quand même une chance.

Bon en fait c'est cet album que j'avais écouté, et non pas la demo Sourire

Je me suis fait abuser par le titre...

Je viens de me le refaire.
Pas hyper accroché.
Fabulon citer
Fabulon
28/10/2020 12:01
AxGxB a écrit : Ce rabat-joie que tu fais haha. Non, perso, je le trouve très solide cet album. Les titres de la démo y figurent mais encore une fois, il n'y sur cette tape qu'un seul vrai morceau (et deux interludes ou plutôt intro/outro). Bref, donne lui quand même une chance.

Ahaha non mais je gueule pour gueuler Sourire
Je vais laisser sa chance au produit.
AxGxB citer
AxGxB
28/10/2020 11:45
note: 8/10
Ce rabat-joie que tu fais haha. Non, perso, je le trouve très solide cet album. Les titres de la démo y figurent mais encore une fois, il n'y sur cette tape qu'un seul vrai morceau (et deux interludes ou plutôt intro/outro). Bref, donne lui quand même une chance.
Fabulon citer
Fabulon
28/10/2020 11:06
J'irai écouter.
La démo sortie l'an passé n'avait rien de formidable.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/10/2020 13:15
note: 8/10
Super découverte faite récemment qui sent bon le Black originel avec suffisamment de variété pour ne pas être linéaire ! Du très bon boulot ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tyranni
Black Metal
2019 - New Era Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Tyranni
Tyranni
Black Metal - Suède
  

tracklist
01.   Bespottande Åkommor  (01:47)
02.   I Besvärjelsens Namn  (06:05)
03.   Avoghetens Baron  (02:10)
04.   Förbannelsens Snara  (08:49)
05.   Smutsets Vålnad  (06:36)
06.   Dödens Hand  (02:35)
07.   Döpt I Ondsinthet  (09:00)
08.   Kittel Af Tyranni  (14:34)
09.   Vredgande Leda  (02:48)

Durée : 54:24

parution
18 Octobre 2019

Essayez aussi
Swarþ
Swarþ
Omines Pestilentiae (Compil.)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Antestor
Antestor
Omen

2012 - Bombworks Records
  
Neptrecus
Neptrecus
Ars Gallica

2019 - Purity Through Fire
  
Nirnaeth
Nirnaeth
Thrown Athwart The Darkness

2006 - Autoproduction
  
Prezir
Prezir
As Rats Devour Lions

2018 - Godz Ov War Productions
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique