chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Unurnment - Self-Immolation Suite

Chronique

Unurnment Self-Immolation Suite (EP)
En cette année 2020 particulièrement chargée en sorties (de qualité), difficile de suivre le rythme effréné des parutions en provenance de chez Maggot Stomp Records. Parmi celles qu’il me reste encore à aborder avec vous, on trouve notamment ce deuxième EP d’Unurnment, one-man band californien qui n’avait pas manqué de faire bonne impression l’année dernière avec la sortie de Spiritual Penury.
Intitulé Self-Immolation Suite, celui-ci ne manquera pas non plus d’attirer l’attention grâce en premier lieu à cette peinture colorée et un brin dérangeante signée Kyle Harmon. Une oeuvre plus ou moins explicite qui évoque les chairs dégoulinantes suggérées par ce titre plein de promesses (bien que l’intitulé originale - "Herbicidal Stepchild Stains" - n’ait semble-t-il rien à voir). En terme de contenu, on reste ici sur quelque chose de toujours aussi court (quatorze minutes) même si aussi surprenant que cela puisse paraître, le tracklisting a quasiment doublé entre ces deux sorties...

Si Federico Avila est toujours le seul maître à bord, la première chose que l’on remarque à l’écoute de ce nouvel EP (pour peu que l’on ait déjà écouté le précédent) c’est ce son de batterie nettement moins synthétique qu’auparavant. Seul véritable défaut constaté à l’écoute de Spiritual Penury, le Californien semble avoir voulu corriger le tir même si pour être tout à fait honnête on l’entend encore pas mal, notamment lors de ces séquences les plus soutenues à base de blasts (la production ultra moderne de cette fichue boite à rythme n’y est pas étrangère non plus). Enfin bon, il y a du mieux (et clairement on entend la différence) alors ne boudons pas notre plaisir...

Si à première vue peu de choses ont changé du côté d’Unurnment, on remarque tout de même que la durée des morceaux à été quelque peu raccourcie. Est-ce par souci d’efficacité ou bien cela c’est-il fait naturellement ? Toujours est-il que ces cinq nouvelles compositions se concentrent effectivement sur l’essentiel et cela même si Federico Avila semble vouloir s’essayer à des choses relativement nouvelles comme l’atteste "Deliverance From The Flesh (A Perverse Ritual Of Atonement)", sorte de croisement entre un interlude instrumental à l’atmosphère lointaine et diffuse (des premières secondes et ce jusqu’à 1:40) et une séquence Brutal Death mid-tempo au groove écrasant (de 1:40 jusqu’à la fin) qui, soit dit en passant, pourrait presque trouver place sur un album de Blood Incantation. Du haut de ses deux minutes et dix-huit secondes, ce morceau tout en contraste va ainsi offrir à mi-parcours un court moment de répit sans pour autant porter atteinte à la dynamique générale de ce Self-Immolation Suite. Car soyons clair, Unurnment n’est pas venu là pour calmer le jeu ni enfiler des perles...
On va ainsi retrouver tout au long de ce petit quart d’heure aussi court qu’efficace ce fameux Brutal Death technique largement inspiré par celui des années 90 et cela en dépit d’une production moderne qui a toutefois le bon goût de ne pas trop en faire (si ce n’est encore une fois cette boite à rythmes). S’inspirant ainsi de groupes tels que Deeds Of Flesh et Suffocation, Federico Avila va dérouler une fois de plus ce riffing tarabiscoté, entre accélérations à perdre haleine, séquences plus ou moins technico-chaotico-saccadées et ralentissement ultra neuneus histoire de bien dodeliner de la tête au ralenti, de "bass drops" un brin putassiers mais particulièrement efficaces d’un point de vue rythmique (en tout cas lorsqu’ils sont utilisés comme ici avec parcimonie) et une batterie, certes un poil trop synthétique pour être honnête (ouais, il y a encore un peu de boulot, notamment sur ces tapis de double), mais qui pour le coup ne manque ni d’explosivité ni de variété.

Au moment de faire les comptes, il ne fait aucun doute que cette durée des plus réduites a de quoi frustrer. On aurait évidemment aimé en avoir davantage à se caler sous la dent mais pour cela il faudra donc se montrer encore un peu patient. En attendant s’il y a de quoi s’agacer gentiment à ce sujet, on retiendra surtout ce son de batterie plus naturel (même si à ce sujet tout n’est pas parfait) et cette qualité constante qui fait de Self-Immolation Suite un disque une fois de plus particulièrement réussi dans un genre bien souvent plombé par tout un tas d’éléments de mauvais goûts (production en plastique interchangeable, artworks over the top, riffs qui tapent dans le vide, brutalité excessive mais dénuée de feeling...). Bref, c’est court mais c’est bon !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
25/11/2020 12:02
note: 4/5
Depuis Septembre, il n'a pas quitté ma liste de lecture. Sourire

J'attends également un plus long format, mais je boude pas mon plaisir là, loin s'en faut.

Et l'artwork me botte toujours autant.

Encore un EP qu'il faudra régulariser, mais je cale toujours un peu sur les fdp usps... J'aurai p-e du le prendre plus tôt chez Sevared avec d'autres trucs, mais "a pu" apparemment.

Cette année de guedin quand même...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unurnment
Brutal Death Metal
2020 - Maggot Stomp Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (1)  4/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Unurnment
Unurnment
Brutal Death Metal - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Deprived  (02:50)
02.   Spiritual Penury  (03:27)
03.   Deliverance From The Flesh (A Perverse Ritual Of Atonement)  (02:17)
04.   Depraved  (02:58)
05.   Inexorable Incineration (We Must Burn)  (02:40)

Durée : 14:12

line up
parution
4 Septembre 2020

voir aussi
Unurnment
Unurnment
Spiritual Penury (Démo)

2019 - Maggot Stomp Records
  

Essayez aussi
Devour The Fetus
Devour The Fetus
Promo 2012 (Promo)

2012 - Autoproduction
  
Mucopus
Mucopus
Mulch?!?

2005 - Amputated Vein Records
  
Resection
Resection
Zenith

2006 - Unmatched Brutality
  
Malebolgia
Malebolgia
Requiem For The Inexorable

2009 - Comatose Music
  
Rotting Repugnancy
Rotting Repugnancy
Path Of The Diminished

2014 - Sevared Records
  

Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique