chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abyssal Ascendant - Chronicles Of The Doomed Worlds - Part II. Deacons Of Abhorrence

Chronique

Abyssal Ascendant Chronicles Of The Doomed Worlds - Part II. Deacons Of Abhorrence
Parmi la pléthorique scène Death Metal hexagonale le combo jurassien reste encore aujourd’hui particulièrement méconnu malgré ses indéniables qualités, entrevues sur le très bon « Chronicles Of The Doomed Worlds – Part I : Enlightenment From Beyond » sorti déjà en 2015. Sauf que depuis ce premier long-format silence radio ou presque, et à l’heure actuelle où tout va très vite (et s’oublie finalement à la même vitesse) cinq années peuvent être perçues comme une éternité, tant il s’en est passé des choses depuis. Néanmoins on ne pourra pas reprocher à la bande d’avoir perdu (et pris) son temps tant ce deuxième opus se montre tout aussi dense et pénétrant que son prédécesseur mais avec l’expérience en plus, ce qui fait de cette galette une réussite incontestable qui va demander beaucoup du temps pour être bien assimilée. Officiant toujours dans une thématique inspirée de H.P. Lovecraft il n’est donc pas étonnant que la musique et les textes soient particulièrement tentaculaires et sombres, avec des titres aux noms énigmatiques et aux significations nombreuses qui ne manqueront pas d’éveiller la curiosité des plus assidus.

Possédant désormais dans ses rangs un second guitariste (dont l’apport va se révéler précieux sur cette galette) le groupe qui a vu le départ de son batteur a décidé de faire appel au mercenaire Krzysztof Klingbein (KHNVM et tant d’autres), qui va rendre une copie impressionnante et ultra-technique. Car il est indéniable que le trio a encore élevé son niveau de jeu, chose qui va ressortir de façon flagrante grâce notamment à une production puissante et dense (là où elle se révélait sèche et faiblarde auparavant) qui met en valeur la complexité des arrangements des Francs-Comtois, qui lorgnent encore plus vers les grands noms d’outre-Atlantique (NILE, IMMOLATION, MORBID ANGEL…), tout en s’en rapprochant de façon plus forte. Car dès la fin de l’introduction du tentaculaire « Offering Flesh To The Stars » l’ensemble va rester sur une rythmique particulièrement lente et écrasante aux nombreuses cassures, afin de faire perdre tout repère à l’auditeur qui ne sait plus où il se trouve tant il est désarçonné par cette obscurité imprenable. Heureusement un court break (entre orientalisme et messe noire) va émerger du chaos afin de permettre d’apercevoir un léger regain de lumière via notamment des courts blasts hypnotiques, avant que la chappe de plomb ne retombe via un tempo bridé à outrance qui finit d’écraser les têtes les plus solides, et ce même si un solo explosif amorce un léger regain solaire, et la transition vers la plage suivante (« Dissolved Into The Great Hive Of Shaggai's Progeny »). Montrant un équilibre des forces plus grand, celle-ci se dévoile néanmoins au compte-goutte du fait de longues plages instrumentales basées autant sur l’explosivité que sur la lenteur la plus absolue, histoire de densifier l’écriture encore un peu plus, tout en y incorporant une facette remuante réussie et que l’on va retrouver régulièrement par la suite. Cela va sauter aux oreilles dans la foulée via l’équilibré et addictif « The Dweller Awakens », qui bien que conservant un côté brumeux offre un panel plus direct et vindicatif du fait de longs moments déchaînés qui alternent avec ceux plus massifs, propices d’ailleurs au headbanging sur les tapis de double.

Si on a déjà signalé plus haut le boulot de dingue effectué par le frappeur que dire également de celui des gratteux dont les riffs conservent leur fluidité malgré leur technicité, tout comme le chant caverneux et puissant en raccord totalement avec le concept proposé ici. Du coup il n’est pas surprenant que le tout reste addictif même quand la lourdeur prend le pas sur le reste, à l’instar de « March Of The Wind-Walker » qui ne varie presque pas et conserve son train de sénateur sans devenir redondant. Car avec des morceaux qui tournent aux alentours des cinq minutes maximum ses créateurs ont l’excellente idée de ne pas s’éterniser sur la durée, afin de conserver leur efficacité comme cela s’entend sur « The Church Of Free-Will » rampant à souhait, où la chaleur ténébreuse englobe tout l’espace pour ne plus jamais le quitter, tout en dévoilant une certaine sobriété dans la façon de jouer. Ce côté plus bas du front apparaît au grand jour sur le monstrueux « Martyrs Of Mordiggian » où l’ensemble reste en mode rapide de façon quasi-continue, et où l’on se surprend à taper du pied tant c’est relativement accessible sans y perdre sa personnalité. Et même quand la bande trouve le moyen d’accentuer encore plus sa force de frappe (via diverses variations tout azimuts et breaks insubmersibles), ça ne tombe jamais à plat comme avec le religieux et suffocant « NILGH’RI VULGT’MAH EH’YEOG UH’EOG », et « Wombs Of Torment » qui prend la tête en étau sans jamais relâcher la pression d’un iota malgré des variations sans limites.

Sans vouloir paraître excessif ou dithyrambique on ne peut qu’être k.o et admiratif devant une telle maestria qui n’a quasiment rien à envier aux ténors du genre venus de l’autre côté de l’Atlantique, dont le rendu va emmener les fans au plus profond des abysses en les faisant passer par tous les états mentaux inimaginables. Sans baisse de qualité et conservant une homogénéité sans bornes du début à la fin on peut facilement dire qu’on est en présence probablement d’un des disques français de Death Metal de cette année, certes pas encore terminée mais riche en œuvres imposantes et marquantes. Avec en prime une pochette magnifique signée de l’Italien Daniele Lupidi (VALGRIND) il serait franchement regrettable et dommageable de ne pas se pencher sur cette œuvre dantesque, qui prouve encore une fois la qualité du catalogue de Dolorem Records et de la scène Metal hexagonale qui reste dans le haut du panier mondial.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abyssal Ascendant
Death Metal
2020 - Dolorem Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Abyssal Ascendant
Abyssal Ascendant
Death Metal - 2012 - France
  

nouveaute
A paraître le 9 Octobre 2020

tracklist
01.   Offering Flesh To The Stars
02.   Dissolved Into The Great Hive Of Shaggai's Progeny
03.   The Dweller Awakens
04.   March Of The Wind-Walker
05.   NILGH’RI VULGT’MAH EH’YEOG UH’EOG
06.   Martyrs Of Mordiggian
07.   Wombs Of Torment
08.   The Church Of Free-Will
09.   Coven Of Agony

Durée : 39 minutes

line up
Essayez aussi
Lantern
Lantern
Dimensions

2020 - Dark Descent Records
  
Valgrind
Valgrind
Seal Of Phobos (EP)

2017 - Everlasting Spew Records
  
Valgrind
Valgrind
Condemnation

2020 - Memento Mori
  
Vicious Art
Vicious Art
Pick Up This Sick Child

2008 - Mighty Music
  
Brimstone In Fire / Pathogen
Brimstone In Fire / Pathogen
All Flesh Fades (Split-CD)

2009 - Brute! Productions
  

Gorguts
Obscura
Lire la chronique
Dead Can Dance
Within The Realm Of A Dying...
Lire la chronique
Dwarrowdelf
Evenstar
Lire la chronique
Aborted Fetus
Pyramids Of Damnation
Lire la chronique
Rotting Christ
Non Serviam
Lire la chronique
Savagery
Off The Ruins... (EP)
Lire la chronique
Pig Destroyer
The Octagonal Stairway (EP)
Lire la chronique
Orchid
Dance Tonight! Revolution T...
Lire la chronique
Abyssal Ascendant
Chronicles Of The Doomed Wo...
Lire la chronique
Crucifix
Visions Of Nihilism (Compil.)
Lire la chronique
To Conceal The Horns
Purist
Lire la chronique
Death Invoker
Necromancy, Damnation, Reve...
Lire la chronique
Seep
Souvenirs Of A Necrosadist ...
Lire la chronique
Precaria
Nigraluminiscencia (Compil.)
Lire la chronique
Six Feet Under
Nightmares Of The Decomposed
Lire la chronique
Drastus
Serpent’s Chalice – Materia...
Lire la chronique
Narrow Head
12th House Rock
Lire la chronique
Necrophobic
Dawn Of The Damned
Lire la chronique
Mortality Rate
You Were the Gasoline (EP)
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Show​-​off Cadavers – The A...
Lire la chronique
Crépuscule d'Hiver
Par-Delà Noires Glaces Et B...
Lire la chronique
BLACK METAL 1997 : TOP10 et PATOP 3
Lire le podcast
Ordinance
In Purge There Is No Remission
Lire la chronique
Dorminn
Dorminn (EP)
Lire la chronique
Lie In Ruins
Demise (EP)
Lire la chronique
Emyn Muil
Afar Angathfark
Lire la chronique
Hexecutor
Beyond Any Human Conception...
Lire la chronique
In the Mist
Au son des crânes qui se br...
Lire la chronique
Candiria
Process Of Self.Development
Lire la chronique
Proscription
Conduit
Lire la chronique