chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Archgoat - Heavenly Vulva (Christ's Last Rites)

Chronique

Archgoat Heavenly Vulva (Christ's Last Rites) (EP)
L’arrivée dans les semaines à venir du cinquième album d’Archgoat m’a fait me souvenir que certaines sorties des frères Puolakanaho manquaient encore cruellement à l’appel sur Thrashocore. Si je ne me suis pas fixé pour mission d’aborder ici ou ailleurs toute la discographie du groupe finlandais dont certaines sorties s’avèrent quand même largement dispensables ou en tout cas réservées aux seuls fanboys de la formation, faire l’impasse sur Heavenly Vulva (Christ's Last Rites) me semblait néanmoins bien mal avisé...

Paru en octobre 2011 sur Debemur Morti Productions, ce court EP de seize minutes se dévoile en premier lieu à travers l’artwork sulfureux d’un Chris Moyen ici comme à la maison. Pourvue de ce coup de crayon si caractéristique, cette oeuvre qui pue le sexe mais surtout le blasphème ne pouvait pas mieux coller à l’univers d’Archgoat et à ce titre sans équivoque. Enregistré comme toujours au Temple Of The Blackmoon studio, Heavenly Vulva (Christ's Last Rites) se propose de nous faire découvrir six nouvelles compositions (dont une introduction) pour une durée contenue qui, on l’a vue, dépasse de peu le quart d’heure. Alors certes, ce n’est pas beaucoup mais celui-ci aura eu le mérite de nous faire patienter un petit peu avant la sortie quatre ans plus tard de The Apocalyptic Triumphator.

Archgoat faisant du Archogat depuis déjà belle lurette, je vais essayé de faire court sur mon laïus lié à l’originalité ou plutôt à l’absence totale de prise de risque dont fait preuve la formation depuis maintenant trois décennies. C’était déjà le cas il y a dix ans quand est sorti ce EP et ça le sera encore assurément dans quelques jours lorsque nous aborderons ensemble le cas de Worship The Eternal Darkness. Car non, rien n’a changé chez les Finlandais depuis le début des années 90, époque à laquelle le groupe originaire de Turku réussissait à marquer le genre de son empreinte grâce à un Black Metal bestial, certes rudimentaire et effectivement quelque peu répétitif, mais néanmoins doté d’une capacité destructrice absolument grandiose. Du coup, si par le plus grand des hasards vous n’aviez encore jamais posé vos oreilles sur Heavenly Vulva (Christ's Last Rites), je ne vous apprendrai rien si je vous disais qu’il n’y a rien d’autre à attendre de ces nouveaux morceaux que ce à quoi les frangins nous ont toujours habitué depuis 1991 et la sortie de Jesus Spawn.

Passé cette introduction qui va pour une fois nous mettre sobrement dans le bain (pas de porc que l’on égorge ni de femme qui jouit mais seulement les élucubrations traficotées d’un énergumène probablement encapuchonné), les Finlandais vont attaquer sans plus attendre avec un "Blessed Vulva" contenant à peu de chose près tout ce que l’on peut attendre d’un titre d’Archgoat. Soit une production toujours aussi dense et abrasive, des riffs à trois notes effectivement très simples mais surtout diablement efficaces et déroulés sans surprise sur fond de blasts ultra entêtants, des séquences mid-tempos naturellement taillées pour briser des nuques avec parfois en supplément quelques touches de synthétiseur proposées par exemple sous la forme de voix lointaines et fantomatiques et enfin en guise de cerise sur le gâteau le growl dégoulinant et chargé de Lord Angelslayer aka Rainer Puolakanaho.
La suite, et je n’apprends rien à personne, va suivre peu ou prou le même schéma avec évidemment toujours autant de réussite. On soulignera néanmoins ce sample tout en finesse servant d’introduction à "Goddess Of The Abyss Of Graves" où l’on peut y entendre les gémissements de plaisir d’une femme en plein coït suivi du cri de satisfaction d’une chèvre possédée, l’orientation mid-tempo d’un « Day Of Clouds" menaçant qui va naturellement contraster avec toutes ces attaques dispensées par Archgoat sur "Blessed Vulva", "Goddess Of The Abyss Of Graves", "Penetrator Of The Second Temple" et "Passage To Millennial Darkness", attaques menées évidemment le plus clair du temps le couteau entre les dents. Enfin, et même si vous allez dire que je ressasse, difficile de ne pas succomber à cette science du riff Punk passé à la moulinette Black Metal (simple, direct, redoutable, efficace en chaque occasion), à cette aisance que possède Archgoat pour caler des breaks et autres ralentissement à devenir chèvre ("Blessed Vulva" à 0:51, 1:29 et 2:33, "Goddess Of The Abyss Of Graves" à 0:55 et 2:17, les premières notes de "Penetrator Of The Second Temple" ainsi qu’à 1:15 et 1:38 et "Passage To Millennial Darkness" à 1:05) et à créer ces atmosphères blasphématoires et dépravées toujours aussi délicieuses.

Voilà pour ce Heavenly Vulva (Christ's Last Rites) pour lequel il ne me semble pas utile de broder davantage. Comme je l’ai déjà évoqué un peu plus haut, Archgoat continue ici de faire du Archgoat sans apporter quoi que ce soit de neuf à se caler sous la dent. Certes, il faudra aller voir ailleurs pour espérer être un minimum surpris mais dans ce monde qui bouge à cent à l’heure et ne cesse de changer, il est bon parfois de pouvoir se réfugier vers quelques valeurs sûres qui elles n’ont pas l’intention de jouer le jeu du renouveau et de la mise en péril.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
22/09/2021 16:13
note: 4/5
J'avais découvert avec "Whore of..." et j'ignorais à l'époque qu'ils sévissaient depuis si longtemps... Même si j'aime moins les démos des débuts, c'est toujours autant le panard avec ce groupe, pour une raison que je n'arrive pas à m'expliquer car ça reste bas du front et assez rudimentaire (pour pas dire primaire!). Ravi en tout cas de voir cet EP chroniqué ici, car ça fait partie de mes disques qui tournent le plus en bagnole (avec Pestapokalypse de Belphegor j'avoue...) le format court, et le côté rustre et blasphématoire à souhait aidant sans doute, surtout après une journée de boulot. Je plussoie en tout cas le riff de "Day of clouds" possédant c'est le mot juste!

Bon le prochain album à l'air d'être du même cru, pas de surprise, pas d'étonnement, ça tourne un peu en rond, mais comme un kouignamann bien gras (ou une bonne bière fraiche!) c'est toujours aussi bon!
Deathrash citer
Deathrash
21/09/2021 17:54
Dernière bonne sortie d'Archgoat pour moi, y'a rien à jeter sur cet EP, une synthèse de ce que le groupe sait faire de mieux.
Dantefever citer
Dantefever
21/09/2021 16:37
Le riff de "Day of clouds" me passe dans la tête de lui-même au moins une fois par semaine tant il est possédant. Énorme EP.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Archgoat
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  4/5
Webzines : (2)  3.13/5

plus d'infos sur
Archgoat
Archgoat
Black Metal - 1989 - Finlande
  

tracklist
01.   Intro  (01:07)
02.   Blessed Vulva  (03:10)
03.   Goddess Of The Abyss Of Graves  (02:39)
04.   Penetrator Of The Second Temple  (03:08)
05.   Day Of Clouds  (03:28)
06.   Passage To Millennial Darkness  (02:32)

Durée : 16:04

line up
parution
14 Octobre 2011

voir aussi
Archgoat
Archgoat
The Luciferian Crown

2018 - Debemur Morti Productions
  
Satanic Warmaster / Archgoat
Satanic Warmaster / Archgoat
Lux Satanae (Thirteen Hymns of Finnish Devil Worship) (Split 12")

2015 - Hells Headbangers Records
  
Archgoat
Archgoat
The Apocalyptic Triumphator

2015 - Debemur Morti Productions
  
Archgoat
Archgoat
The Light-Devouring Darkness

2009 - Moribund Records
  
Archgoat
Archgoat
Whore Of Bethlehem

2006 - Hammer Of Hate Records
  

Essayez aussi
Sacrificia Mortuorum
Sacrificia Mortuorum
Railler l'Hymen des Siècles

2012 - Apparitia Recordings
  
Stromptha
Stromptha
Odium Vult

2018 - Ossuaire Records
  
Hexerei
Hexerei
Ancient Evil Spirits

2021 - Autoproduction
  
Katharsis
Katharsis
Fourth Reich

2009 - Norma Evangelium Diaboli
  
Setherial
Setherial
Ekpyrosis

2010 - Regain Records
  

Fustilarian
All This Promiscuous Decadence
Lire la chronique
Hate
Rugia
Lire la chronique
Bryan Eckermann
Plague Bringers
Lire la chronique
Angel Witch
Angel of Light
Lire la chronique
The Ruins Of Beverast
The Thule Grimoires
Lire la chronique
The Body / Big Brave
Leaving None but Small Bird...
Lire la chronique
Dream Theater
A View From The Top Of The ...
Lire la chronique
BLACK METAL : Les 100 groupes les plus influents des origines à nos jours !?
Lire le podcast
À Terre
Notre Ciel Noir (EP)
Lire la chronique
Worm
Foreverglade
Lire la chronique
Destinity
In Continuum
Lire la chronique
Momentum
Momentum
Lire la chronique
Kompost
Pallor Mortis
Lire la chronique
Carcass
Torn Arteries
Lire la chronique
Aussichtslos
Einsicht
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Punishment And Devotion (EP)
Lire la chronique
Demolizer
Upgrade (EP)
Lire la chronique
Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique