chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
199 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Black March - Gloria In Ruinam

Chronique

Black March Gloria In Ruinam (EP)
Après avoir déboulé en force il y’a déjà trois ans avec l’excellent « Praeludium Exterminii » l’heure est à la confirmation pour le quintet toulousain dont la notoriété n’a fait que croître, et qui n’a cessé d’enchaîner les concerts depuis ce premier opus. Plutôt que de devoir faire poireauter ses fans encore plus longtemps avec un successeur loin d’être terminé, celui-ci est retourné en studio afin d’y enregistrer cet EP de cinq titres qui malgré sa courte durée comblera largement les attentes tant il poursuit dans cette même voie Black/Thrash des plus agréables. Car malgré les soubresauts en interne (départs du batteur Samuel Santiago - remplacé depuis par Guilhem d’ALLEGIANCE et IRON FLESH - ainsi que de Mary au chant) les partants ont néanmoins participé à ce court-format qui propose encore plus d’homogénéité que l’album, bien que la vitesse reste majoritaire.

On avait remarqué en effet que le combo aimait jouer rapidement et fort tout en proposant suffisamment de variété pour ne pas tomber dans la linéarité, et d’entrée on s’aperçoit qu’il a conservé ce point positif tout en densifiant encore plus sa musique, via l’excellentissime « Psalmody For The Lepers ». Si l’alternance rythmique basée sur la rapidité ne va pas cesser durant ce morceau d’ouverture, ce qui va surtout marquer les esprits c’est son côté épique et ses plans propices au headbanging, qui apparaissaient déjà sur le long-format mais qui sont ici encore plus nombreux et réussis. Entre blasts dévastateurs et passages entraînants d’obédience guerriers tout est fait pour donner envie à l’auditeur de taper du pied et de remuer la tête, via une batterie groovy qui ne cesse d’enchaîner breaks et roulements, complétés par des riffs d’une sobriété et agressivité implacable et mis en avant par la voix toujours aussi convaincante de la chanteuse. D’entrée les Hauts-Garonnais placent donc la barre très haut sans y perdre en fluidité et en conservant cette écriture relativement simple afin d’offrir un son direct où l’accroche prime sur la technique exacerbée, choix qui se montre une fois encore bénéfique, et ça n’est pas avec « Spreading Death As A Pale Horse » que l’on risque de changer d’avis. Totalement influencé par le Punk (via un riffing très simple et foutrement efficace) l’ensemble montre une facette plus directe et bas du front, portée par une vitesse quasi-continue (où le headbanging est de rigueur), avant qu’un court passage plus lent à la noirceur renforcée ne vienne permettre à l’auditoire de reprendre son souffle durant quelques instants. Cette écriture dépouillée se poursuit d’ailleurs dans la foulée sur le tout aussi réussi « Thy Fall Will Be Glorified » aux accents Norvégiens majeurs (on sent presque le souffle de TAAKE) et au mid-tempo plus présent que jamais, qui amène ainsi un soupçon de froideur supplémentaire. Etant probablement la compo la plus diversifiée de cette galette elle précède de fait la plus radicale et hargneuse (« Deus Nihil Metuo ») qui va être également la plus courte de ce disque, sans pour autant être bâclée ou expédiée. Car en moins de trois minutes chrono on se retrouve en présence d’une influence Black plus marquée encore, aidée en cela par une rythmique déchaînée qui ne ralentit quasiment pas, misant ainsi sur une violence plus intense mais tout aussi addictive, tant ça déborde de noirceur par tous les pores. Du coup après cette déferlante plus primitive le groupe a la bonne idée d’épaissir sa musique histoire de terminer dignement, du coup il n’est pas étonnant que « Dies Irae » soit à la fois la plage la plus longue mais aussi la plus dense rythmiquement parlant. Si lors de l’ouverture il nous montrait un vrai mélange des bpm ici la chose est poussée plus loin en proposant trois parties distinctes, vu que ça débute et se conclue par des accélérations à foison, alors qu’en son centre un long moment de lenteur glaciale et désespérée se fait entendre pour pénétrer plus profondément l’âme, tout en y faisant émerger quelques relents martiaux implacables et guerriers.

Il n’y a donc pas besoin d’être sorti de Saint-Cyr pour comprendre que la bande a aisément confirmé les espoirs placés en elle, avec une facilité déconcertante et une maîtrise qui fait plaisir à entendre tant le genre est peu représenté dans l’hexagone. Habile dans l’écriture qui se fait à la fois directe et agressive, l’ensemble montre suffisamment de diversité et de maturité pour ne pas tomber dans la redite et le plagiat de bas-étage, où le style à l’heure actuelle a tendance à se situer. Autant dire qu’avec cette réalisation sans fausses notes ni fautes de goût BLACK MARCH marque encore des points au niveau national, et l’on espère que le prochain hurleur fera aisément oublier sa prédécesseur qui par sa présence et son coffre amenait un vrai supplément d’âme. Bref l’avenir le dira mais pour l’instant il s’annonce radieux, et montre encore une fois la qualité de la scène extrême Française qui tient la dragée haute aux nordiques et autres excités d’outre-Atlantique.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

X-Death citer
X-Death
31/10/2020 10:46
note: 4/5
Le Black c'est pas ma tasse de thé, il faut qu'il soit hautement dilué, sinon j'ai froid et le ciel s'assombrit.... Et ça N4pht4 le sait, en connaissance de cause il m'a orienté sur cet EP.

Ici pas d'accords dissonants dégueulasses, pas de riffs à l'azote liquide répétés pendant 1mn30, pas de corbeau à l'horizon...
Agressivité constante, efficacité Punk et une variété de riffs tirée du Thrash (de celui qui se respecte on s'entend) soutenues par un Samuel Santiago excellent et un chant au top.
Vraiment bien. J'approuve.

La pochette est ab-so-lu-ment magnifique !! J'ai cliqué le digipack, j'attend une affiche ou un t-shirt s'il vous plaît...
N4pht4 citer
N4pht4
30/10/2020 16:59
note: 4.5/5
Excellent EP de bout en bout, aucun temps mort, pas de morceau faible. Le dernier morceau me ferait presque regretter que tout le chant ne soit pas en français d’ailleurs

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black March
Black/Thrash
2020 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (2)  4.25/5
Webzines :   -

plus d'infos sur
Black March
Black March
Black / Thrash - 2011 - France
  

tracklist
01.   Psalmody For The Lepers
02.   Spreading Death As A Pale Horse
03.   Thy Fall Will Be Glorified
04.   Deus Nihil Metuo
05.   Dies Irae

Durée : 23 minutes

line up
parution
20 Octobre 2020

voir aussi
Black March
Black March
Praeludium Exterminii

2017 - Throats Productions
  

Essayez aussi
Inculter
Inculter
Persisting Devolution

2015 - Edged Circle Productions
  
Devouror
Devouror
Slay for Satan (EP)

2019 - Metal Zone Records
  
Extirpation
Extirpation
A Damnation’s Stairway To The Altar Of Failure

2019 - Triumph Ov Death
  
Goatwhore
Goatwhore
Carving Out the Eyes of God

2009 - Metal Blade Records
  
Desaster
Desaster
The Arts Of Destruction

2012 - Metal Blade Records
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique