chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Blasphemer - The Sixth Hour

Chronique

Blasphemer The Sixth Hour
L'évolution chez les groupes de brutal death, c'est aussi courant qu'une victoire de l'OM dans un match de Ligue des Champions. C'est pas souvent, quoi. D'autant que là on parle de véritable changement, de nouvelle direction artistique, pas juste un peu moins de blast-beats par-ci, un peu plus de gruiks par là. Il y a bien eu Deeds of Flesh mais le cas récent le plus comparable vient sans doute de Beheaded qui, d'un brutal death assez technique d'obédience américaine fait désormais dans le death metal plus européen. Exactement ce qui arrive à Blasphemer sur ce nouvel album The Sixth Hour sorti en début d'année sur Candlelight Records.

Passer de Comatose Music au label anglais pouvait déjà interpeller. Le nouveau logo sobre et lisible également (on pense justement à Azarath sur son Blasphemers' Maledictions), tout comme cette belle pochette noir et blanc typée gravure moyenâgeuse qui rappelle un peu Evangelion de Behemoth. Si avec tout cela, on ne se doutait pas d'un changement chez les Italiens ! Qu'est-il donc arrivé au combo, des changements de line-up ? Oui mais pas seulement. Cela avait déjà été le cas pour Ritual Theophagy (2016) sorti huit ans après le premier album On the Inexistence of God et six après l'EP Devouring Deception, qui n'avait toutefois pas été abordé en ces pages en raison d'un manque de motivation du chroniqueur pour un opus moyen qui ne bouleversait pas la donne. Le bassiste Clod "The Ripper" De Rosa a donc pris les commandes et tient désormais aussi le micro à la place du chanteur originel Paolo Maniezzo. Darren Cesca n'a fait qu'une brève pige à la batterie, remplacé par Davide Cazziol (ex-Helion). Les Lombards ont aussi recruté un deuxième guitariste en la personne de Nicolò Brambilla (Ekpyrosis, ex-Daemoniac) pour épauler le seul membre d'origine Simone Brigo, qui joue également depuis quelques années dans ... Beheaded ! Tiens donc !

Il est clair que le duo De Rosa / Brigo a vu ses goûts en matière de death metal évoluer. De là surtout vient la raison de ce nouveau son. Toujours très anti-religion (ils n'ont après tout pas changé de nom), moins USBDM. Plus du tout, même. Disons pour schématiser que la formation passe de Deeds of Flesh à Behemoth. D'un brutal death assez technique à l'américaine à un death metal à la polonaise. Cela a peut-être déplu à certains, pas à moi. Car si Blasphemer n'a jamais démérité, l'évolution sur ce The Sixth Hour s'avère salvatrice, les faisant passer de sympathique à grosse claque dans les gencives. Malgré cette transition d'un brutal death à un death metal plus classique, le côté brutal et intense n'a en effet pas du tout été rayé de la carte, bien au contraire. Le groupe n'a pas perdu au change avec Davide Cazziol qui blaste à tour de bras, un régal, surtout avec cette production musclée et ce son de batterie moderne sans être imbuvable. Une puissance que l'on retrouve aussi dans le chant de De Rosa, un growl moins gruiké et donc plus compréhensible que sur les précédentes réalisations, moins varié aussi puisque les Transalpins s'adonnaient à du triple voire quadruple chant, mais qui pue le Mal et en impose grave. Parfaitement adapté à la tournure des événements. Le tout dégage une efficacité incroyable, on beuglera les refrains tout simples de "Hail, King of the Jews!" et "Lord of Lies", le morceau le plus radical du lot (quelle jouissance !), le poing serré avec sa grimace la plus evil.

Et les guitares là-dedans ? Que du bon ! Du riff en tremolo picking la plupart du temps qui ne réinvente rien mais qui parasite le cerveau avec insistance ("The Stumbling Block" à 1'48, juste miam !). Intense et bouillonnant, là encore l'efficacité est de mise. On trouve même quelques très bons solos mélodiques ("Let Him Be Crucified" à 3'08, "Lord of Lies" à 1'19, "The Robe of Mockery" à 1'47, "The Deposition" à 2'35), dommage que le groupe n'ait pas mis davantage l'accent dessus. Difficile toutefois de faire la fine bouche, les Italiens nous offrant tant d'autres choses par un jeu de guitare finalement assez varié. Blasphemer ne passe ainsi pas non plus son temps à blaster. Le combo se débrouille aussi très bien pour groover dark (Morbid Angel) et sur les quelques ralentissements qu'il opère comme sur l'intro à la Incantation de "Let Him Be Crucified" et à 2'30, "I.N.R.I." à 2'23 ou "Via Dolorosa", instrumental entièrement mid-tempo. Le groupe avait déjà fait le coup avec brio sur le sombre "Blessed Are the Wombs That Never Bore" mais en acoustique. Autre fait notable, l'inclusion de dissonances décidément très à la mode mais dont les Italiens n'abusent pas, les utilisant toujours avec intelligence dans les moments plus modérés afin d'appuyer sur l'atmosphère (début de "The Stumbling Block", "Via Dolorosa", l'outro "De Profundis", etc.). Eh oui il y a de l'ambiance sur ce The Sixth Hour qui dégage vraiment quelque chose, une vraie intensité dramatique prenante. Clairement le signe des grands albums !

Car un grand album, The Sixth Hour l'est assurément. On n'était pas loin du 9/10. Blasphemer a peut-être perdu au passage quelques fans ne jurant que par le brutal death US et on pourrait éventuellement y voir un peu d'opportunisme (Behemoth, dissonances ...). Peu importe tant le quatuor vient de passer plusieurs caps d'un seul coup. Si on se doutait depuis quelques temps que la formation évoluerait, j'avoue que je ne m'attendais pas à une telle réussite. Les Transalpins ne proposent pourtant rien d'original (quoique le chant clair hurlé sur "The Sixth Hour" à 1'53 ou les arpèges sur un pattern de batterie peu commun au démarrage de "I.N.R.I." étonnent pas mal à la première écoute) puisqu'il s'agit d'un death metal à la polonaise que l'on connaît bien. Néanmoins, comment ne pas fondre devant une telle maîtrise, un tel talent de composition ?! Le groupe nous propose une belle panoplie de tout ce que le death metal a à nous offrir sur une œuvre d'une brutalité jouissive qui n'en oublie pas pour autant de varier un minimum afin de rester intéressante pendant près de trois quarts d'heure. Ça bourre, ça trémoloïse, ça groove, ça dissone, ça mélodise, ça maîtrise, ça ambiance, il y a de quoi faire sur ce The Sixth Hour délectable. À part une légère redite qui se fait sentir vers la fin de "The Deposition", les saccades indignes de "The Sixth Hour" à 3'01 qui plus est introduites par un bass drop et qui s'imposent comme la seule faute de goût du disque ou encore deux-trois séquences balourdes de semi-blasts, il n'y a pas grand chose à reprocher à Blasphemer qui signe là un des, si ce n'est le, meilleurs albums death metal de l'année. Un véritable coup de maître !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Orel Lion citer
Orel Lion
23/06/2021 16:37
Et merci pour la découverte (pour ma part).
Vraiment efficace! ça passe comme papa dans maman!.

Par contre j'ai un soucis : je suis le seul à attendre au refrain de "Hail, King of the Jews!" : "Hail... hail... des confettis !" ?
X-Death citer
X-Death
31/10/2020 10:49
N4pht4 a écrit : Moi c’est plutôt l’inverse. Leurs albums « USBDM » me passent complètement au dessus (d’ailleurs j’ai failli rater cette chronique avant qu’un disciple de l’art de la mort m’exhorte à aller écouter)

Hé hé bon deal avec Black March !

J'ai pas encore tout écouté, trop de chose sur le feu, mais ça déboîte.
N4pht4 citer
N4pht4
31/10/2020 08:21
note: 8.5/10
Moi c’est plutôt l’inverse. Leurs albums « USBDM » me passent complètement au dessus (d’ailleurs j’ai failli rater cette chronique avant qu’un disciple de l’art de la mort m’exhorte à aller écouter) alors que celui c’est un grand oui! Les riffs, bien que peu nombreux, sont tous excellents! L’ambiance de l’album est terrible, la brutalité toujours présente mais pas sans discontinuer, que dire également des tremolos tellement bien sentis... bref c’est un achat immédiat. S’ils continuent dans cette voie, perso ça me va complètement.

... et en plus l’artwork est très réussi
Insania citer
Insania
30/10/2020 17:35
Pas trop ma came, pour les raisons que tu as évoquées, à savoir le changement drastique de style. Impossible de ne pas reconnaître la qualité de l'album, mais franchement "ON THE INEXISTENCE OF GOD" n'était pas moins abouti et me correspondait bien d'avantage...
Ander citer
Ander
29/10/2020 18:49
note: 8/10
C'est pas plus mal qu'ils aient évolués, le précédent étant très moyen selon moi…

Je reste un inconditionnel du premier album et de l'EP qui a suivi, mais quand une évolution est aussi réussie, je crache pas dans le gaspacho!
human citer
human
29/10/2020 16:04
note: 5/10
Grosse déception.
Un album d'une platitude extrême. Terminé les riffs tranchants avec des blasts à foison, on s'ennuie ferme.
Je ne recommande pas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Blasphemer
Death Metal
2020 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (5)  7.5/10
Webzines : (3)  7.78/10

plus d'infos sur
Blasphemer
Blasphemer
Death Metal - 1998 - Italie
  

vidéos
The Sixth Hour
The Sixth Hour
Blasphemer

Extrait de "The Sixth Hour"
  
The Deposition
The Deposition
Blasphemer

Extrait de "The Sixth Hour"
  

tracklist
01.   Let Him Be Crucified  (03:58)
02.   Hail, King of the Jews!  (03:33)
03.   The Stumbling Block  (03:58)
04.   Stabat Mater  (04:33)
05.   Blessed Are the Wombs That Never Bore (instrumental)  (01:20)
06.   Lord of Lies  (03:36)
07.   Via Dolorosa (instrumental)  (03:20)
08.   The Robe of Mockery  (04:02)
09.   I.N.R.I.  (04:22)
10.   The Sixth Hour  (03:41)
11.   The Deposition  (03:59)
12.   De Profundis  (02:10)

Durée : 42:32

line up
parution
24 Janvier 2020

voir aussi
Blasphemer
Blasphemer
On The Inexistence Of God

2008 - Comatose Music
  
Blasphemer
Blasphemer
Devouring Deception (EP)

2010 - Comatose Music
  

Essayez aussi
Ascended Dead
Ascended Dead
Abhorrent Manifestation

2017 - Invictus Productions / Dark Descent Records
  
Amputory
Amputory
Ode To Gore

2015 - Xtreem Music
  
Unleashed
Unleashed
Shadows In The Deep

1992 - Century Media Records
  
Father Befouled
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)

2019 - Dark Descent Records
  
Endseeker
Endseeker
Mount Carcass

2021 - Metal Blade Records
  

Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique