chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Void Paradigm - Ultime pulsation | Demain brûle

Chronique

Void Paradigm Ultime pulsation | Demain brûle
D’emblée, évacuons ce qui a besoin de l’être : il y a de fortes chances que, dans les bouées que vous chercherez pour définir ce que parvient à faire ici Void Paradigm, vous pensiez à Deathspell Omega – et pas n’importe lequel. Deux titres de vingt minutes environ, brisant les codes du black metal tout en lui redonnant tout son venin, avec une ferveur rare... On n’excusera aisément que la compilation Diabolus Absconditus / Mass Grave Aesthetics vienne en tête à l’écoute de Ultime pulsation | Demain brûle.

Mais on n’excusera certainement pas de croire qu’il y a ici inspiration de l’un chez l’autre, ni que les Rouennais n’aient rien de plus à dire. Telle évocation est certes, en elle-même, délicieuse, épatante tant elle ne dévalorise rien, égale maîtrise, égale puissance, égale claque dont nos joues ont bien du mal à guérir. Seulement, Void Paradigm n’a jamais suivi l’un ou l’autre, n’a jamais tracé d’autres routes que la sienne, ses œuvres précédentes, absconses et fascinantes, en étant les preuves. Voici donc ce que l’esprit se force à retenir, ce qu’il oublie volontairement, ces rappels aux Poitevins (mais aussi aux dissonances névrosées de Daughters et de la scène noise rock, à cette dérive punk de Sordide, ces crises de neurasthénie façon Anhédonie d’Ataraxie...) n’étant qu’une minuscule lumière que l’on s’invente lorsque l’on se perd dans ces trente-neuf minutes. Ultime pulsation | Demain brûle, s’il est quelque chose de définissable, est avant tout l’expression d’une liberté artistique comme on en rencontre peu. Une liberté que chacun exprime à sa façon, réunion d’individus talentueux (y a-t-il besoin de le signaler, quand on voit qui se cache derrière tout ça ?), chacun donnant son maximum, une osmose se créant presque par erreur.

Il y a d’abord cette voix, connue de longue, et cependant une nouvelle fois prenante dans ce qu’elle charrie de dégoût, de modulations autour du mépris. Un mépris qui, ici, s’habille d’une tristesse amère (et donc fondamentalement black metal) comme l’on peste les soirs de déchéance que l’on a eu tort de s’accorder en solitaire. Triste jusqu’à la folie, par l’évocation d’un avenir brûlant et pourtant loin de réchauffer le cœur. L’interprétation est à la hauteur des paroles, la voix influe, ponctue, appuie et gémit avec conviction, dans un français qui ne pouvait être que la langue où exprimer cet ennui profond virant à une colère froide.

Il y a ensuite cette guitare, connue également depuis longtemps, sous diverses formes, et cependant une nouvelle fois inédite dans ce qu’elle se permet d’ailleurs, de sorties de route, de constructions alambiquées mais toujours conduites par la poésie des alambics, une saoulerie de notes où les enluminures simples ont le goût du fer, jusqu’à une production brute et claire à la fois. L’exécution est méthodique, à la hauteur des sentiments, accumulant l’hétérogène pour en faire son propre lexique, couche par couche, elle s’alimente, couche par couche, elle gratte notre carapace, le début de « Demain brûle » en étant sans doute la plus belle révélation.

Il y a enfin cette batterie que – tiens ! – on ne connaît pas tant que ça malgré quelques rencontres, et qui devient rapidement le clou qui enfonce dans notre crâne ces tergiversations par son jeu versatile. Jazz ? Un jazz qui jouerait alors à chaque fois le rythme juste, tout en étant Légion... Un jazz qui à la grâce des plus aériens états d’ébriété, effronté car jamais où on l’attend et pourtant, gare à lui quand il arrive !

Grâce, le mot est lâché – et voilà bien le seul que l’on a envie de retenir, dans cette avalanche de mots cherchant à dire mais ne trouvant jamais. Telle décadence rappelle une nouvelle fois que Rouen a une place à part dans le metal, avec ses images d’aristocrates en guenilles, sa sentimentalité âpre et distinguée, sa noblesse d’âme fascinée par la fange. Void Paradigm rend tout cela lumineux de fièvre, vivant jusqu’à vouloir tuer ce qui n’est pas lui, ses aigreurs et condamnations cachant, en miroir, des envies de beauté sanglante, de justice. Cynique car romantique déçu, il écrit un poème rageur et le profère de ses lèvres violacées par le vin, comme jeté par nécessité, à destination de personne et tout le monde. Une œuvre aussi évidente qu’exigeante, imparable pour peu que l’on soit adepte d’une certaine complexité d’esprit, prenant un plaisir négatif dans les égarements tortueux pratiqués aux heures que l’on vole à la nuit. Pour ces gens-là, Ultime pulsation | Demain brûle a le potentiel de devenir une future référence.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

BBB citer
BBB
02/11/2020 11:41
Cet album m'a pris par surprise et depuis il tourne régulièrement. Une des grosses sorties de cette fin d'année.
Va falloir que je le régularise.
lkea citer
lkea
01/11/2020 07:54
En écoute sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Void Paradigm
Black Metal avant-gardiste
2020 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Void Paradigm
Void Paradigm
Black Metal avant-gardiste - 2012 - France
  

tracklist
01.   Ultime Pulsation  (19:31)
02.   Demain Brûle  (19:10)

Durée : 38 minutes 41 secondes

line up
parution
6 Novembre 2020

voir aussi
Void Paradigm
Void Paradigm
Earth's Disease

2015 - Apathia Records
  

Essayez aussi
Urarv
Urarv
Aurum

2017 - Svart Records
  
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Ephel Duath
Ephel Duath
Rephormula

2001 - Elitist Records
  
Grand Alchemist
Grand Alchemist
Intervening Coma-Celebration

2002 - Sound Riot Records
  
Slagmaur
Slagmaur
Thill Smitts Terror

2017 - Osmose Productions
  

Stass
Songs Of Flesh And Decay
Lire la chronique
Mavorim
Aasfresser (EP)
Lire la chronique
Sagenland
Oale groond
Lire la chronique
Psychonaut 4
Beautyfall
Lire la chronique
Bones
Gate Of Night (EP)
Lire la chronique
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbul...
Lire la chronique
Salò
Sortez vos morts (EP)
Lire la chronique
Within The Ruins
Black Heart
Lire la chronique
(DOLCH)
Feuer
Lire la chronique
Stabbed
Defleshed By Reptiles (Démo)
Lire la chronique
Anguis Dei
Angeist
Lire la chronique
Archaic Thorn
Eradication
Lire la chronique
Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique