chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Of Feather And Bone - Sulfuric Disintegration

Chronique

Of Feather And Bone Sulfuric Disintegration
Si de prime abord les trois garçons d’Of Feather And Bone ne paient pas de mine, quiconque les a déjà vus sur scène sait pourtant à quel point le groupe de Denver s’avère être une machine de guerre absolument redoutable. Et quand je dis "redoutable", sachez que je pèse mes mots… Aussi, après un deuxième album voyant le groupe bifurquer d’un Hardcore des plus virulents (Embrace The Wretched Flesh) vers un Death Metal particulièrement impitoyable (Bestial Hymns Of Perversion), les Américains confirment aujourd’hui ce changement de cap avec la sortie de Sulfuric Disintegration, troisième album paru il y a quelques jours sur Profound Lore Records.

Soucieux d’apporter un brin de fraîcheur à une recette qui n’a pourtant pas changé d’un iota depuis l’album précédent, Of Feather And Bone s’est adjoint ici les services du producteur Arthur Rizk (Black Curse, Eternal Champion, Power Trip, Inquisition, Tomb Mold...). Résultat des courses, Sulfuric Disintegration bénéficie d’une production toujours aussi abrasive bien qu’elle soit dorénavant moins dense et opaque que celle de Bestial Hymns Of Perversion. Si la lisibilité et la compréhension s’en trouvent ainsi améliorées, le travail d’Arthur Rizk n’a pas estompé pour autant le caractère intense et explosif qui faisait le charme (au moins en partie) de son prédécesseur. Néanmoins, je trouve que celle-ci manque tout de même un peu de personnalité et qu’elle aurait méritée d’être un peu plus travaillée, notamment sur ce son de batterie trop plat et quelconque à mon goût. Certes le sentiment d’en prendre plein la tronche n’est pas diminué pour autant mais une oreille attentive au son du couple caisse claire / grosse caisse laisse tout de même un petit goût amer dans le fond de la gorge.

Plié en tout juste trente minutes (et dix-neuf secondes), ces six nouvelles compositions renouent ainsi sans grande surprise avec ce Death Metal intransigeant et excessif dont l’intensité doit encore aujourd’hui énormément aux premières heures Hardcore du trio. On va effectivement retrouver dans la musique d’Of Feather And Bone cette énergie et cette force explosive des débuts, que ce soit dans ce jeu de batterie frôlant constamment l’hystérie, dans ce riffing particulièrement nerveux ou dans cette manière d’amener ces transitions brise-nuques toujours aussi bien senties. Un héritage passé depuis quelques années à la moulinette Death Metal mais qui n’en reste pas moins perceptible tout au long de cet album mené bille en tête.

Comme cela a été évoqué un petit peu plus haut, rien n’a changé du côté des Américains qui nous servent ici la même tambouille toujours aussi épaisse et bouillonnante. Mené la rage au ventre avec à chaque instant la furieuse envie d’en découdre, Sulfuric Disintegration ne fait ainsi aucun cadeau. On trouve évidemment là encore quelques séquences plus modérées permettant notamment, malgré cette lourdeur qui s’en dégage, de sortir l’espace d’un instant la tête de l’eau ("Regurgitated Communion" à 2:49, "Entropic Self Immolation" à 3:49, "Noctemnania" à 2:30, les premières selon des plutôt tranquilles de "Consecrated And Consumed" ainsi qu’à 3:09, "Sulfuric Sodomy (Disintegration Of Christ)" à 3:25, "Baptized In Boiling Phlegm" à 3:06) mais ces moments sont finalement si brefs qu’en dépit de leur bienfaits avérés c’est comme s’ils n’avaient jamais existé. L’auditeur subit alors les attaques incessantes d’un trio remonté à bloc et bien décidé à nous faire mordre la poussière à coups de riffs sinistres et diaboliques exécutés à toute berzingue, de blasts punitifs quasi ininterrompus et autres accélérations particulièrement soutenues. Une débauche de violence excessive qui ne connait pas la demi-mesure et s’avère de fait des plus jouissives.
Sans bouleverser la donne, on note enfin que le guitariste Dave Grant s’autorise désormais, outre quelques descentes de manche à la Revenge, une tripotée de solos plus ou moins chaotiques tout au long de l’album ("Regurgitated Communion" à 2:42, "Entropic Self Immolation" à 2:14, "Consecrated And Consumed" à 3:09 et 4:14 ou "Baptized In Boiling Phlegm" à 1:39). L’apport mélodique, bien que limité, n’est pas anodin d’autant plus qu’à la manière de ces quelques séquences plus mesurées, ces derniers apportent un léger bol d’air frais lors de ces attaques radicales menées le couteau entre les dents !

Impitoyable de bout en bout, Sulfuric Disintegration monte ici d’un cran dans le degré de sauvagerie déployé par Of Feather And Bone, en grande partie grâce à cette lisibilité accrue et ces quelques solos évoqués un tout petit peu plus haut. Alors pourquoi au moment de faire les comptes celui-ci n’arrive-t-il pas à surpasser, même de peu, son prédécesseur ? Et bien justement à cause de cette même production que je trouve un peu trop proprette et qui souffre de la comparaison avec celle beaucoup plus dense et compacte de Bestial Hymns Of Perversion mais également à cause de ce son de batterie quelque peu feignant et qui manque selon moi d’attaque et de dynamisme. Certes, ça cogne fort, tout le temps, partout, mais on aurait vraiment aimé se sentir écrasé par cette batterie. Quand on sait comment Preston Weippert, freluquet aussi sympathique que talentueux, cogne comme un sourd sur son instrument, il est dommage d’en arriver à faire de genre de constat… Malgré ces quelques critiques, Sulfuric Disintegration n’en demeure pas moins un très bon album défouloir qui en l’espace de trente minutes ne manquera pas de mettre KO les plus coriaces d’entre vous. Sauvage !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
21/11/2020 11:23
note: 8.5/10
Une belle buterie qui restera parmi les meilleures sorties de l'année.
Drug-Sniffing Dog citer
Drug-Sniffing Dog
20/11/2020 12:06
Réellement découvert ce groupe lors de sa venue en Europe avec Tomb Mold et Ritual Necromancy.
J'avais bien écouté une fois ou deux le premier album avant, mais ça ne m'avait franchement pas marqué.
Mais alors en concert, quelle tuerie sans nom !!! La sauvagerie à l'état pur ! Quelle date au Klub !
Là je trouve que ce deuxième album commence à leur rendre justice à cet égard, qu'il retranscrit un peu de la folie live du truc.
'Va falloir le faire tourner encore pour affiner mon avis, mais déjà, bien au dessus du premier pour ma part.
Astraldeath citer
Astraldeath
20/11/2020 11:29
Hyper lourd comme disque, j'ai vraiment apprécié.
Nikolaaa citer
Nikolaaa
18/11/2020 15:28
J’avais vraiment survolé celui d’avant, ta chronique me donne envie d’y revenir, en tt cas celui-ci me cause vraiment, les riffs, l’ambiance, le growl, c’est tt bon!
Au niveau de la batterie effectivement elle ressort peu de la bouillasse sonore, je pense surtout à la caisse (pas très) claire, dans le même temps je trouve que ça rend l’ensemble plus violent, plus grave....j’aime bien ^^
J’ai pas été très constant ds mes écoutes d’albums de death en 2020, celui là est effectivement très bon.

Keyser citer
Keyser
18/11/2020 07:30
note: 8.5/10
Impitoyable, tellement jouissif ! Je n'avais trop écouté le 1er mais avait été subjugué par la brutalité du groupe en live. Exactement ce que je retrouve ici. Je trouve la prod bien meilleure que sur le 1er où je la trouvais trop étouffée. Le son de batterie ne me gêne pas perso. Bref, un des skeuds DM de l'année.
BBB citer
BBB
17/11/2020 18:17
note: 8.5/10
Je prends mon pied. Commande directe!
Høsty citer
Høsty
17/11/2020 11:44
note: 8.5/10
Ca fait un petit moment que je n'ai pas écouté le précédent, mais celui-là me parait un bon cran au-dessus encore. Seule réelle déconvenue pour moi aussi, c'est la production à qui il manque cette moiteur qui était caractéristique de Bestial... et qui faisait pour moi partie intégrante de la personnalité du groupe.
Sinon c'est du tout bon ! Je le trouve plus équilibré que le précédent (notamment grâce aux apports mélodiques que tu soulignes), et y'a une sauvagerie assez incroyable dans cet album, qui me fait penser à Taphos par moment.
Dans le Top Death de l'année me concernant !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Of Feather And Bone
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (5)  8.4/10
Webzines : (3)  7.67/10

plus d'infos sur
Of Feather And Bone
Of Feather And Bone
Death Metal - 2012 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Regurginated Communion  (05:15)
02.   Entropic Self Immolation  (05:05)
03.   Noctemnania  (05:44)
04.   Consecrated And Consumed  (04:54)
05.   Sulfuric Sodomy (Disintegration Of Christ)  (04:12)
06.   Baptized In Boiling Phlegm  (05:09)

Durée : 30:19

line up
parution
13 Novembre 2020

voir aussi
Of Feather And Bone
Of Feather And Bone
Bestial Hymns Of Perversion

2018 - Profound Lore Records
  

Essayez aussi
Crypts Of Despair
Crypts Of Despair
All Light Swallowed

2021 - Transcending Obscurity
  
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres
Writhing / Ad Patres (Split-tape)

2012 - Nihilistic Holocaust
  
Ossuarium
Ossuarium
Calcified Trophies Of Violence (Démo)

2017 - Autoproduction
  
Coffin Rot
Coffin Rot
Coffin Rot (Démo)

2018 - Rotted Life Records
  
Miasmal
Miasmal
Miasmal

2011 - Dark Descent Records
  

Album de l'année
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique