chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bas Rotten - Surge

Chronique

Bas Rotten Surge
L'avantage de "Surge", c'est qu'il ne va pas chercher à te prendre pour un con. Avec une pochette comme ça, tu sais d'avance sur quel ring tu vas mettre les pieds. D'autant plus quand intrigué, tu recherches le nom du groupe sur Google, et que ce dernier te propose Bas Rutten, belle bête d'un mètre quatre-vingt cinq au garrot, ancien champion du monde d'UFC et machine à distribuer les marrons chauds. Du muscle, de la sueur et du sang, un cocktail aux odeurs de vestiaires qui confère à ce premier longue-durée du groupe une saveur toute particulière.

D'ailleurs, le moins que l'on puisse dire, c'est que ce premier grand galop m'a pris par surprise, un vrai crochet du droit dans la mâchoire. C'est que Bas Rotten s'est fait très, très discret : la formation Portugaise n'avait, jusqu'alors, sorti qu'une seule démo, en 2017, déjà marquée par cette envie d'en découdre qui transpire des 17 titres de cet opus. Séduit tant par la pochette, à mi-chemin entre les mouvements furieux d'un Boccioni et les textures charnelles d'un Soutine, que par la promesse d'un furieux mélange de Grindcore, de Punk Hardcore et de relents Thrashisants, je m'attendais à une belle petite détonation, mais certainement pas à une telle onde de choc, parvenant à balayer d'un revers de la main (et du coude) les meilleures sorties de l'année.

Bas Rotten ne s'encombre d'aucune fioriture. La violence est condensée, contenue dans ces titres d'à peine quelques lettres, qui sont autant de pains distribués à vitesse grand V. "Surge", c'est Ken le Survivant qui aurait abandonné le dojo pour prendre des cours de solfège. Le riffing y est incendiaire, empruntant aussi bien aux rythmiques sautillantes du D-Beat qu'au Thrash le plus acéré, souligné par une section rythmique des plus efficace : jamais à en faire des caisses, mais qui sait toujours viser juste. Les saillies de gorge du frontman, aboiements vindicatifs et larynx que l'on racle au papier de verre, apportent un supplément de hargne à des compositions qui n'en demandaient pas tant. Il va falloir travailler le jeu de jambe et les esquives pour ressortir indemne de ses premières écoutes ! Et même rôdé, tu ne seras jamais à l'abri d'un petit croc-en-jambe... C'est tout ça qui me plaît, dans "Surge", et chez le groupe d'une façon générale. Cet état d'esprit résolument street, ce disque mis en boîte avec la bite et le couteau, qui suinte l'envie, la conviction, et la hargne de rookies bien décidés à bouffer le monde. Musicalement, dans les titres comme dans ce qu'ils dégagent, dans son utilisation des samples, toujours délicieusement idiots (]"Jeez, what the fuck is that ?"), "Surge" me rappelle, à bien des égards, le sulfureux éponyme de Magrudergrind. Et la seule évocation de ce monstre sacré du Grindcore de ruelle sombre devrait vous décider à vous pencher sur cet attentat sonore - non sans protections.

Pas besoin de tirer plus en longueur : il faut écouter "Surge". Si tu aimes les tartines de phalanges en travers de la joue, administrées sans pitié mais avec force, il faut écouter "Surge". Si tu désespères de ne plus pouvoir te dépenser dans le pit, sentant tes semelles glisser sur la sueur et le sang, il faut écouter "Surge". Si tu cherches un bon exutoire à tes frustrations quotidiennes, il faut écouter "Surge". D'une façon générale, si tu aimes ton Grindcore quand il est sincère, authentique, passionné et passionnant, il faut écouter "Surge". Qu'est ce que tu fais encore là ?

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Nikolaaa citer
Nikolaaa
18/11/2020 15:19
ta chro m’ayant donné l’envie d’écouter l’extrait moi aussi, effectivement ça défouraille! J’achète les yeux presque fermés, si en plus il y a quelques blast, pour moi c’est tt bon
Anken citer
Anken
17/11/2020 19:00
Bin j'attends la sortie de l'album, en bavant devant ta chronique...
Nan, sans rire, l'extrait donne carrément envie et la pochette est géniale. Plus que 3 jours!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bas Rotten
Grindcore/Hardcore Punk
2020 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bas Rotten
Bas Rotten
Grindcore/Hardcore Punk - 2017 - Portugal
  

tracklist
01.   The Blow
02.   Dissociation
03.   Prime Cuts
04.   Violence
05.   Worth
06.   Follow
07.   Primate
08.   Spent
09.   Burnout
10.   Self
11.   Surge
12.   Safe
13.   Mogul
14.   Behold
15.   Yellow
16.   Thrive
17.   Machine

parution
20 Novembre 2020

Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique