chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Omegavortex - Spectral Blackness

Chronique

Omegavortex Spectral Blackness (Compil.)
Avant d’attaquer la chronique de Black Abomination Spawn, premier album d’Omegavortex tout juste sorti chez Invictus Productions, je souhaitais me pencher dans un premier temps sur la compilation Spectral Blackness réunissant tout ce que le groupe a pu sortir en amont, de l’époque où celui-ci s’appelait encore Ambevilence jusqu’à ces deux démos promotionnelles datant respectivement de 2017 et 2018. Un programme plutôt chargé puisqu’avec ces douze titres on dépasse ici de quelques minutes l’heure de jeu...

Sortie l’année dernière sur Goat Throne Records (Burial, Cystic, Granulated, Molder...) cette compilation reprend pour artwork la célèbre photo de la nébuleuse du sablier (ou MyCn 18) capturée par le télescope Hubble en 1996 et déjà largement popularisée par un certain Pearl Jam sur son album Binaural. Néanmoins, on n’en voudra pas aux Allemands, le rendu en noir et blanc offrant quelque chose de moins tangible et d’un peu plus menaçant.

Comme la plupart des compilations, Spectral Blackness s’ouvre sur les titres les plus récents (ceux composés sous le nom d’Omegavortex entre 2017 et 2018, de "Omega Spheres" jusqu’à "Malevolent Chaos") suivi de fil en aiguille par les morceaux les plus anciens (de "Metamorphic Evil" à "Hallucinations" composés à partir de 2009 et ce jusqu’en 2014 lorsque le groupe se faisait encore appeler Ambevilence). Une progression antéchronologique justifiée ici, outre ce changement de nom, par la grande disparité qui existe en matière de production puisque près de la moitié du tracklisting est ici trustée par des titres étiquetés "Rehearsal 2009/2010". Loin du travail relativement soigné offert sur les sept premiers morceaux (mais qui forcément d’une sortie à l’autre diffère déjà quelque peu), ces enregistrements captés en répétitions n’affichent naturellement pas les mêmes qualités. Brouillonne, bancale, déséquilibrée et lointaine, la production (à vrai dire inexistante puisque le groupe s’est probablement contenté de fixer ici et là quelques micros) sur ces quelques titres ne trompera personne (si ce n’est peut-être l’amateur de Black Metal cradingue et primitif) sur leur statut. Alors oui, on appréciera de voir ces quelques enregistrements proposés ici, surtout afin de porter un regard complet sur les origines d’Omegavortex. Sauf qu’en vrai, passé le titre "Sigil Of The Perverse", je ne suis pas certain que beaucoup d’entre nous poursuivront la lecture de Spectral Blackness… Une fois, ça va, deux fois…

Vous l’aurez donc compris, cette compilation certes généreuse vaut surtout pour sa première moitié, bien meilleure quelques soient les critères sur lesquels on décidera de s’attarder. Mais du coup, de quoi s’agit-il exactement ? Et bien Omegavortex/Ambevilence est un quatuor allemand qui pratique un Black / Death extrêmement virulent (qui pourrait rappeler par moment le Death Metal hystérique de formations telles que Beyond, In Obscurity Revealed, Vorum, Concrete Winds, Taphos, Malicious...) qu’il va dérouler le temps de compositions relativement longues puisque parmi ces titres les plus récents, tous affichent des durées supérieures à cinq minutes. Ces titres qui tendent ainsi à s’étirer dans le temps suggèrent cependant l’idée qu’Omegavortex n’est pas du genre à se contenter de foncer tête baissée dans l’espoir de faire le plus de dégâts possibles mais qu’il préfère travailler sur ses atmosphères en créant ainsi une certaine dynamique. Pour se faire il n’y a évidemment pas trente six solutions. Aussi, à ces passages tendus menées le couteau entre les dents à coups de blasts sauvages et frénétiques (pour ne pas dire épileptiques), de solos chaotiques et de riffs nerveux et affutés aux illuminations mélodiques typiques d’un Black Orthodoxe, on va retrouver tout un tas de séquences plus ou moins plombées et/ou tarabiscotées qui vont permettre aux Allemands de nuancer leur propos et d’offrir autre chose à se mettre sous la dent que ces moments explosifs qui, étant donné la durée des titres et l’intensité déployée, auraient pu finir par devenir un brin redondant et donc lassant... Heureusement il n’en est rien, Omegavortex enchainant les punitions auditives avec suffisamment d’intelligence pour varier les plaisirs tout en restant d’une sévérité sans faille !

Bien que disparate dans son contenu, Spectral Blackness n’en reste pas moins une très bonne compilation réunissant sous un seul et même format tout ce qu’ont pu sortir (et même ne pas sortir puisqu’un titre comme "Malevolent Chaos" n’apparait vraisemblablement sur aucun support listé sur Metal Archives) Omegavortex et Ambevilence. Si on rentrera un peu plus dans le détail de la musique des Allemands avec la chronique prochaine de Black Abomination Spawn, vous devriez malgré tout avoir après la lecture de ces quelques lignes une idée assez claire de ce qui vous attend si vous décidez de vous plonger corps et âme dans l’univers sombre, dense et explosif d’Omegavortex.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Omegavortex
Black / Death Metal
2019 - Goat Throne Records
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Omegavortex
Omegavortex
Black / Death Metal - 2007 - Allemagne
  

tracklist
01.   Omega Spheres  (05:51)
02.   Gateways  (05:15)
03.   Black Abomination Spawn  (06:58)
04.   Dark Matter  (07:50)
05.   Malevolent Chaos  (05:27)
06.   Metamorphic Evil  (06:38)
07.   Sigil Of The Perverse  (09:34)
08.   Hallucinations (Rehearsal 2010)  (04:28)
09.   Spectral Blackness (Rehearsal 2010)  (03:39)
10.   Dimensions Of Chaos (Rehearsal 2010)  (05:27)
11.   Metamorphic Evil - Intro (Rehearsal 2010)  (01:39)
12.   Hallucinations (Rehearsal 2009)  (04:01)

Durée : 66:47

parution
6 Octobre 2019

voir aussi
Omegavortex
Omegavortex
Black Abomination Spawn

2020 - Invictus Productions
  

Essayez aussi
Ruin Lust
Ruin Lust
Choir Of Babel

2020 - 20 Buck Spin Records
  
Sacramentum
Sacramentum
Far Away From The Sun

1996 - Adipocere Records
  
Cop Skeletons
Cop Skeletons
Cop Skeletons (EP)

2018 - Grimfuture records
  
In Aeternum
In Aeternum
The Blasphemy Returns (EP)

2016 - Pulverised Records
  
Ævangelist
Ævangelist
De Masticatione Mortuorum in Tumulis

2012 - I, Voidhanger Records
  

Sólstafir
I Blóði Og Anda
Lire la chronique
Fates Warning
Theories Of Flight
Lire la chronique
Abyssal
A Beacon In The Husk
Lire la chronique
Deathwards
Rehearsal 2019 (Démo)
Lire la chronique
My Dying Bride
Symphonaire Infernus Et Spe...
Lire la chronique
Eisenkult
…Vom Himmel, Hoch Herab
Lire la chronique
Mvltifission
Decomposition In The Painfu...
Lire la chronique
Father Befouled
Holy Rotten Blood (EP)
Lire la chronique
Escumergamënt
...ni degu fazentz escumerg...
Lire la chronique
Tümëur
Sédition (Rééd.)
Lire la chronique
Illegal Corpse
Riding Another Toxic Wave
Lire la chronique
Urfaust
Einsiedler (EP)
Lire la chronique
Gjoad
Samanōn
Lire la chronique
Aūkels
Raynkaym
Lire la chronique
Mourning Dawn
Dead End Euphoria
Lire la chronique
Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique