chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Katatonia - City Burials

Chronique

Katatonia City Burials
Katatonia, à l’instar d’autres groupes comme Anathema par exemple, a très tôt opéré sa mue, passant d’un doom / death classieux à un rock sombre, assez prog’, tout aussi classieux. Fort de 12 albums, d’une floppée de EP, live et autres singles, le combo suédois jouit d’une réputation qu’il n’est pas nécessaire de souligner à nouveau. Justifiée, leur notoriété tient tout autant, selon moi, à cette capacité de passer d’un style à l’autre avec un naturel étonnant, qu’à leur science de la composition, rarement mise en défaut.

City Burials est donc le 12ème album du combo scandinave. Il me faut néanmoins, dès à présent, poser mon parti-pris. Relativement déçu des albums du groupe depuis The Great Cold Distance, je n’attendais rien de ce nouvel effort. Pour ma part, The Great Cold Distance avait déjà presque tout dit de la « troisième » période de Katatonia, une fois leur première période doom / death achevée (du magnifique Dance of December Souls à Brave Murder Day en gros) et leur seconde, plus rock sombre (de Discouraged Ones à Viva Emptiness) consommée. L’orientation plus prog’ du combo – qui ne délaisse pas ses aspects rocks dépressifs – m’avait semblé vider toutes ses cartouches sur ce premier album « nouvelle étape », la suite n’étant que redondance sans intérêt majeur à mes yeux (même si Dead End Kings et The Fall of Hearts n’étaient pas mauvais du tout).

Le nouveau venu m’a pris à contre-pied. La pochette sombre, les échos et la voix très typés Anathema dernière période qui résonnent dès Heart Set to Divide m’ont happé de suite, sans sommation. Ce premier morceau, aérien, prog’ et rampant à la fois, m’a immédiatement conquis. La batterie et les grattes hyper dynamiques, au son profond et très organique, offrent une mise en abîme absolument magique dès l’entrée en matière. La mélancolie est palpable, la batterie très organique, je l’ai dit, enveloppe les titres dans un voile cotonneux confortable autant qu’approprié et chaud (j’y retrouve un son proche de celui de Shining sur Halmstad).

La force de cet album est qu’il est avant tout régressif. On y retrouve tous les ingrédients de The Great Cold Distance, les mélodies fortes, les solis heavy (Behind the Blood, Untrodden), les accélérations hard rock et les ponts prog’ aériens et lumineux (Heart Set to Divide, The Winter of our Passing, presque pop). La structure de la plupart des titres s’articule autour de cette démarche, solis heavy / ponts rock, sans refrains perceptibles. Il en découle une impression de fluidité naturelle majestueuse que la durée relativement ramassée des titres renforce encore. Le temps passe vite alors pourtant que l’album s’écoule avec la paisibilité d’un ruisseau.

De même, on soulignera le positionnement opportun des pauses dans le tracklist. Dès le troisième titre, Lacquer, on comprend que cet interlude va permettre de passer doucement vers la seconde partie de l’album. Extrêmement lente, cette piste est emplie d’une douce mélancolie, les accords de guitares s’écoulant comme des gouttes d’eau frappant un sol sylvestre un jour de pluie en forêt. Cette transition est, je le disais, opportune parce qu’elle offre de basculer sur un des autres titres phares, Rein, empreint d’une nostalgie et d’une mélancolie absolument superbes. Magique, ce morceau est enchanteur, porté par des reptations heavy prog’ qui le « découpent » en plusieurs temps, qui le dotent d’atours émotionnels forts alors que, sans crier gare, un pont central le traverse, ultra aérien, sans en briser la dynamique (Vanishers et Flicker reposent sur des bases similaires et poursuivent, plus loin dans l’album, la démarche engagée ici, en accentuant cependant l’austérité globale des morceaux).

On notera également quelques idées surprenantes, comme sur City Glaciers ou Neon Epitaph par exemple, où le riff de départ – qui soutient également la structure tout du long – est inspiré par le folk / blues / banjo ou encore Lachesis et son piano majestueux qui occupe tout l’espace sonore, un peu comme sur le Silhouette d’Opeth, sur Orchid.

Tu l’auras compris, ce nouveau Katatonia m’a emballé. Il m’a réconcilié de suite avec celui que j’avais quitté il y a longtemps et dont j’avais entrevu le retour en force avec The Fall of Hearts. Equilibré, mélancolique et très joliment inspiré, ce nouvel effort des suédois est aussi doux qu’une brise d’automne et aussi majestueux qu’une forêt empourprée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Thomas Johansson citer
Thomas Johansson
14/11/2020 19:05
note: 7/10
Bon album auquel il manque un petit quelque chose, surtout dans la seconde partie. Ceci dit "Vanishers" est superbe et les titres que tu mets en avant sont particulièrement accrocheurs. Je crois que j'ai préféré le côté prog de "The Fall of Hearst".
Holmy citer
Holmy
14/11/2020 17:02
J'avais beaucoup aimé The Fall Of Hearts.

Je relance l'écoute de ce City Burials, après plusieurs mois sans l'avoir écouté. On verra bien.

Raziel citer
Raziel
14/11/2020 13:18
note: 8/10
Comme The Fall of Hearts, je trouve qu'il redresse bien la barre. Tout cela reste sans aucun doute subjectif, mais quand même, il est rudement beau cet album.
Holmy citer
Holmy
14/11/2020 12:17
Faudra que je le réécoute parce qu'à sa sortie il m'a fait chier royalement. Et du coup je l'ai mis de côté.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Katatonia
Rock dépressif / prog'
2020 - Peaceville Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6.5/10
Webzines : (9)  8.46/10

plus d'infos sur
Katatonia
Katatonia
Rock dépressif / prog' - 1991 - Suède
  

tracklist
01.   Heart Set to Divide
02.   Behind the Blood
03.   Lacquer
04.   Rein
05.   The Winter of Our Passing
06.   Vanishers
08.   Flicker
09.   Lachesis
10.   Neon Epitaph
11.   Untrodden

Durée : 48:33

parution
24 Avril 2020

voir aussi
Katatonia
Katatonia
Dethroned & Uncrowned (Réenr.)

2013 - Kscope Music
  
Katatonia
Katatonia
Dance Of December Souls

1993 - No Fashion Records
  
Katatonia
Katatonia
Tonight's Decision

1999 - Peaceville Records
  
Katatonia
Katatonia
Sounds Of Decay (MCD)

1997 - Avantgarde Music
  
Katatonia
Katatonia
Last Fair Deal Gone Down

2001 - Peaceville Records
  

Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique
SpellBook
Magick & Mischief
Lire la chronique
Golden Ashes
In the Lugubrious Silence o...
Lire la chronique
Owls Woods Graves
Citizenship of the Abyss
Lire la chronique
Puteraeon
The Cthulhian Pulse: Call F...
Lire la chronique
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)
Lire la chronique
Carnal Ruin
The Damned Lie Rotting (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL : La collection DIGI internationaux de SAKRIFISS
Lire le podcast
Henrik Palm
Poverty Metal
Lire la chronique
Striges
Verum Veterum
Lire la chronique
Isen Torr
Mighty & Superior (EP)
Lire la chronique
Töxik Death
Sepulchral Demons
Lire la chronique
L'envers de l'hystérie
Lire l'interview
Hysteria
Flesh, Humiliation And Reli...
Lire la chronique
Bas Rotten
Surge
Lire la chronique
Of Feather And Bone
Sulfuric Disintegration
Lire la chronique
Arsebreed
Butoh
Lire la chronique
Expander
Neuropunk Boostergang
Lire la chronique
Sxuperion
Omniscient Pulse
Lire la chronique
Deathstorm
For Dread Shall Reign
Lire la chronique
Dégénéréscence
Hélas ! Je n'étais pas fait...
Lire la chronique
Aria
Hero Of Asphalt
Lire la chronique
Saltas
The Seize – Opus II
Lire la chronique