chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Expander - Neuropunk Boostergang

Chronique

Expander Neuropunk Boostergang
Retour au studio Godcity du sieur Ballou pour les texans d’Expander. Après un premier album paru chez Nuclear War Now ! Productions en 2017 (suivi d’un live, rapides les mecs!), le groupe rejoint l’écurie Profound Lore Records pour nous sortir un album présenté comme le « premier album Thrash sorti par le label ». Vous avez vu la pochette ? Alors, on attache sa ceinture, on grimpe dans la DeLorean du Doc et on est partis pour un petit voyage dans le futur de trois quarts d’heure !

Et en fait, non, pas vraiment de voyage à l’horizon… Ou alors voyage bien tumultueux ! Si comme moi vous vous êtes faits avoir par les couleurs pétantes de la pochette et la ville futuriste en arrière plan, vous auriez plutôt dû vous concentrer sur les humanoïdes et robots présents sur le bas de la cover qui n’ont pas l’air de rigoler. Les 4 membres du groupes ne sont pas là pour vous vanter les qualités du futur, ça non ! Ils sont là pour vous gueuler en pleine face ses défauts grâce à leur univers dystopique, tels des prophètes venus raconter que ça sent la merde dans quelques années.

Lancement de l’album. Petite introduction noisy, bienvenue dans le futur ! Telles des petites tapes sur l’épaule pour vous interpeller, le batteur balance plusieurs coups sur sa caisse claire, avant que le chanteur ne vienne vous chopper et vous plaquer contre un mur pour discuter gentiment avec vous. Malgré le style Thrash collé par le label, le groupe préfère l’appellation « metal-punk » ; pour autant leur musique ne se cantonne pas seulement à ce style. Pour faire gros, le groupe joue du thrash crossover, où le côté punk hardcore est tout de même bien présent, en plus de multiples petites influences. Écoutez « Cryptoseal » et vous verrez qu’il n’y a pas que du thrash dans la recette du groupe ! Même si il n’y a rien de novateur dans leur musique, elle est diablement efficace. Ça envoie, on a envie de bouger, de tout casser, de se révolter, ce qui est le but de la musique du groupe. J’imagine qu’en live, ça doit être la foire dans la fosse ! A part certaines intros/outros de titres qui sont là pour vous ancrer dans l’univers du groupe, et des mid-tempo bien lourds, il y a peu de temps morts. Les musiciens maltraitent leurs instruments sur toute la durée de l’album ; si la guitare balance des nappes d’accords plus légers, pas de soucis, le batteur et le bassiste sont toujours là pour vous envoyer des rythmiques bien lourdes.

Quant au chanteur, General Ham, il n’est pas là pour vous susurrer doucement à l’oreille que le « futur, c’est pas bien blabla», que nenni, il cherche plutôt à vous faire rentrer dans le crâne sa bonne parole, alternant les vocaux bien énervés et d’autres plus fédérateurs, à l’instar d’un prédicateur devant son autel qui dénonce à la foule ce qui les attend. Ça vocifère à tout va tout l’album, on a presque l’impression de se faire rappeler à l’ordre, et pourtant on en redemande. Ajoutez à ça les effets plus poussés sur sa voix, comme par exemple sur « Megacorp », qui font penser à une voix de robot dictant ses ordres à la populace au travers d’un haut-parleur. Concernant les paroles, le groupe crée de toutes pièces son propre monde dystopique et s’invente des petits scénarios bien barrés dans leur monde futuriste : au menu, rébellion contre les grosses entreprises, systèmes oppressifs, survie de l’Homme...
On revient aux influences punk hardcore du groupe : celle des papas de Jane Doe se fait pas mal ressentir, notamment sur les titre « Waste Ranger » et « Loyalty Illusion (R.A.T.) ». Normal me direz-vous, avec Kurt Ballou à la production. D’ailleurs, pour continuer sur les acteurs de l’ombre de ce disque, le groupe a conservé la même équipe : on retrouve une fois de plus Luca Carey, auteur de la pochette, ainsi que Joel Grind (Toxic Holocaust) au mastering.

Pour conclure l’album, le dernier titre « C.O.III: Quest For A Future » est bien différent du reste de l’album et remplit parfaitement son rôle d’outro. Avec ses 8 minutes, il nous montre une autre facette du groupe, plus épique. Les guitares se font plus légères sur certains passages, moins rentre-dedans, presque atmosphériques. Le fait d’avoir placé ces moments entre d’autres beaucoup plus énervés renforce ce caractère plus mélancolique et plus réfléchi de ce titre.

Je vais vous faire une confidence : en lançant le disque, au vu de la pochette et à la lecture de la description du groupe, je m’attendais à écouter un album de Thrash (style que j’apprécie mais à petites doses) et à (peut-être) passer un bon moment, mais sans plus. Et pourtant, je me suis pris à me le remettre de temps en temps, même pas pour le besoin de la chronique, juste pour le plaisir. Peut-être est-ce dû à son côté hardcore, en tout cas, j’ai passé un bon moment en compagnie de ces messieurs!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Anken citer
Anken
17/11/2020 15:50
note: 7.5/10
L'album est disponible à l'écoute sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Expander
Metal Punk futuriste
2020 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (2)  7/10

plus d'infos sur
Expander
Expander
Metal Punk futuriste - 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Wretched Warez  (03:47)
02.   Megacorp  (03:10)
03.   Hyper-Flesh Aedificium  (03:36)
04.   Cryptoseal  (03:27)
05.   Waster Ranger  (05:31)
06.   Loyalty Illusion (R.A.T.)  (03:45)
07.   Rejunkulizer  (03:08)
08.   Neuropunk Boostergang  (05:13)
09.   Obsoletor  (03:03)
10.   C.O.III: Quest for a Future  (08:06)

Durée : 42:46

line up
parution
21 Août 2020

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique