chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Carnal Ruin - The Damned Lie Rotting

Chronique

Carnal Ruin The Damned Lie Rotting (EP)
Si l’on connait principalement la scène de Tampa de par ses vieux briscards historiques celle-ci ne vit pas uniquement sur son glorieux passé, quoi que ! Car parmi les nouveaux noms qui émergent localement certains sont restés totalement coincés dans les années 80-90, comme par exemple les petits jeunes de CARNAL RUIN, qui depuis leurs débuts en 2018 n’ont d’autre ambition (certes tout à fait louable) que de continuer à faire vivre l’héritage des grands anciens. Si l’entité est très récente elle se montre déjà très productive avec une Démo et deux Ep - dont le nouveau chroniqué ici - qui ont déjà eu des retours positifs dans l’underground, d’autant plus qu’elle vient d’être signée par Redefining Darkness. On sait que le label est réputé pour son bon goût et la qualité de son catalogue, et une fois encore il a eu le nez creux tant les quatre titres qui composent ce court-format sont d’une efficacité redoutable, et passent comme une lettre à la poste. Lorgnant autant du côté primitif et originel des combos Floridiens que vers la grande époque de Göteborg, le quatuor nous balance durant un peu plus d’un-quart d’heure un bon vieux Death qui tâche basé majoritairement sur la vitesse et l’énergie débordante, comme cela s’entend d’entrée avec l’excellent « Elder Spell ».

Pas de temps à perdre effectivement ici tant l’entrain y est contagieux via une rythmique rapide où de nombreux blasts et roulements à l’ancienne se font entendre, seulement interrompus par quelques moments mid-tempo entraînants et propices au headbanging (à l’instar d’un court ralentissement bien massif). Frontal et direct avec une bonne dose de graisse dégoulinante ce premier extrait donne le ton de ce que sera la suite, qui restera dans la même lignée tout en proposant néanmoins un peu de variations pour ne pas se répéter trop rapidement. Car si « Scholomance » reprend les mêmes bases on y voit aussi l’apparition de passages au ralenti plus présents, permettant donc de renforcer l’humidité ambiante et aussi de briser les nuques les plus résistantes, tout en se faisant plus dépouillé rythmiquement. En effet au niveau des riffs et des patterns de batterie il ne faut pas s’attendre à quelque chose de pointu et ultra-technique, au contraire ici ça reste relativement rudimentaire mais cela convient très bien à la musique pratiquée, qui ne s’encombre d’aucune futilité. « Ode To The Conquered (As The Damned Lie Rotting) » rentre à son tour également dans cette catégorie vu que ça se montre encore plus brutal que précédemment, tout en rajoutant une touche tribale pour alourdir l’ensemble et renforcer l’homogénéité, pour prouver s’il le fallait que l’écriture générale reste cohérente en toutes circonstances. Car « Iniquitous, Devout » qui conclut les débats montre la facette la plus large des Américains en proposant des longues parties propices au headbanging ainsi qu’une froideur accentuée, via un tempo au ralenti sur la fin et porté par un long solo glacial et désespéré, remplit de neige et d’angoisses diverses et qui se révèle parfait pour clôturer ce disque parfait de bout en bout.

Nordique jusqu’au bout des ongles et sentant l’humidité de partout le tout est une réussite indéniable, certes très classique et n’offrant rien d’original ni de nouveau, mais dont l’écriture se montre impeccable portée par la fougue de la jeunesse qui se mêle déjà à une expérience de vieux de la vieille. Nul doute que le quatuor a tous les éléments pour grimper dans la hiérarchie du genre tant sa musique cradingue et frontale plaira aux amateurs de gros son naturel (l’ensemble donne la sensation d’avoir été enregistré live) loin des excès plastiques et synthétiques actuels. Autant dire qu’on attend déjà la suite avec impatience et sur un format plus long, car c’est la prochaine étape décisive pour le groupe qui doit confirmer tous les espoirs et bons points placés en lui, afin de voir si sur une durée plus longue la cohérence entrevue ici sera encore présente. Pour l’instant en tout cas on se délectera de ces seize minutes au compteur qui filent certes beaucoup trop rapidement, mais qui donnent la pêche à l’auditeur et en ressortira comblé avec un sourire jusqu’aux oreilles, le motivant de fait à réécouter régulièrement ce cru 2020 hyper agréable et particulièrement aguicheur.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Carnal Ruin
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Carnal Ruin
Carnal Ruin
Death Metal - 2018 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Elder Spell
02.   Scholomance
03.   Ode To The Conquered (As The Damned Lie Rotting)
04.   Iniquitous, Devout

Durée : 16 minutes

line up
parution
23 Octobre 2020

Essayez aussi
Father Befouled
Father Befouled
Desolate Gods

2017 - Dark Descent Records
  
Escarnium
Escarnium
Interitus

2016 - Testimony Records
  
Horrendous
Horrendous
The Chills

2012 - Dark Descent Records
  
Immolation
Immolation
Dawn of Possession

1991 - Roadrunner Records
  
Demonical
Demonical
Servants Of The Unlight

2007 - Cyclone Empire Records
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique