chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Golden Ashes - In the Lugubrious Silence of Eternal Night

Chronique

Golden Ashes In the Lugubrious Silence of Eternal Night
Si tu es un observateur attentif de la scène BM, le combo néerlandais ne t’aura pas échappé. Golden Ashes a beau être discret, il n’en est pas moins présent et même, pourrait-on dire, omniprésent. De fait, les bataves n’ont qu’un album à leur actif (Gold Are the Ashes of the Restorer) mais un album de très haute volée, qui a surpris pas mal de monde dans le microcosme, pas toujours très honnête intellectuellement, du BM.

In the Lugubrious Silence of Eternal Night se présente à nous un an plus tard et le moins que l’on puisse dire, c’est que Golden Ashes enfonce le clou avec panache. L’hyper actif Maurice de Jong, tête pensante du combo et également, parmi les plus connus, homme à tout faire chez Gnaw their Tongues, vient y libérer ses énergies lumineuses, comme l’illustre avec autant de grâce la très belle pochette de l’album.

Car c’est bien là l’une des forces du BM de Golden Ashes ; quand Gnaw their Tongues te happe dans la noirceur des abysses, Golden Ashes se démarque en porteur de Lumière. Si l’intensité des deux combos majeurs du sieur de Jong est finalement assez similaire, si les atours expérimentaux / bruitistes s’y taillent une part sensiblement égale, Golden Ashes se repaît davantage dans le jardin d’Eden, baignant tout entier dans des atmosphères lumineuses, incandescentes et ouatées.

Dès l’ouverture (As Sacred Bodies Wither into Nothingness ; Let Death Stalk My Enemies, Let the Grave Swallow Them Alive), le ton est donné. La batterie (une BAR) épileptique tapisse l’espace musical quand le reste de l’instrumentation développe ses atours ultras symphoniques, comme portée par la Grâce. La voix déchirée / hantée se pose comme par inadvertance, noyée dans le mix, ensevelie dans une structure surchargée en informations et qui pose, d’emblée, une atmosphère emphatique absolument immersive. L’orchestration est grandiose ; elle ne laisse aucune place dans l’espace sonore, aucunes ténèbres pénétrer. Tel un serpent, cette masse sonore se développe, repte et pénètre les sens de l’auditeur.

Le caractère ramassé des titres (aux alentours des 5’) appuie l’absence de temps morts et l’impression d’être happé dans un flot ininterrompu de mélodies symphoniques, d’être porté par la structure des morceaux comme une branche sur une vague. La densité des titres renforce cette impression, les espaces de respiration étant quasi inexistants ; l’homogénéité de l’album et son caractère « écrasant / immersif » vient précisément de cette intensité qui jamais ne décroit. Même lorsqu’un titre vient briser la dynamique en ralentissant le tempo (Amongst the Mossy Tombs ; In the Lugubrious Silence of Eternal Night), l’architecture des morceaux est à ce point chargée en informations variées qu’elle ne laisse guère de répit à l’auditeur, l’asphyxiant par l’exigence d’écoute qu’elle lui impose.

L’omniprésence des nappes de claviers peut rebuter l’amateur de dissonances. Pourtant, comme chez Forest par exemple, dans un tout autre style, le synthé contribue à poser une ambiance divine, d’apothéose musicale. When Every Word Uttered Is as Whip Cuts into Flesh, From Grace into Utter Ruin et Black Tongue Mouths Murmur Black Prayers, qui constituent le cœur de l’album, sont ainsi totalement portés par ces nappes grandioses, comme autant de traits lumineux traversant les nuages. L’emphase y est la norme ; l’impression d’embrasser les cieux, sa traduction. La voix de de Jong sonne encore plus désespérée, comme un aveu de son impossibilité d’atteindre le divin. La BAR martèle comme jamais, offrant un contraste remarquable avec l’hyper fragilité des claviers.

Golden Ashes réussit le tour de force de proposer un album étouffant et lumineux, asphyxiant et divin, comme tutoyant les cieux tant les orchestrations sont riches, denses et sereines à la fois.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
28/11/2020 16:47
seb niggurath a écrit : aprés si t'entant des guitares alors que y a que du synthé peut etre il faut que tu changes de style et que t'ecoutes Wejdene

Cool comme remarque. J'en prends bonne note en tout cas. Ouais au final t'as sûrement raison, faut peut-être que je repose un peu mes esgourdes malmenées il est vrai par plus de 30 piges à se cogner de la zique extrême. Bah oui à force ça laisse visiblement quelques séquelles.
Par contre, tu me pardonneras de me tourner sur du Stéphane Blet plutôt que sur du wesh-wesh Wejdebidule (dont j'ignorais totalement l'existence) pour reconstituer mes pauvres cochlées Clin d'oeil
grintold citer
grintold
27/11/2020 17:20
seb niggurath a écrit : aprés si t'entant des guitares alors que y a que du synthé peut etre il faut que tu changes de style et que t'ecoutes Wejdene

« Ptdr tu sais pas écouter du metal va écouter Wejdene lol »
seb niggurath citer
seb niggurath
27/11/2020 16:38
aprés si t'entant des guitares alors que y a que du synthé peut etre il faut que tu changes de style et que t'ecoutes Wejdene
Solarian citer
Solarian
25/11/2020 23:22
Jor a écrit : sauf erreur, il n'y a pas de guitare du tout, que des synthés

Ah ben ceci explique alors cela. Quand je disais que la gratte était quasi inaudible je nuançais un peu car j'avais un doute, mais en réécoutant bien on ne l'entend en fait pas du tout ^^
Jor citer
Jor
24/11/2020 18:37
J'ai adoré cet album, un de mes préférés de l'année. Une intensité hypnotique, avec un son assez unique : sauf erreur, il n'y a pas de guitare du tout, que des synthés, et l'ambiance reste malgré tout oui, étouffante et cependant lumineuse.

Une variation assez unique et tordue autour du BM symphonique.
Solarian citer
Solarian
21/11/2020 19:25
Sympa mais j'ai vraiment de plus en plus de mal avec ce genre de bouillon ultra-claviérisé où les guitares sont complètement noyées dans le mix au point d'être quasi inaudibles.
L'ouverture est assez prenante avec de bonnes structures, une ambiance bien immersive et d'excellentes mélodies. Le reste j'accroche pour l'instant un peu moins... quoique^^
Marrant mais en écoutant ça j'ai l'impression de faire un bon de 25 piges en arrière, et de retrouver les sensations uniques que me procuraient des trucs comme Parnassus ou Bishop of Hexen... Merci en tout cas pour cette petite madeleine de Proust Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Golden Ashes
Black Metal Atmosphérique / Symphonique
2020 - Indépendant
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (1)  5/10

plus d'infos sur
Golden Ashes
Golden Ashes
Black Metal Atmosphérique / Symphonique - Pays-Bas
  

tracklist
01.   As Sacred Bodies Wither Into Nothingness  (04:01)
02.   Let Death Stalk My Enemies, Let The Grave Swallow Them Alive  (05:05)
03.   Amongst The Mossy Tombs  (04:37)
04.   When Every Word Uttered Is As Whip Cuts Into Flesh  (03:58)
05.   From Grace Into Utter Ruin  (05:09)
06.   In The Lugubrious Silence Of Eternal Night  (04:08)
07.   Black Tongue Mouths Murmur Black Prayers  (04:26)
08.   Death Came With The Golden Dusk  (04:16)

Durée : 35:40

line up
parution
1 Mai 2020

Essayez aussi
Selvans
Selvans
Faunalia

2018 - Avantgarde Music
  
Astaroth
Astaroth
Organic Perpetual Hatework

2005 - CCP Records
  

Undergang
Aldrig I Livet
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar IX: Darkness Of Being
Lire la chronique
Bròn
Pred dverima noći
Lire la chronique
Opium Warlords
Nembutal
Lire la chronique
Traveler
Termination Shock
Lire la chronique
Bedsore
Hypnagogic Hallucinations
Lire la chronique
Soulburn
Noa’s D’ark
Lire la chronique
Les sorties de 2020
Vos albums et déceptions de...
Voir le sondage
Lure
Morbid Funeral (Démo)
Lire la chronique
Sodom
Genesis XIX
Lire la chronique
Sainte Marie des Loups
Funérailles de Feu
Lire la chronique
Pearl Jam
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning
Lire la chronique
Hallowed Butchery
Deathsongs From the Hymnal ...
Lire la chronique
The Kryptik
Behold Fortress Inferno (EP)
Lire la chronique
Moldé Volhal
Into The Cave Of Ordeals......
Lire la chronique
Inquisition
Black Mass For A Mass Grave
Lire la chronique
Havukruunu
Uinuos syömein sota
Lire la chronique
Lie In Ruins
Floating In Timeless Streams
Lire la chronique
Sarcator
Sarcator
Lire la chronique
Biesy
Transsatanizm
Lire la chronique
Unurnment
Self-Immolation Suite (EP)
Lire la chronique
Cimetière
Extinction
Lire la chronique
Dayal Patterson
Black Metal : l'évolution d...
Lire la chronique
Skelethal
Unveiling The Threshold
Lire la chronique
Bliss Of Flesh
Tyrant
Lire la chronique
Sinister
Deformation of the Holy Realm
Lire la chronique
Finntroll
Vredesvävd
Lire la chronique
Darkenhöld
Arcanes & Sortilèges
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Im Wald
Lire la chronique