chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Darkenhöld - Arcanes & Sortilèges

Chronique

Darkenhöld Arcanes & Sortilèges
Si petit à petit l’oiseau fait son nid, on peut facilement appliquer ce proverbe au combo sudiste dont la discographie et le statut n’ont cessé de s’étoffer progressivement, passant à ses débuts d’espoir aux réalisations sympathiques (mais encore un peu justes) à celui désormais de nom important de la scène nationale aux sorties attendues. C’est le cas de ce cinquième album qui fait suite au très réussi et mature « Memoria Sylvarum » et à l’expérience acoustique (façon ambiance au coin du feu) sur le Split « Atra Musica », qui montraient les Niçois en grande forme et qui osaient se lâcher un peu plus. Car s'il leur a fallu du temps pour enfin trouver le parfait équilibre entre ambiances médiévales, violence débridée et mélodie affirmée, ce cru 2020 est incontestablement impeccable au niveau de la densité et de l'homogénéité, qui en fait du coup son opus le plus abouti et qui possède en outre un charme rétro très agréable qui amène un vrai supplément d'âme à l'ensemble.

En effet ce qui va frapper d'entrée les esprits c'est ce voyage vers la Norvège des années 90 tant les nappes de synthé vont nous rappeler les premières œuvres de DIMMU BORGIR et EMPEROR, d’ailleurs ce point va être marquant sur l’ouverture intitulée « Oriflamme » qui donne directement le ton, et va montrer toute la palette du trio historique. Entre blasts déchaînés et mid-tempo épique propice au headbanging le rythme ne faiblit jamais et se montre entraînant au possible, donnant la sensation d'aller au combat entre chevaliers tant un certain groove transparaît de l'ensemble, et où émerge un excellent solo tout en finesse (chose qui d'ailleurs va être constante par la suite). Sur ce dernier point il faut saluer en effet l'excellent boulot réalisé par Aldébaran qui s'est vraiment fait plaisir sur les leads, à la fois nombreux et disséminés de façon régulière, et qui ajoutent aux relents mélodiques présents en continu. On retrouve cela en premier lieu sur « L'ost De La Forteresse » qui enchaîne dans la foulée, et poursuit le travail entendu précédemment avec toujours autant de justesse et de réussite. Si la violence est présente de façon plus discrète priorité est ici donnée à une rythmique moins ravageuse mais propice à taper du pied, et où le clavier est mis un peu plus en avant, sans oublier quelques passages acoustiques du plus bel effet qui renforcent l'aspect "ancien" de l'ensemble, sans pour autant dénaturer avec le reste. D'ailleurs si tout est parfaitement joué et composé il y’a néanmoins un petit défaut inhérent à ce disque, il est en effet parfois difficile de faire émerger un titre plus qu'un autre et ça manque peut-être d’hymnes forts, mais cela n'est finalement que mineur vu le rendu impeccable proposé sur la durée. Cela va certes parfois amener un certain aspect monolithique, qui peut être vu comme un problème mais qui ne l'est pas si on en fait abstraction et qu’on ne joue pas les éternels râleurs.

Que ce soit avec le plus accessible et combatif « Incantations » ou le dense et furibard « Mystique De La Vouivre » au grand écart jouissif (qui renforce ainsi les sensations apaisantes comme tempétueuses), cette première partie ne lâche pas l'auditeur qui n'a aucun temps mort pour aller faire autre chose. Après cette moitié totalement nickel et sans fautes de goût le court interlude « La Tour De L'alchimiste » est le bienvenu avant d'enchaîner sur les trois ultimes compos, qui vont être par contre légèrement en dessous de ce qui a été proposé jusque-là, mais qui se montrent quand même très attractives, principalement via le très bon « Héraldique ». Si l'on entend toujours la plupart des éléments déjà mis en exergue jusqu'ici il faut reconnaître qu'une fois encore cela fait mouche et se mélange à merveille à cette nostalgie plus que jamais présente, et qui trouve ici son paroxysme tant on se croirait presque revenu à l'âge d'or du Black symphonique et aux articles signés Hard N'Heavy, Hard Rock Magazine ou Hard Force. Sans révolutionner quoi que ce soit cette plage ultra-efficace trouvera facilement sa marque en concert tout comme quoi les précédentes entendues jusque-là, et ce même si les deux dernières en lice (« Bestiaire Fantastique » et « Le Sanctuaire Embrasé ») bien qu'étant proprement exécutées se montrent un peu trop en roue-libre pour être au même niveau que celles qui les ont précédées.

Néanmoins une fois l'outro terminée (qui n'est pas sans rappeler l'ambiance du film "Le Nom De La Rose") on ne peut qu'applaudir le travail effectué par Cervantes et ses acolytes, qui ne cessent de se bonifier avec l'âge et montrent qu'il n'y a pas besoin de trop en faire pour être efficace. Si le tout reste d'un classicisme assumé il donne néanmoins la furieuse envie d'en découdre puis de festoyer une fois la bataille terminée, d'autant plus avec cette production légèrement râpeuse à l'équilibre impeccable qui reste dans le ton de ce qui se faisait il y'a désormais un quart de siècle. Du tout bon en somme qui même s'il ne marquera pas l'année de son empreinte trouvera facilement sa place au sein des étagères d'où il ressortira de façon occasionnelle, histoire de se rappeler d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître (et qui fait du bien par où ça passe).

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Vartruk citer
Vartruk
08/12/2020 13:05
note: 8.5/10
Je suis le groupe depuis Castellum qui avait été l'album de la révélation pour moi, une authenticité forte dans un style pourtant bien balisé (et banalisé...), à contre-courant de la foultitude de groupes post-black-machin et franchement même si ça crevait pas le plafond, qu'est ce que ça faisait du bien...

Plaisir largement renouvelé sur ce "Arcanes & Sortilèges" j'ai l'impression qu'ils ont tout simplement pris le meilleur des 2 albums précédents (Castellum pour le côté plus direct/mélodique et "Memoria" pour le très bon travail sur les ambiances) allez, on a peut-être 2-3 morceaux un peu moins marquant pour chipoter, mais même quand on sent que ça baisse de régime, ils sortent la transition qu'il faut, un break, une accélération, le petit solo qui va bien...

Le son est limpide, ni trop propret ni trop "fade" on sent que le groupe met un point d'honneur à respecter le style traditionnel des années 90, tout en apportant sa petite touche personnelle (je me retrouve complètement dans la référence Hard N'Heavy! Darkenhöld aurait clairement pu avoir sa page aux côtés des classiques de l'époque...) et le travail sur les textes en français renforce encore l'identité du groupe.

Bref, ils commencent à maitriser leur recette jusqu'au bout des doigts, sans en faire des caisses (pas de clavier pompeux ou de pouet pouet outrancier, juste ce qu'il faut pour enrichir les ambiances) c'est vraiment plaisant, merci et vivement le prochain!
Petrovic citer
Petrovic
28/11/2020 20:46
note: 9/10
Magnifique album une nouvelle fois, après le "Castellum" qui m'avait laissé sur le cul avec ce revival scène norvégienne que j'adore tant et un "Memoria Sylvarum" plus intimiste avec des compositions plus travaillées ; un feeling 90's sympho/atmo qui rappelle une nouvelle fois les Dimmu, Satyricon, Troll des débuts qui me laisse réveur ; on en a besoin en ce moment !
Merci Aldébaran une nouvelle fois c'est toujours commandé les yeux fermés.
dominiquelefranc citer
dominiquelefranc
28/11/2020 18:41
note: 9/10
Je ne m'étais jamais vraiment intéressé à ce groupe.
Cet album les propulse directement dans mon Top album de 2020.
Une Œuvre splendide.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Darkenhöld
Black Metal Médiéval Symphonique
2020 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (6)  8.67/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Darkenhöld
Darkenhöld
Black Metal Médiéval Symphonique - 2008 - France
  

tracklist
01.   Oriflamme
02.   L’ost De La Forteresse
03.   Incantations
04.   Mystique De La Vouivre
05.   La Tour De L’alchimiste
06.   Héraldique
07.   Bestiaire Fantastique
08.   Le Sanctuaire Embrasé
09.   Dans Le Cabinet De L’archimage

Durée : 46 minutes

line up
parution
6 Novembre 2020

voir aussi
Darkenhöld
Darkenhöld
Memoria Sylvarum

2017 - Indépendant
  
Griffon / Darkenhöld
Griffon / Darkenhöld
Atra Musica (Split-CD)

2019 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Echoes from the Stone Keeper

2012 - Those Opposed Records
  
Darkenhöld
Darkenhöld
A Passage To The Towers

2010 - Ancestrale Production
  
Darkenhöld
Darkenhöld
Castellum (Rééd.)

2014 - Les Acteurs de l'Ombre
  

Mooncitadel
Onyx Castles And Silver Key...
Lire la chronique
Dodskold
Ödesriket
Lire la chronique
Steel Bearing Hand
Slay In Hell
Lire la chronique
Chotza
Plump u Primitiv (10 Jahr F...
Lire la chronique
Galvanizer
Prying Sight Of Imperception
Lire la chronique
Machine Head
The Burning Red
Lire la chronique
Ambush
Infidel
Lire la chronique
Stress Angel
Bursting Church
Lire la chronique
Ascendency
Birth Of An Eternal Empire ...
Lire la chronique
L'été dans le BLACK METAL
Lire le podcast
Steven Wilson
The Raven That Refused to S...
Lire la chronique
Vermineux
1337 (Démo)
Lire la chronique
Mannveira
Vitahringur
Lire la chronique
Astriferous
The Lower Levels Of Sentien...
Lire la chronique
Nine Inch Nails
The Downward Spiral
Lire la chronique
Hænesy
Garabontzia
Lire la chronique
Purification
The Exterminating Angel
Lire la chronique
Koldovstvo
Ни царя, ни бога
Lire la chronique
Goratory
Sour Grapes
Lire la chronique
Evoken
A Caress Of The Void
Lire la chronique
Unbounded Terror
Faith in Chaos
Lire la chronique
Profane Order
Slave Morality
Lire la chronique
Cathexis
Untethered Abyss
Lire la chronique
Gharmelicht
Gharmelicht
Lire la chronique
Khandra
All Occupied by Sole Death
Lire la chronique
Blind Guardian
Battalions Of Fear
Lire la chronique
Black Sabbath
Mob Rules
Lire la chronique
Vectis
No Mercy for the Weak (EP)
Lire la chronique
Goats Of Doom
Shiva
Lire la chronique
King Diamond
"Them"
Lire la chronique