chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bliss Of Flesh - Tyrant

Chronique

Bliss Of Flesh Tyrant
Ecouter Bliss Of Flesh, c’est avant tout accepter de partir pour un voyage, peut-être sans retour, surement sans espoir.

La fin de l’étape précédente – une trilogie basée sur la Divine Comédie de Dante -, ne nous aura pas emmené au paradis, malgré la teneur de l’opus clôturant cette première salve – ni perdus en d’obscurs mondes faits d’ailleurs mais bel et bien sur Terre puisque l’enfer est ici.

Artwork magnifique, composition étalée sur seulement deux semaines, concept basé sur la servitude volontaire…Mais que nous réserve ce nouvel opus ? La réponse apparait bientot, happés que nous sommes par un mid-tempo donnant le répons à des blasts en pagaille – tout l’album en regorge d’ailleurs – et le chant totalement versatile de Necurat, oscillant entre colère et désespoir, haine et dégout, voix blacks et chants déclamés (« Vanitas »).

Ici la misanthropie est reine, elle est tapie dans l’ombre, observe les moutons ravis de servir, les foules abruties et ceux les manipulant, pointe du doigt l’ignorance crasse et vous la recrache à la gueule, vicieuse et vénéneuse.

Les moments plus introspectifs sont paradoxalement les plus puissants car noirs et sans fioritures, sans filets, sans faux-fuyants. Plongés tête la première dans le miroir, dans notre propre reflet, l’on se voit et l’on s’écœure, de nous-même et de nos choix. Le tout dans cette atmosphère de fin du monde, de richesse sans fin (ces violoncelles sur « Serve » ou « Hexis »), ces mélodies propres à réveiller les morts, émergeant d’un cercueil de fer orné de taffetas souillé.

Ici, point n’est besoin de track-by-track détaillé ou d’analyse fouillée ; cet album se vit et se respire comme un ensemble, un Tout, complet syncrétisme de toutes leurs époques.

Que celui qui compare encore ce groupe à un mix entre Belphegor et Behemoth soit empalé sur le champ ! Bliss Of Flesh est devenu un monstre et le maitre de son propre monde, où tout n’est que noirceur et ténèbres, seul rédacteur de son Necronomicon et son plus fidèle défenseur.

Je pensais ce groupe grand, mais il est dorénavant hors d’atteinte pour la concurrence. Il nous regarde, pauvres petits insectes, nous démener et l’acclamer. Fier défenseur, du haut de sa tour d’ébène, d’un style qui n’aura jamais été aussi pur et froid, il sourit : nous sommes à notre tour asservis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Solarian citer
Solarian
23/11/2020 13:48
note: 8.5/10
Petit missile !
Bon par contre va falloir que je me prépare psychologiquement au "semi-empalement"^^ car je trouve que les deux piliers soutenant toujours la baraque sont Belphegor (pour la mélodicité) et surtout... Arkhon Infaustus (pour l'ambiance). Arkhon oui, car outre la voix assez "Nergalesque", je ne ressens pas du tout l'influ Behemoth.

Belle mandale en tout cas, et définitivement leur meilleur opus.
Inspiré, travaillé, brutal, varié, ultra-ambiancé et comportant des moments carrément foutriques (Mama mia ces riffs de tueurs et ces mélodies éjaculatoires sur Serve, Genesis, Krieg et Mors !), ce petit Scud au concept plus que de circonstance en a dans le bide et ça fait franchement du bien par où ça passe. Commandé !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bliss Of Flesh
Death/Black
2020 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (4)  7.48/10

plus d'infos sur
Bliss Of Flesh
Bliss Of Flesh
Death/Black - 2000 - France
  

tracklist
Serve
Genesis
Vanitas
Krieg
Hexis
Panem
Tyrant
Mors
Naturae

Durée : 45'12

voir aussi
Bliss Of Flesh
Bliss Of Flesh
Emaciated Deity

2009 - Twilight-Vertrieb
  

Essayez aussi
Omegavortex
Omegavortex
Spectral Blackness (Compil.)

2019 - Goat Throne Records
  
Heresiarch
Heresiarch
Hammer Of Intransigence (EP)

2011 - Dark Descent Records
  
Cyanic
Cyanic
Litanies Of Lust Unholy

2012 - Ghastly Music
  
Khthoniik Cerviiks
Khthoniik Cerviiks
Æquiizoiikum

2020 - Iron Bonehead Productions
  
Genocide Shrines
Genocide Shrines
Manipura Imperial Deathevokovil: Scriptures Of Reversed Puraana Dharmurder

2015 - Vault Of Dried Bones
  

Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique