chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bliss Of Flesh - Tyrant

Chronique

Bliss Of Flesh Tyrant
Ecouter Bliss Of Flesh, c’est avant tout accepter de partir pour un voyage, peut-être sans retour, surement sans espoir.

La fin de l’étape précédente – une trilogie basée sur la Divine Comédie de Dante -, ne nous aura pas emmené au paradis, malgré la teneur de l’opus clôturant cette première salve – ni perdus en d’obscurs mondes faits d’ailleurs mais bel et bien sur Terre puisque l’enfer est ici.

Artwork magnifique, composition étalée sur seulement deux semaines, concept basé sur la servitude volontaire…Mais que nous réserve ce nouvel opus ? La réponse apparait bientot, happés que nous sommes par un mid-tempo donnant le répons à des blasts en pagaille – tout l’album en regorge d’ailleurs – et le chant totalement versatile de Necurat, oscillant entre colère et désespoir, haine et dégout, voix blacks et chants déclamés (« Vanitas »).

Ici la misanthropie est reine, elle est tapie dans l’ombre, observe les moutons ravis de servir, les foules abruties et ceux les manipulant, pointe du doigt l’ignorance crasse et vous la recrache à la gueule, vicieuse et vénéneuse.

Les moments plus introspectifs sont paradoxalement les plus puissants car noirs et sans fioritures, sans filets, sans faux-fuyants. Plongés tête la première dans le miroir, dans notre propre reflet, l’on se voit et l’on s’écœure, de nous-même et de nos choix. Le tout dans cette atmosphère de fin du monde, de richesse sans fin (ces violoncelles sur « Serve » ou « Hexis »), ces mélodies propres à réveiller les morts, émergeant d’un cercueil de fer orné de taffetas souillé.

Ici, point n’est besoin de track-by-track détaillé ou d’analyse fouillée ; cet album se vit et se respire comme un ensemble, un Tout, complet syncrétisme de toutes leurs époques.

Que celui qui compare encore ce groupe à un mix entre Belphegor et Behemoth soit empalé sur le champ ! Bliss Of Flesh est devenu un monstre et le maitre de son propre monde, où tout n’est que noirceur et ténèbres, seul rédacteur de son Necronomicon et son plus fidèle défenseur.

Je pensais ce groupe grand, mais il est dorénavant hors d’atteinte pour la concurrence. Il nous regarde, pauvres petits insectes, nous démener et l’acclamer. Fier défenseur, du haut de sa tour d’ébène, d’un style qui n’aura jamais été aussi pur et froid, il sourit : nous sommes à notre tour asservis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jarl_Djevel citer
Jarl_Djevel
23/02/2021 21:11
note: 9/10
Une particularité que j'ai énormément de mal à expliquer: je n'aime pas le métal français. Plus particulièrement le black. Il m'emmène plus dans les caves de Sarcelles que dans les antres cosmiques de l'univers. Et les caves de Sarcelles je les vois assez pour ne pas avoir envie d'y passer encore plus de temps.
Certains diront que c'est ça le BM. Non. Le BM français est souvent maniéré, prétentieux et par extension chiant (à part quelques rares exceptions). Avis qui n'engage que ma personne.

Alors même si Bliss of Flesh ratisse dans une cour assez large et très empruntée du Black Death, il a tout compris. Quand on se mange dans la gueule les riffs de Krieg avec l'echainement instrumental Hexis, on peut pas faire autrement que de mettre 9. Tyrant c'est une suite de riffs qui tuent, sans sacrifier la mélodie sur l'autel de la violence et de la vengeance. Et putain que ça résonne fort.

Les gars de Calais on fait du chemin depuis la première démo tape que je m'étais procurée lors d'une de mes errances dans les Hauts de France.

Chapeau bas les Frenchies. Pas loin de l'album de l'année pour moi.
Solarian citer
Solarian
23/11/2020 13:48
note: 8.5/10
Petit missile !
Bon par contre va falloir que je me prépare psychologiquement au "semi-empalement"^^ car je trouve que les deux piliers soutenant toujours la baraque sont Belphegor (pour la mélodicité) et surtout... Arkhon Infaustus (pour l'ambiance). Arkhon oui, car outre la voix assez "Nergalesque", je ne ressens pas du tout l'influ Behemoth.

Belle mandale en tout cas, et définitivement leur meilleur opus.
Inspiré, travaillé, brutal, varié, ultra-ambiancé et comportant des moments carrément foutriques (Mama mia ces riffs de tueurs et ces mélodies éjaculatoires sur Serve, Genesis, Krieg et Mors !), ce petit Scud au concept plus que de circonstance en a dans le bide et ça fait franchement du bien par où ça passe. Commandé !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bliss Of Flesh
Death/Black
2020 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.5/10
Webzines : (5)  7.29/10

plus d'infos sur
Bliss Of Flesh
Bliss Of Flesh
Death/Black - 2000 - France
  

tracklist
Serve
Genesis
Vanitas
Krieg
Hexis
Panem
Tyrant
Mors
Naturae

Durée : 45'12

voir aussi
Bliss Of Flesh
Bliss Of Flesh
Emaciated Deity

2009 - Twilight-Vertrieb
  

Essayez aussi
In Vain
In Vain
Currents

2018 - Indie Recordings
  
Destruktor
Destruktor
Opprobrium

2015 - Hells Headbangers Records
  
Fornicus
Fornicus
Sulphuric Omnipotence

2020 - Negative Earth Records
  
Cardinal Sin
Cardinal Sin
Spiteful Intents (EP)

1996 - Wrong Again Records
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire Records
  

Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique