chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
120 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Hallowed Butchery - Deathsongs From the Hymnal of the Church of the Final Pilgrimage

Chronique

Hallowed Butchery Deathsongs From the Hymnal of the Church of the Final Pilgrimage
L’histoire veut qu’en 2017, Ryan Fairfield, tête pensante de Hallowed Butchery, rencontre un certain Jonathan Curless, chef de la secte « The Church of the Final Pilgrimage ». Une rencontre que le créateur de Funeral Rites for the Living, en panne d’inspiration après ce premier album – plus de dix ans sépare cette œuvre de celle nous intéressant aujourd’hui –, raconte comme un évènement marquant sur le bandcamp du projet. En effet, le chef du culte l’invite alors à rejoindre son groupe, trente personnes vivant en autarcie dans la ruralité du Maine, état des Etats-Unis. Ryan Fairfield y passera deux semaines, partageant leurs rites et leur vie quotidienne avant de s’enfuir avec une copie de leur bible, servant de base pour cet album.

Mais que vénère cette secte, à qui souhaite rendre justice Hallowed Butchery ? La mort. La mort comme seule vérité et seul Dieu. La mort comme une entité bienfaitrice car elle apporte la paix. La mort qui fait vivre par les sacrifices qu’on lui rend et que l’on consomme. La mort que l’on ne doit pas craindre mais accueillir. Cela est rendu clair par les fichiers donnés en supplément du téléchargement de l’album (dont une édition CD – et, espérons-le, vinyle – est prévue l’année prochaine) mais également par ce que contiennent les trente-huit minutes de Deathsongs From the Hymnal of the Church of the Final Pilgrimage. Une base – peu importe qu’elle soit vraie ou imaginaire – qui transporte le style particulier du Ricain vers des sphères que même l’étrange Funeral Rites for the Living n’avait jamais atteintes jusque-là et où les comparaisons patinent. Swans, Neurosis, Author and Punisher et Evoken réalisant ensemble une bande-originale pour le pendant crépusculaire de Midsommar, film d’horreur folklorique de Ari Aster ? Musique de muscles, de sang, de concret qui pourtant se déploie vers un mysticisme d’autant plus glauque qu’il présente la fin comme une attente ? Sans ironie ou intellectualisme, Ryan Fairfield accouche – le mot est approprié, tant l’album paraît être né dans la gestation et la douleur – d’une musique aussi doom qu’industrielle, une folk enjôleuse et sombre s’invitant par instants, à la grâce continue mettant ses plus beaux habits funèbres pour prêcher avec autorité.

C’est bien cela qui rend le fond de Deathsongs From the Hymnal of the Church of the Final Pilgrimage aussi prenant, et non prétentieux comme cela aurait pu l’être : la forme est décidée à lui rendre honneur, dans un mélange de styles et d’influences fonctionnant parfaitement les uns avec les autres car liés par une même volonté de transmettre l’expérience vécue. Le doom extrême de « Ever Gloom » se mue ainsi naturellement en une complainte nocturne, l’industriel pulsant de sang de « The Altruist » s’élève en une acclamation carnassière de la mort, la claustrophobe « Internment » assujettit l’esprit jusqu’à l’horrible chant d’amour de « On the Altar », déifiant une fin qui ne saurait venir trop tôt... Oui, tout cela pourrait vite devenir ridicule, et pourtant, à aucun moment nous doutons de la véracité des sentiments exprimés ici, de cette conviction qui est transmise avec tout le talent dont est capable Ryan Fairfield.

Deathsongs From the Hymnal of the Church of the Final Pilgrimage fait peur, comme on a pu avoir peur lors de certains disques qui frôlaient l’absurde mais s’enfonçaient surtout dans une radicalité morbide finissant par nous faire sienne. Il fait peur de sincérité et fait peur car il fascine. L’expérience en elle-même est courte, contient quelques passages maladroits (les instants acoustiques de « Flesh Borer » ou encore le début de « On the Altar ») et cependant laisse une empreinte forte sur l’esprit, comme une envie d’y retourner constamment, attiré par cette chose qui se terre, que l’on voit venir en plein jour et qui nous veut du mal. Une chose que l’on ne peut s’empêcher de regarder, ressentant ce que l’on appelle communément, comme une énigme, « Le frisson ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
28/11/2020 14:16
En écoute sur Bandcamp. Une version CD devrait sortir début 2021 via Aesthetic Death (label bien connu par les doomsters).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hallowed Butchery
Industrial Funeral Doom Metal / Folk
2020 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Hallowed Butchery
Hallowed Butchery
Industrial Funeral Doom Metal / Folk - 2007 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Ever Gloom  (07:31)
02.   The Altruist  (07:20)
03.   Flesh Borer  (06:39)
04.   Death To All  (07:27)
05.   Internment  (04:18)
06.   On The Altar  (04:36)

Durée : 37 minutes 53 secondes

line up
parution
1 Mai 2020

Essayez aussi
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat

2007 - I Hate Records / 213 Records
  

Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique