chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
195 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Touché Amoré - Lament

Chronique

Touché Amoré Lament
Voay vous en a récemment parlé : Touché Amoré est un groupe qui me touche (et vice-versa, si vous avez lu ses révélations suite à une rencontre visio au sein de la Thrashocorp). Cela a été d’autant plus le cas avec l’incroyable Stage Four, où la bande menée par Jeremy Bolm mettait son screamo lorgnant vers le post-hardcore (ancien comme nouveau) au service d’un travail de deuil, celui ressenti par son leader à la suite de la mort de sa mère d’un cancer. Une œuvre hautement personnelle, passant de l’ombre des remords à la lumière de l’acceptation, qui continue de me gratter la gorge quand viennent ses dernières secondes de mise à nu. J’attendais donc avec une certaine impatience Lament, ayant la difficile tâche de succéder à un album qui, pour plusieurs raisons, marque un nouveau standard pour la formation et une scène ayant tendance à tourner en rond.

Et c’est avec beaucoup de justesse que Touché Amoré, probablement conscient de la beauté de l’exercice réalisé avec Stage Four, montre avec ce nouvel album une volonté d’aller voir ailleurs. Certes, cela était une chose que l’on sentait déjà auparavant, dès Is Survived By et ses velléités plus rock et mélodique. Mais c’est bien sur Lament que ces nouvelles lubies prennent le plus de place, à commencer par un son plus clair qu’auparavant, remplaçant le coupant de guitares ayant su garder un certain grain hardcore par un dynamisme de chaque instant. Peut-être avez-vous appris que les Ricains sont allés voir Ross Robinson (producteur bien connu) pour habiller leurs nouvelles compositions : aucun doute que ce choix a été le bon, tant le monsieur, reconnu pour sa versatilité, donne ce qu’il faut de puissance au classique « Come Heroine » tout en laissant respirer les moments où les mariages se font les plus atmosphériques ou accrocheurs, tels que les voix claires de « Limelight » ou l’intensité mélodique de « Savoring ». Un exemple de plus que cet essai a été pensé comme un changement dans la continuité, traçant des ponts plus que des nouvelles routes, entre saveurs à l’ancienne (« Exit Row »), tentatives pop/punk (« Reminders ») et travail sur les atmosphères (« Deflector »).

Essais, tentatives... Et réussites ? Difficile de le dire, tant j’ai du mal à trouver totalement ici ce vecteur d’émotions qu’est pour moi Touché Amoré. On ne peut pourtant pas déplorer l’optique de vouloir aller vers d’autres styles plus profondément qu’auparavant, tant ils s’intègrent parfaitement à l’esthétique du groupe, conservant une sensibilité à fleur de peau de façon globale. J’ai cependant toujours une sensation de décrochage à l’écoute de ces trente-six minutes, alternant les styles comme si elles cherchaient les mots justes sans toutefois y parvenir à chaque fois (le longuet « Deflector »). Non pas incohérent, mais plein d’à-côtés au point de se demander ce qu’il peut bien vouloir dire, le groupe frôle l’écœurement, jusqu’à voir quelques traces de mauvais goût apparaître. Est-ce bien cette formation si fine dans son expression d’une certaine difficulté à vivre qui chante sur le bêta « Reminders » et son refrain que même un groupe de punk celtique trouverait un peu trop gros et facile ? Est-ce bien elle qui termine ce disque avec des pantoufles, jouant de clichés de films indépendants avec climax prévisibles (« A Broadcast ») et voix-off éculée (« A Forecast ») ? Pour la première fois, et malgré des œuvres qui me touchent à divers degrés, Lament laisse pointer dans mon esprit quelques pensées méprisantes sur ces jeunes plus très jeunes et qui cherchent à se réinventer.

Lament est clairement une étape importante pour Touché Amoré, celle marquant une envie de dépasser ce screamo qui l’a fait connaître et adorer par tant, le mettant à une place où il ne paraît pas à l’aise (comme il l’exprimait avec Is Survived By). Pour autant, ce premier pas n’est ni définitif, ni pleinement convaincant : entre rappels confortables, faits avec plus ou moins de réussites, et intégrations d’éléments neufs où l’écoute se fait avec une impression de devoir trier dans un caddie bien trop chargé (« Reminders », clairement destiné au bac à recyclage), il y a de quoi se dire que la bande a encore du chemin à faire avant de convaincre des bienfaits de ses sorties de route. Le plus frustrant est sans doute que les quelques exploits bien présents (« Feign » ou encore « Limelight ») laissent penser que Lament aurait pu être un autre grand album de la part de ces brillants maladroits. Un grand album que j’espère les voir créer très vite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Voay citer
Voay
17/01/2021 11:32
Merci pour la réf, visiblement tu as été moins tactile avec ce disque Clin d'oeil... j'ai écouté quelques trucs dans le genre récemment (Envy, Birds in Row, La Dispute notamment), ce n'est pas tout à fait mon genre mais j'apprécie de temps en temps. Je trouve le clip de "Lament" superbe.
lkea citer
lkea
17/01/2021 11:04
En écoute sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Touché Amoré
Screamo / Post Hardcore
2020 - Epitaph Records
notes
Chroniqueur : 6/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Touché Amoré
Touché Amoré
Screamo / Post Hardcore - 2007 - Etats-Unis
  

écoutez
vidéos
Lament
Lament
Touché Amoré

Extrait de "Lament"
  

tracklist
01.   Come Heroine  (2:50)
02.   Lament  (3:20)
03.   Feign  (2:46)
04.   Reminders  (3:03)
05.   Limelight  (5:02)
06.   Exit Row  (2:16)
07.   Savoring  (2:56)
08.   A Broadcast  (3:01)
09.   I'll Be Your Host  (3:27)
10.   Deflector  (3:31)
11.   A Forecast  (3:38)

Durée : 35 minutes 50 secondes

line up
parution
9 Octobre 2020

voir aussi
Touché Amoré
Touché Amoré
Is Survived By

2013 - Deathwish Inc.
  
Touché Amoré
Touché Amoré
Stage Four

2016 - Epitaph Records
  
Touché Amoré
Touché Amoré
Parting The Sea Between Brightness And Me

2011 - Deathwish Inc.
  

Essayez plutôt
State Faults
State Faults
Resonate/Desperate

2013 - No Sleep Records
  
La Dispute
La Dispute
Rooms Of The House

2014 - Better Living / Staple Records
  
State Faults
State Faults
Clairvoyant

2019 - No Sleep Records / Dog Knights Productions
  
Circle Takes the Square
Circle Takes the Square
As the Roots Undo

2004 - Robotic Empire
  
Encarsia / The Psyche Out Musikland Big Band
Encarsia / The Psyche Out Musikland Big Band
Split-CD (Split-CD)

2005 - Krawa Productions
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique