chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Opium Warlords - Nembutal

Chronique

Opium Warlords Nembutal
Le nembutal, nom commercial du pentobarbital, est un barbiturique qui fut utilisé en anesthésie ou comme somnifère avant la fin de sa commercialisation, en vertu de ses propriétés hypnotiques induisant somnolence et engourdissement. La forte dépendance qu’il créé a poussé à l’abandonner au profit d’autres anesthésiques, mais il trouva une nouvelle utilisation comme médicament permettant la mort, soit lors d’exécutions (aux États-Unis), soit lors de suicides ou euthanasies. Le nembutal donne aussi son nom au nouvel album d’Opium Warlords et, évidemment, ce n’est pas un hasard.

Qui a déjà rencontré ce projet de Sami Albert Hynninen ne sera pas étonné, le goût pour la provocation et les comportements négatifs ayant toujours marqué ses œuvres. Il saura aussi que l’on est en droit de n’attendre rien d’autre que l’excellence dans ce doom metal intransigeant et extraterrestre, à la fois austère et personnel, où la retenue devient une force. Qu’il ne soit pas inquiété sur ce point : Nembutal est une nouvelle preuve du talent rare du Monsieur, dépliant sur soixante-treize minutes une diversité de styles liés entre eux par une exécution méticuleuse, magnanime, et des ambiances où la dépression règne dans tout ce qu’elle peut contenir de nuances, défaitisme, contemplation, mélancolie, neurasthénie, poésie de l’horizontalité. Clairement, l’oblomovisme de la pochette n’est pas volée, l’album débutant par un « A Heavy Heart » poussant à s’allonger et laisser errer son esprit en son sein, le chant clair et hédonistique du Finlandais nous guidant vers une terre intérieure faite de blancheur inatteignable, d’une félicité qui est d’autant plus douloureuse qu’elle paraît inaccessible. Un morceau impérial, évoquant Reverend Bizarre et Cathedral (cf. ces intonations à la Lee Dorrian au centre du titre) et qui ne laisse aucun doute sur la nécessité à écouter une nouvelle œuvre d’Opium Warlords.

Car après le culte Live at Colonia Dignidad, l’excellence doom de Taste My Sword of Understanding, les expérimentations entre drone et néofolk de Droner, on peut légitimement se demander si voir Sami Hynninen nous offrir un album-somme compilant les excursions de ses œuvres précédentes est bien nécessaire. Nembutal paraît en effet être un concentré des différentes lubies de son créateur, une impression de parcourir plusieurs cycles s’inscrivant de plus en plus au fur et à mesure des écoutes. A ce titre, il est taillé pour le format vinyle, chaque face contenant une cohérence propre, une logique musicale, à l’image du trio « Sarah Was Nineteen Years Old / Solar Anus / Early in the Morning the Body of the Girl Was Found » marchant bien comme un triptyque, une avancée vers de plus en plus de clarté paradoxalement froide, une lumière laissant esseulé et sec, où la beauté des leads de « Early in the Morning... » rend étrangement mort et absent au monde. C’est bien l’originalité de ce disque, qui propose différentes parties fonctionnant en elles-mêmes aussi bien qu’ensemble. Un travail fait dans la dentelle, alternant morceaux de doom metal austère (« A Heavy Heart » et « Xanadu », bouclant la boucle), compositions frôlant le black metal ambient et le drone (« Threshold of Your Womb » et « The Destroyer of Filth ») ou encore la trilogie détaillée plus haut, décidément le moment le plus prenant de ce longue-durée.

Nembutal ne proposera donc rien de nouveau pour l’amateur de longue date, excepté un travail d’orfèvre encore plus poussé qu’auparavant. Sami Hynninen donne à chaque œuvre d’Opium Warlords – l’expérimental We Medidate Under the Pussy in the Sky mis à part – l’impression de chercher la présentation la plus parfaite de sa vision du doom metal et il s’en approche sans doute le plus ici. Pour autant, ce nouveau longue-durée n’est pas l’égal de Live at Colonia Dignidad ou Taste My Sword of Understanding, son envie d’exhaustivité le rendant moins radical et enveloppant que ces derniers. Il reste d’indéniables grands moments ainsi qu’une atmosphère de dépression finlandaise, à la fois terne et lumineuse, sévère et folle, qui continue de rendre ce projet unique en son genre. Pas de quoi éteindre l’admiration que j’ai pour l’homme qui en est à l’origine, dont les créations sont encore bien trop méconnues.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Opium Warlords
Doom Metal
2020 - Svart Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  5.86/10

plus d'infos sur
Opium Warlords
Opium Warlords
Doom Metal - 2004 - Finlande
  

vidéos
Sarah Was Nineteen Years Old
Sarah Was Nineteen Years Old
Opium Warlords

Extrait de "Nembutal"
  

tracklist
01.   A Heavy Heart  (19:06)
02.   Threshold of Your Womb  (11:20)
03.   The Destroyer of Filth  (6:01)
04.   Sarah Was Nineteen Years Old  (6:53)
05.   Solar Anus  (4:58)
06.   Early in the Morning the Body of the Girl Was Found  (6:00)
07.   Perspiring Princess  (3:02)
08.   Xanadu  (15:47)

Durée : 73 minutes 11 secondes

line up
parution
4 Décembre 2020

voir aussi
Opium Warlords
Opium Warlords
Taste My Sword Of Understanding

2014 - Svart Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Droner

2017 - Svart Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Live at Colonia Dignidad

2009 - Cobra Records
  

Essayez aussi
Lord Vicar
Lord Vicar
The Black Powder

2019 - The Church Within Records
  
Cathedral
Cathedral
In Memorium (Démo)

1990 - Autoproduction
  
Monolithe
Monolithe
Epsilon Aurigae / Zeta Reticuli

2016 - Debemur Morti Productions
  
Tar Pond
Tar Pond
Protocol of Constant Sadness

2020 - Autoproduction
  
Wretch
Wretch
Wretch

2016 - Bad Omen Records
  

Tribulation
Where The Gloom Becomes Sound
Lire la chronique
Stass
Songs Of Flesh And Decay
Lire la chronique
Mavorim
Aasfresser (EP)
Lire la chronique
Sagenland
Oale groond
Lire la chronique
Psychonaut 4
Beautyfall
Lire la chronique
Bones
Gate Of Night (EP)
Lire la chronique
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbul...
Lire la chronique
Salò
Sortez vos morts (EP)
Lire la chronique
Within The Ruins
Black Heart
Lire la chronique
(DOLCH)
Feuer
Lire la chronique
Stabbed
Defleshed By Reptiles (Démo)
Lire la chronique
Anguis Dei
Angeist
Lire la chronique
Archaic Thorn
Eradication
Lire la chronique
Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique