chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
116 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Traveler - Termination Shock

Chronique

Traveler Termination Shock
Dimanche 1er mars 2020. Glazart, Paris. Tournée européenne commune de deux grands espoirs de la scène heavy metal canadienne, Traveler et Riot City. Une belle soirée malgré un son très approximatif comme souvent dans cette salle. Si j'avais su qu'il s'agissait de mon dernier concert avant que tout ne s'écroule ... À défaut de pouvoir revivre avant un moment les émotions procurées par notre bonne vieille musique sur les planches, on peut au moins en vivre sur galette. Quelle belle surprise en effet de voir déjà débarquer un nouvel album de Traveler, seulement un an après le très bon premier essai longue-durée éponyme. C'était en avril, toujours chez Gates of Hell Records. Quel plaisir aussi vu le niveau affiché sur Traveler qui propulsait les Canadiens directement au rang des formations de heavy metal les plus prometteuses. Battre le fer tant qu'il est encore chaud, on comprend l'idée. Cela dit, difficile de ne pas éprouver quelques craintes sur cette nouvelle sortie, un enchaînement trop rapide pouvant s'avérer délicat à gérer. Ou alors c'est juste mon côté pessimiste. Parce que si l'on regarde comme ça, cette pochette noir-blanc-bleue similaire au précédent mettant à nouveau en scène leur mascotte, cette espèce de monstre galactique prêt à tout dézinguer, ou encore l'ajout de l'ex-Striker Dave Arnold à la basse, il y avait plutôt de quoi afficher un certain enthousiasme.

Un enthousiasme qui s'est vite transformé en satisfaction. Puis en orgasme. Car non seulement Traveler propose quelques évolutions intéressantes dans son style mais il arrive en plus à faire encore mieux que son premier longue-durée. On note déjà l'excellente production plus puissante et parfaitement équilibrée qui place tous les instruments à leur avantage. Seul le son de la batterie un peu trop synthétique et qui manque de nuance ne rend pas justice au feeling de l'excellent Chad Vallier, également dans Riot City. Rien qui ne vienne gâcher l'écoute toutefois et cela ne sonne pas aussi impersonnel que sur le fabuleux Journey into Fear de Deaf Dealer, seul défaut de ce pur chef d'œuvre. Deaf Dealer ?! Le nom de ces Québécois injustement méconnus ne sort pas comme ça du chapeau. Deux raisons à cela. La plus évidente, Jean-Pierre Fortin, ancien bassiste émérite de la formation, a gracieusement offert le morceau "STK" à Traveler. Il sonne donc comme du Deaf Dealer. L'autre raison, c'est que ce Termination Shock me fait beaucoup penser au quintette de La Jonquière, et pas que sur "STK". Traveler sonne ainsi désormais plus proche de Iron Maiden que de Judas Priest. Il y a toujours plus ou moins l'ombre du Priest et il y avait déjà du Maiden sur le premier album, néanmoins la balance penche désormais plus vers Bruce Dickinson et ses copains (un morceau s'intitule d'ailleurs "Diary of a Maiden" !). On sent aussi des touches power US. Déjà le cas sur Traveler qui évoquait souvent Omen, c'est plus appuyé ici. À la différence que les influences se font plus classieuses puisque certaines séquences m'ont rappelé le magique A Sultan's Ransom de Cloven Hoof ainsi que les deux premiers Crimson Glory. Et là, les amis, on touche au divin quand un groupe fait penser, même de loin, à la troupe du regretté Midnight. Quant au très speed "Deepspace", morceau le plus effronté du lot, il pourrait presque rendre jaloux Agent Steel !

Termination Shock se montre du coup plus varié et le travail mélodique y est plus fouillé que sur Traveler pourtant déjà pétri de qualités. Les mêmes qualités que l'on retrouve sur Termination Shock et tous les grands albums de heavy metal. Un riffing magistral, toujours efficace et riche en mélodies. Des rythmiques pêchues et entraînantes qui collent la banane pour la journée. Des solos tous plus jouissifs les uns que les autres de la paire Matt Ries / Toryin Schadlich qui se répondent du tac au tac, avec un guest de l'ex-Striker Ian Sandercock sur "Terra Exodus", magnifique pièce épique qui clôt le disque de la meilleure des façons. Une basse chatoyante et bien mise en avant même si pas aussi gourmande que celle de Fortin. Et bien sûr un chanteur d'exception. J'avais réservé à Jean-Pierre Abboud un paragraphe entier pour insister sur son importance dans le succès du premier opus, il aurait pu avoir le droit au même hommage tant le frontman fait montre d'un talent insolent. Dans le même registre heavy metal plutôt centré sur les médiums même si certaines montées aiguës nous font bien plaisir, Abboud réussit le pari de faire encore mieux en enrichissant encore un peu plus son panel, en véhiculant les émotions et en emportant l'auditeur avec lui comme les plus grands (les frissons au début doucereux de "After the Future" !). Il y a du Halford chez ce monsieur mais pas que ! Des couplets aux rythmiques vocales dynamiques et aux mélodies prenantes, des refrains catchy ultra efficaces mais pas du tout simplistes, c'est un festival que nous offre le chanteur.

Un peu plus d'un an après l'excellent Traveler qui mettait déjà la barre très haut, Termination Shock fait encore plus fort, venant confirmer tout le potentiel du combo de Calgary promis à un bel avenir. Traveler continue ainsi sur sa lancée en affinant encore son style pour nous présenter un panel d'influences plus large désormais dominé par Iron Maiden, se rapprochant dès lors fortement de ses compatriotes de Deaf Dealer qui, les voyant sans doute comme leur successeur, leur ont même fait grâce d'un morceau. Si vous aimez le heavy metal traditionnel de grande classe, au feeling incroyable, qui sait placer de belles speederies quand il faut et mettre la pédale douce pour des moments plus touchants, et qui s'acoquine parfois avec le power US, impossible de passer à côté de ce deuxième album des Canadiens. Les mecs viennent tout de même de placer deux tueries intersidérales en peu de temps, dingue ! Malgré la concurrence sévère cette année, c'est bien Termination Shock qui remporte la palme du meilleur album heavy metal de 2020. Un putain de chef d'œuvre qui devrait ouvrir bien des portes à Traveler. Une montée en grade par une signature sur un label plus important pour davantage d'exposition et vivre la carrière qu'aurait pu avoir Deaf Dealer ? C'est tout le mal que je leur souhaite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Astraldeath citer
Astraldeath
02/12/2020 17:02
note: 8/10
Super chronique qui résume tout ce que je pense en bien de ce disque. J'accroche toujours aussi moyennement au premier mais celui là est définitivement plus abouti et réussi. Un des meilleurs disques de cette année, c'est clair !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Traveler
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (5)  7.21/10

plus d'infos sur
Traveler
Traveler
Heavy Metal - 2017 - Canada
  

tracklist
01.   Shaded Mirror  (05:38)
02.   Termination Shock  (04:22)
03.   Foreverman  (05:07)
04.   Diary of a Maiden  (06:12)
05.   STK  (03:41)
06.   After the Future  (05:33)
07.   Deepspace  (04:04)
08.   Terra Exodus  (05:37)

Durée : 40:14

line up
parution
10 Avril 2020

voir aussi
Traveler
Traveler
Traveler

2019 - Gates Of Hell Records
  

Essayez aussi
Annihilator
Annihilator
Set The World On Fire

1993 - Roadrunner Records
  
Trial
Trial
Vessel

2015 - High Roller Records
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Live After Death (DVD)

2008 - EMI
  
Night Demon
Night Demon
Night Demon (EP)

2013 - Shadow Kingdom Records
  
Enforcer
Enforcer
Diamonds

2010 - Earache Records
  

Album de l'année
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique