chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Old Man Gloom - Seminar IX: Darkness Of Being

Chronique

Old Man Gloom Seminar IX: Darkness Of Being
Afin d’éviter toute redondance, j’invite les personnes qui sont passées à côté à aller lire la chronique de l’album précédent, Seminar VIII-Light of Meaning.

Allez, on continue sur notre lancée. Feront mieux, feront pire ? Pour commencer, les changements. Primo, la pochette : fini le grand Schtroumpf et sa bouche d’Alien, bonjour une sorte d’oreille et… des trucs. Plus moche que celle d’avant, il fallait le faire, ils l’ont fait ! Et ça s’arrête là, no deuzio.

Cet album est similaire au précédent, avec ses (nombreux) défauts et ses (très) peu de qualités. Inconsciemment ou pas, on aurait pu penser que leur envie de faire des intros à la noix leur était passée, quand on lance le disque. On est tout de suite pris par ces riffs d’éléphants, une petite lueur d’espoir s’allume alors. Malheureusement, elle s’éteint assez vite. Tout le long du morceau, ce riff se répète, comme un disque qui tourne en boucle. Old Man Gloom a réussi à inverser la tendance : avant, les intros électroniques étaient bordéliques et chiantes, et bien maintenant, même en utilisant uniquement leurs instruments, l’intro est tout aussi chiante. ‘sont forts je vous dis.

Et puis la suite est du même acabit. Quand ta petite lueur d’espoir s’affaiblit de plus en plus, eux la couvrent d’un coup. Je pourrais vous faire une liste longue comme celle des commandes de Sakrifiss des mauvais passages de l’album : retour des gargouillis sur le deuxième titre, welcome back to the bidouillage à la noix (à dire en français avec l’accent anglais) ; session d’accordage de sitar sur « C(hi)anto de Santos », suivi d’un mec qui frappe à la porte (à leur place j’aurais ouvert, au cas où ce soit leur génie qui soit revenu) ; ce bruit d’usine couplée à un shaman visiblement alcoolisé sur « Love is Bravery » et cette fin pleine de cliquetis insupportables qui donnent envie de se gratter les bras jusqu’au sang. On va s’arrêter là.

A l’instar du Seminar VIII, tout n’est pas à jeter. Old Man Gloom est toujours aussi bon quand il nous sort des riffs qui font grimper l’intensité de la pesanteur pour nous clouer au sol. Il est magistral quand il pousse des hurlements, de Turner et des autres, qui nous agrippent à la gorge pour nous terroriser. Et même quand il se décide à nous sortir une balade sous un soleil de plomb comme sur « Death Rhymes », je dis oui, ça fonctionne, ça calme le jeu et nous montre une autre facette du groupe.

Pas grand-chose à dire de plus, je pourrais copier/coller ma conclusion de l’album précédent, car Old Man Gloom ne convainc toujours pas sur ce deuxième album. Les défauts du VIII se retrouvent sur le IX, même si ce dernier est une version (un chouia) plus édulcorée électroniquement. Deuxième déception, il fallait s’y attendre. On ne change pas une équipe qui gagne comme on dit.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Old Man Gloom
Sludge/Noise
2020 - Profound Lore Records
notes
Chroniqueur : 5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Old Man Gloom
Old Man Gloom
Sludge/Noise - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Procession Of The Wounded  (04:05)
02.   Heel To Toe  (04:35)
03.   The Bleeding Sun  (04:29)
04.   Canto de Santos  (10:19)
05.   Death Rhymes  (04:16)
06.   In Your Name  (12:31)
07.   Love Is Bravery  (08:00)

Durée : 48:15

line up
parution
22 Mai 2020

voir aussi
Old Man Gloom
Old Man Gloom
Seminar VIII: Light Of Meaning

2020 - Profound Lore Records
  

Essayez plutôt
Fleshpress
Fleshpress
Tearing Skyholes

2013 - Kult Of Nihilow
  
16
16
Bridges To Burn

2009 - Relapse Records
  
Terra Tenebrosa
Terra Tenebrosa
The Reverses

2016 - Debemur Morti Productions
  
Fange
Fange
Poisse (EP)

2014 - Lost Pilgrims / Basement Apes Industries / Zugzwang / Ulterior Records / Cold Dark Matter
  
The Body / Full Of Hell
The Body / Full Of Hell
One Day You Will Ache Like I Ache (Coll.)

2016 - Neurot Recordings
  

Stass
Songs Of Flesh And Decay
Lire la chronique
Mavorim
Aasfresser (EP)
Lire la chronique
Sagenland
Oale groond
Lire la chronique
Psychonaut 4
Beautyfall
Lire la chronique
Bones
Gate Of Night (EP)
Lire la chronique
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbul...
Lire la chronique
Salò
Sortez vos morts (EP)
Lire la chronique
Within The Ruins
Black Heart
Lire la chronique
(DOLCH)
Feuer
Lire la chronique
Stabbed
Defleshed By Reptiles (Démo)
Lire la chronique
Anguis Dei
Angeist
Lire la chronique
Archaic Thorn
Eradication
Lire la chronique
Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique