chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gorephilia - In the Eye of Nothing

Chronique

Gorephilia In the Eye of Nothing
Les décès prématurés touchent souvent le monde du metal. Extreme music for extreme people comme le disait une ancienne gloire et effectivement, la vie tumultueuse souvent faite de drogues et d'alcool de bon nombre de musiciens n'est pas sans conséquence. On vient encore de le voir avec Alexi Laiho. D'autres à l'esprit encore plus tourmenté choisissent de ne plus souffrir en mettant fin à leurs jours. Ce fut le cas de Henu, chanteur de Gorephilia qui s'est suicidé fin 2018 à l'âge de 29 ans, engendrant son lot habituel de "RIP" d'une scène à nouveau endeuillée. Les Finlandais décidèrent alors de continuer entre eux sous la forme d'un quatuor, le guitariste Jukka Aho (ex-Krypts) prenant désormais aussi le micro. C'est ainsi à l'automne dernier sur Dark Descent (CD) et Me Saco Un Ojo (LP) que débarque le troisième album du combo, In the Eye of Nothing, illustré par le prolifique Raúl González. Et je ne sais toujours pas si j'aime bien ou pas cette pochette !

Ce que je sais en revanche, c'est que In the Eye of Nothing n'a pas eu l'effet que m'avaient procuré l'excellent Embodiment of Death (2012) et à un degré moindre Severed Monolith (2017). Pas que ce nouvel opus soit mauvais, il s'avère même très correct, dans un style death metal bourru avec toujours cette grosse influence Morbid Angel dans le riffing et le groove sombre. Ce n'est pas non plus la faute de Jukka Aho qui fait bien le job grâce à son chant proche de celui de Henu en un poil plus varié (les intonations plus intelligibles et vomitives un peu à la Autopsy à la fin de "Simplicity of Decay", miam !). Gorephilia a en fait eu la mauvaise idée de ralentir fortement la cadence. C'était déjà le cas sur Severed Monolith, ça l'est encore davantage ici. Niveau brutalité, intensité et impact, on reste alors clairement sur notre faim même si le combo de Vantaa blaste toujours de temps en temps. C'est même d'ailleurs plutôt frustrant car ces passages se révèlent de loin les meilleurs, là où les riffs en tremolo se font les plus inspirés et les plus percutants avec un Kauko Kuusisalo qui se lâche enfin derrière les fûts. On le voit bien sur "Ouroboran Labyrinth", morceau le plus court et le plus direct avec ses gros blast-beats et ses rythmiques thrashies. Bien plus prenant ! Dès que Gorephilia lève le pied sur du mid-tempo voire plus lent, soit la majorité du temps, nous voilà bien moins séduits. Le riffing s'avère plus générique, ça traîne la patte. On s'ennuie car ça ne dégage pas grand chose si ce n'est quand le groupe daigne mettre un peu de poil autour, par l'ajout d'une ligne de lead notamment, comme sur "Devotion Upon the Worm" à 4'49, la fin de "Not for the Weak" ou "Ark of the Undecipherable" en plusieurs occasions. En parlant de lead, les quelques solos s'avèrent d'ailleurs plaisants, on aurait bien voulu du rab. On sera aussi ravi d'entendre le surprenant interlude "Death Dream", acoustique et aérien, presque hard rock bluesy, auréolé d'une bonne basse. Plus intéressant que l'autre intermède "Consensus" fait de bruitages et autres samples inutiles qui casse encore plus le rythme après un "Devotion Upon the Worm" insipide et longuet malgré une dernière partie qui nous sort un peu de notre torpeur. Les Finlandais ont en effet cette fâcheuse tendance à étirer leurs morceaux au-delà des cinq minutes, rendant la chose encore moins passionnante. "Perpetual Procession" en deuxième position montrait déjà de gros signes de fatigue sur plus de six minutes. Non, clairement, Gorephilia n'est pas très doué pour les tempos modérés !

Alors pourquoi bâtir In the Eye of Nothing là-dessus ?! Je n'ai rien contre les mid-tempos et pas besoin de blaster à tout va pour sortir un bon album de death metal mais encore faut-il faire preuve de feeling dans le riffing et les atmosphères pour captiver son auditoire. Gorephilia n'en a pas ou trop peu souvent. D'autres groupes font bien mieux dans le genre. C'est d'autant plus frustrant quand on compare avec les séquences blastées encore présentes et qui démontent tout, permettant à l'opus de rester au-dessus de la moyenne. À ce titre, le morceau d'ouverture "Walls of Weeping Eyes" qui propose un équilibre entre blasts et mid-tempos illustre parfaitement mon propos. Du coup, malgré des qualités certaines, difficile de voir In the Eye of Nothing autrement que comme une régression, lui qui aurait eu plus sa place entre l'EP Ascend to Chaos, assez pataud, et le premier long-format Embodiment of Death, orgie jouissive de brutalité. Sachant que Severed Monolith marquait déjà une petite baisse de régime, on peut en conclure que les Finlandais sont bel et bien sur la pente descendante. Allez, remontez-la s'il vous plaît les gars !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Holmy citer
Holmy
12/01/2021 18:08
Je ne connaissais pas ce groupe. Du moins, que de nom.

J'aime beaucoup ce que j'ai entendu. La lenteur dans le death me va bien,je ne supporte plus trop les albums qui blastent du début à la fin. Il y a suffisamment de changements de rythmes pour qu'on ne perde pas le fil.

Bon y'a des passages qui sont clairement du Morbid Angel à la note près, mais ce n'est pas gênant.

Une bonne découverte. Et je kiffe la pochette.
AxGxB citer
AxGxB
08/01/2021 10:45
note: 8/10
Je rejoins le monsieur ci-dessous dans mon appréciation de l'album. Certes la cadence a baissée mais je trouve ça toujours hyper bien fichu. Quant au deuxième album, je trouve que passé la déception il s'avère finalement excellent lui aussi. Bref, toujours autant sous le charme de la formation en ce qui me concerne Clin d'oeil
Jean-Clint citer
Jean-Clint
07/01/2021 13:40
note: 8/10
Personnellement j'ai été surpris au départ par ce changement de dynamique où le mid-tempo et les parties plus lentes ont pris le pas sur les passages plus rapides et blastés, pourtant curieusement c'est cela qui convient presque le mieux au groupe. Moins brutale et frontale qu'à ses débuts sa musique y gagne en densité et en noirceur, et de ce point de vue là cet opus se révèle être impeccable, sans fautes de goût ni longueurs (ce qui n'était pas le cas sur le précédent). Sans atteindre l'intensité et la folie du premier long-format les finlandais relèvent la tête après une petite baisse de régime, et prouvent qu'il n'y a pas besoin de bourriner pour être efficace ! Un des albums Death de 2020 pour ma part ! Sourire

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gorephilia
Death Metal
2020 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (4)  7.67/10

plus d'infos sur
Gorephilia
Gorephilia
Death Metal - 2007 - Finlande
  

tracklist
01.   Walls of Weeping Eyes  (04:25)
02.   Perpetual Procession  (06:29)
03.   Ouroboran Labyrinth  (03:57)
04.   Devotion Upon the Worm  (06:41)
05.   Consensus  (01:29)
06.   Simplicity of Decay  (05:22)
07.   Not for the Weak  (05:37)
08.   Death Dream  (01:35)
09.   Ark of the Undecipherable  (07:16)

Durée : 42:51

line up
parution
2 Octobre 2020

voir aussi
Gorephilia
Gorephilia
Ascend To Chaos (EP)

2011 - Dark Descent Records
  
Gorephilia
Gorephilia
Severed Monolith

2017 - Dark Descent Records
  
Gorephilia
Gorephilia
Embodiment Of Death

2012 - Dark Descent Records
  
Undergang / Gorephilia
Undergang / Gorephilia
Gorephilia / Undergang (Split 7")

2018 - Me Saco Un Ojo Records
  

Essayez plutôt
Vermingod
Vermingod
Whisperer Of The Abysmal Wisdom

2015 - Ungodly Ruins Productions
  
Question
Question
Doomed Passages

2014 - Chaos Records
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Butchered at Birth

1991 - Metal Blade Records
  
Exhumed
Exhumed
All Guts, No Glory

2011 - Relapse Records
  
Excruciate
Excruciate
Passage Of Life

1993 - Thrash Records
  

Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique