chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Loudblast - Manifesto

Chronique

Loudblast Manifesto
Une vraie tornade. L’étendue des dégâts au sortir d’une première écoute de « Manifesto » est considérable, surtout si l’on s’attend à une montée graduelle d’intensité comme les Lillois l’ont joué sur le monumental « Burial Ground ». D’autant plus difficile de prendre le train en marche lorsque l’étayage black/doom vole en éclat au profit d’un retour en force du death metal dans tout ce qu’il a de plus féroce ! En retard sur toutes leurs attaques placées (« Todestrieb » tacle à la gorge d’entrée de jeu), j’ai couru dans le vide 10 titres durant, ne reprenant mes esprits que lors du lancinant final « Infamy Be To You », pendant frenchie du « To The Mountains » de qui vous savez.

Boosté par l’arrivée de Frédéric Leclercq (KREATOR, ex DRAGONFORCE) à la basse et Jérôme Point-Canovas (ex-NO RETURN) à la six-cordes, LOUDBLAST redonne ici ses lettres de noblesse au genre qu’il a toujours défendu corps et âme : un death metal racé et torturé, capitalisant sur des ralentissements propices au développement d’ambiances fleurant bon le souffre et la perversion. Mais avant l’étalage des forces en présence, place au meilleur des années 90. Si vous avez oublié où se trouve la Pologne, révisez votre géographie avec « Relentless Horror », du VADER pur jus où les breaks meurtriers succèdent aux accélérations destructrices. MORBID ANGEL vous manque ? Penchez vous un peu sur les riffs les plus sauvages de « Erasing Reality », du « Gateways To Annihilation » dans le texte, en passant par l’amorce tellurique de « Preaching Spiritual Infirmity ». Goûtez enfin ce break à 3 :04 sur « Invoking To Justify », petit clin d’œil à PESTILENCE qu’on espère bien retrouver en forme début 2021.

Mais au final, toutes ces œillades aux vieux patrons du genre ne pèsent pas bien lourd face au savoir faire de Stéphane Buriez et Hervé Coquerel, reconverti dans le rôle de coach suite à une blessure survenue avant l’enregistrement. Sorti du banc de touche, le supersub Kevin Foley (je vous épargne son CV long comme le bras) démontre ici ses talents de caméléon en singeant à la perfection le jeu de son illustre collègue. Si je n’avais pas fureté sur le net à la recherche d’informations, je n’y aurais vu que du feu ! Menées à un rythme d'enfer, la décadente « Festering Pyre » et l'homérique « Into The Greatest Of Unknows » sont autant de témoignages de la surprenante vitalité d’un groupe jadis enterré au sortir d’un « Planet Pandemonium » enfoncé de toutes parts.

Une sacré revanche débutée six ans en arrière, car il n’est pas interdit de penser que LOUDBLAST vient tout simplement de livrer coup sur coup les deux meilleurs albums de sa longue carrière. Une perf d’autant plus impressionnante que bon nombre de formations courent en vain derrière leur glorieux passé sans faire preuve d’une once d’inspiration. Pas de ça ici avec des riffs terribles et un art consommé de la compo qui fait mouche, sans jamais sacrifier le supplément d’âme qui fait toute la différence durant chaque temps fort de « Manifesto ». Du démarrage envoûtant de « Invoking To Justify » aux ralentissements tétanisants de « The Promethean Fire », LOUDBLAST oublie rarement de jouer sur ses qualités premières : le mid tempo comme arme fatale, magnifié par les soufflantes imparables d’un Stéphane Buriez en forme olympique (quel growl mes aïeux !).

Ne relâchant l’étreinte que sur les deux derniers titres, « Manifesto » impressionne par la puissance qu’il dégage et l’apparente facilité avec laquelle ses géniteurs nous balancent dix classiques à la file dans un genre battu et rebattu depuis les calendes grecques. Preuve s’il en est que joué avec le cœur, le death metal peut encore accoucher de chefs d’œuvres 35 ans après la sortie de « Scream Bloody Gore » et « Seven Churches ».

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Funky Globe citer
Funky Globe
13/02/2021 09:55
Jusqu'à présent complètement insensible à ce disque, ce matin fut une révélation. Il m'a fallut une dizaine d'écoutes pour me faire à l'idée que ce Manifesto est réellement une bombe. Totalement en accord avec la chronique.
Holmy citer
Holmy
05/12/2020 18:05
Énorme album.

Ce "Infamy be to you" bordel... ou comment clôturer un album de façon magistrale.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
05/12/2020 12:22
note: 8.5/10
Un des meilleurs albums du groupe tout simplement, sombre et poisseux (et aidé par une prod' organique parfaite) qui continue dans la foulée des deux précédents et en allant même plus loin. Une vraie réussite où le son de LOUDBLAST se mêle aux influences des nouveaux venus, une réussite totale !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Loudblast
Death Metal
2020 - Listenable Records
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (4)  8/10

plus d'infos sur
Loudblast
Loudblast
Death Metal - 1985 - France
  

vidéos
The Promethean Fire
The Promethean Fire
Loudblast

Extrait de "Manifesto"
  
Todestrieb
Todestrieb
Loudblast

Extrait de "Manifesto"
  

tracklist
01.   Todestrieb  (03:21)
02.   Relentless Horror  (02:17)
03.   Erasing Reality  (5:10)
04.   The Promethean Fire  (03:58)
05.   Preaching Spiritual Infirmity  (03:08)
06.   Invoking To Justify  (05:09)
07.   Festering Pyre  (03:04)
08.   Into The Greatest Of Unknowns  (04:12)
09.   Solace In Hell  (05:03)
10.   Infamy Be To You  (06:32)

Durée : 41:54

line up
parution
27 Novembre 2020

voir aussi
Loudblast
Loudblast
Disincarnate

1991 - Semetery Records
  
Loudblast
Loudblast
Burial Ground

2014 - Listenable Records
  
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  
Loudblast
Loudblast
Frozen Moments Between Life And Death

2011 - XIII Bis Records
  
Loudblast
Loudblast
Fragments

1998 - XIII Bis Records
  

Essayez aussi
Abysmal Dawn
Abysmal Dawn
From Ashes

2006 - Crash Music
  
Thanamagus
Thanamagus
Incorporeal Passage (Démo)

2019 - Autoproduction
  
Coffin Texts
Coffin Texts
Gods Of Creation, Death & Afterlife

2000 - Dwell Records
  
Hyperdontia
Hyperdontia
Nexus Of Teeth

2018 - Dark Descent Records
  
Delve
Delve
The Dead Amongst (EP)

2003 - Nuclear Winter
  

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique