chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
181 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Odious Mortem - Synesthesia

Chronique

Odious Mortem Synesthesia
Vous la sentiez venir la déception pas vrai ? Allez, ne faites pas genre s’il vous plaît… Car même sans regarder la note à votre droite, il ne faut pas être particulièrement intelligent ni perspicace pour comprendre qu’une chronique aussi tardive d’un album pourtant aussi attendu (voir inespéré dans la mesure ou celui-ci était annoncé puis repoussé puis annoncé depuis déjà plusieurs années) par tout un tas d’amateurs de Brutal Death (technique) ne pouvait signifier que deux choses, frustration et déception.

Auteur d’un incroyable Cryptic Implosion sorti en 2007 sur Willowtip Records, Odious Mortem avait fini par disparaître du paysage avant de revenir faire parler de lui à coup de déclarations aussi brèves qu’inespérées, nourrissant ainsi à petites doses les espoirs pourtant bien minces de ces quelques irréductibles fans de la première heure... Fin 2019, les choses ont cependant fini par se concrétiser avec l’annonce officielle du retour des Américains, treize ans après leur dernier album, toujours sur Willowtip Records et avec un line-up resté inchangé. De quoi susciter pas mal d’excitation mais également beaucoup d’attente parmi ceux qui en 2007 ramassaient leurs dents à la petite cuillère après les trente-cinq minutes particulièrement musclées de cet excellent deuxième album...

Malheureusement il n’aura pas fallu longtemps pour déchanter... Passé la surprise de cet artwork qui semble tout de même un petit peu à côté de la plaque et que j’aurai d’ailleurs plutôt vu sur un album de Between The Buried And Me, Genghis Tron ou n’importe quel groupe de Djent, il y a eu ce premier extrait pour le moins déconcertant et cela à bien des niveaux. Un titre qui va alors laisser planer de grosses interrogations sur le retour des Américains et leur capacité à égaler ce fameux Cryptic Implosion...
Des interrogations tout à fait légitimes et finalement avérées puisqu’effectivement les premières écoutes feront office de véritable douche froide, me poussant ainsi à remiser l’album de longs mois avant d’y revenir il y a quelques semaines histoire d’alimenter le bilan de fin d’année. Ce qui surprend et déçoit en premier lieu une fois la lecture de Synesthesia lancée, c’est surement cette production maigrelette qui ne rend pas vraiment justice à ces nouveaux morceaux et à l’héritage d’Odious Mortem. Se fendre d’une telle production en 2020 quand on pratique un Brutal Death technique censé être agressif, puissant et véloce c’est un peu comme se tirer une balle dans le pied, espérer courir le marathon de Paris dans la foulée et terminer en tête... Un sabordage incompréhensible pour un groupe de cette trempe surtout à la lumière d’un tel pédigrée. Enregistré aux Electric Orange Studios par Jeff Green et mixé et masterisé par Richard Houghten, ce troisième album semble être tombé entre les mains de personnes non pas incompétentes (le son s’avère plutôt bien équilibré, dégageant pour le coup une authenticité aujourd’hui si rare dans le Brutal Death avec notamment des guitares hyper abrasives et cette batterie plutôt naturelle) mais a priori relativement inexpérimentées en matière de musiques dites extrêmes. Aussi impeccable soit-elle d’un point de vue purement technique (hormis cette batterie peu dynamique coincée derrière le chant et les guitares ou cette basse aux abonnées absents), celle-ci manque cruellement d’impact et de puissance. Un constat chargé mais néanmoins tempéré par plusieurs écoutes successives au casque qui semble effectivement être le meilleur moyen d’apprécier ce nouvel album qui pue les années 90.

Mais il n’y a pas que cette production qui pose problème tout au long de ce Synesthesia. Car malgré le niveau technique toujours aussi impressionnant de ces quatre musiciens, il faut bien se rendre à l’évidence que l’intensité et la flamboyance dont fait preuve ici Odious Mortem ne sont pas tout à fait au niveau de ce que proposait le groupe il y a treize ans. Évidemment, on reste sur des compositions technico-brutales marquées par une dextérité que peu de musiciens peuvent espérer un jour toucher du doigt. Et il est fort probable que si cela concernait un premier album pondu par un groupe jusque-là inconnu au bataillon, peu de gens auraient crié au scandale, faisant ainsi passer ces quelques défauts pour un manque d’expérience évident. Sauf qu’encore une fois, il s’agit d’Odious Mortem et que dans ce contexte on espérait une musique au moins aussi explosive et frénétique. Celle-ci ne l’est pas et c’est bien dommage... Car sans qualifier ce nouvel album de "mid tempo", il est pourtant très clair que les Californiens ont largement calmé le jeu au profit de séquences de tricotages toujours aussi impressionnantes et délectables mais bien moins radicales et mémorables que par le passé. Bien entendu, Odious Mortem est encore capable de punir l’auditeur à coups de franches accélérations mais il faut bien se rendre à l’évidence, celles-ci sont désormais en sous-régime et cela même si Synesthesia ne donne pas le sentiment d’être un album qui se traîne... Pire, beaucoup de ces moments ne marquent pas l'esprit immédiatement et nécessitent pas mal d'écoutes et la capacité à se débarrasser de ses attentes pour être alors appréciés. Un point qui à notre époque du "tout, tout de suite" n'est bien évidemment pas sans poser un sérieux problème.

Malgré ces griefs qui me poussent inéluctablement à coller ce genre de note à un album pourtant solide, il y a du bon dans Synesthesia. Aussi le niveau technique est, comme on l’a vu un peu plus haut, toujours aussi impressionnant. Les riffs et autres patterns s’enchainent à des vitesses toujours très élevées (oui, malgré la baisse de régime !) conférant ainsi cette espèce de caractère insaisissable puisque tout semble toujours en perpétuel mouvement, prêt à changer à la moindre occasion. De la même manière, le travail mélodique est ici particulièrement plaisant avec notamment d’excellents solos ponctuant chaque composition ou presque. Ce faisant, Odious Mortem apporte de la nuance à ses morceaux ainsi qu’une dimension supplémentaire proche dans l’esprit de ce que l’on pouvait trouver chez Spawn Of Possession. Outre ce « Synchronicity » quasi-instrumental avec ses allures baroques assez surprenantes, des passages comme ceux que l’on peut trouver sur "Condemnation Foretold" à 2:42, la conclusion de "Ruins Of The Timeworn", "Replenish The Earth" à 1:17 et 2:28, "In Abominable Form" à 1:30 et 1:59, "Eagle's Tower" à 1:53 et 3:27 ou "Spirit Hole" à 1:11 et 2:14 vont conférer à l’album une atmosphère très typée science-fiction que je trouve toujours aussi chouette et immersive.

Solide de bout en bout et extrêmement bien composé, ce Synesthesia est un album qui malgré toutes ses qualités souffre malheureusement pour lui de la comparaison inévitable avec ses aînés et notamment ce fameux Cryptic Implosion qui a fait date dans l’histoire du Brutal Death technique... Difficile de passer après un album de cette trempe, surtout en ayant fait patienter treize ans tout ce petit monde. Pourtant et cela en dépit de ses principaux défauts (cette production rétro et cette baisse de régime et d’intensité), il jouit bel et bien de qualités qui, au regard de la production actuelle, en font un disque à placer presque dans le haut du panier. Un paradoxe difficilement explicable mais qui m’empêche aujourd’hui de placer Synesthesia parmi les bonnes surprises ou les retours gagnants de l’année... Et ça c’est bien dommage.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Mera citer
Mera
01/03/2021 08:25
Je me le suis remis ce matin et autant je suis d’accord avec Ander, la frontière entre Brutal et Death Technique est devenu bien mince ici, autant, ben moi, ce changement me va très bien car je trouve que le groupe y a gagné une mélodicité folle ! Le précédent reste évidemment excellent mais j’écoute aussi celui-ci avec énormément de plaisir Sourire
Insania citer
Insania
10/12/2020 10:56
Idem, complètement d'accord avec la review.
C'est pas un mauvais album, mais il ne soutient clairement pas la comparaison avec Cryptic... et ça sonne effectivement bien trop générique. Je n'avais pas mis le doigt sur l'influence de la prod dans ce sentiment de déception, mais c'est clair que ça doit également y être pour quelque chose.
Ander citer
Ander
09/12/2020 18:53
note: 6.5/10
Brutal Death? Je l'aurais mis en plus en death technique tant je trouve qu'ils se sont assagies, m'enfin…

Un album pas foncièrement mauvais mais tellement générique, comme le sentiment d'entendre d'écouter des minots sortant d'une école de musique et qui essaierait de faire du tech death à la Odious mais qui n'en ont pas encore les moyens faute de bagage technique. Sans compter cette prod' faussement old-school mais qui fait qu'accentuer le manque d'énergie des chansons..

Bef, un retour vraiment en demi teinte mais bon vu l'état de la scène plus que moribond, rien d'étonnant.
Keyser citer
Keyser
08/12/2020 12:34
note: 6.5/10
Tout à fait d'accord. Mitigé quant à ce retour. C'est pas du tout mauvais, c'est même très bien la plupart du temps mais ça n'a pas du tout l'impact d'un Cryptic Implosion. La prod rend le tout bien trop mou en plus alors que pourtant ça ne joue pas avec des moufles.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Odious Mortem
Brutal Death Metal
2020 - Willowtip Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs : (4)  6.38/10
Webzines : (3)  7.33/10

plus d'infos sur
Odious Mortem
Odious Mortem
Brutal Death Metal - 1998 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dormant Retribution  (02:51)
02.   Condemnation Foretold  (04:40)
03.   Ruins Of The Timeworn  (03:07)
04.   Replenish The Earth  (04:03)
05.   In Abominable Form  (03:07)
06.   Eagle's Tower  (04:11)
07.   Cave Dweller  (03:25)
08.   Spirit Hole  (03:51)
09.   Synchronicity  (04:03)
10.   Dissonant Theology  (04:39)

Durée : 37:57

line up
parution
17 Janvier 2020

voir aussi
Odious Mortem
Odious Mortem
Cryptic Implosion

2007 - Willowtip Records
  
Odious Mortem
Odious Mortem
Devouring The Prophecy

2004 - Unique Leader Records
  

Essayez aussi
Decaying Purity
Decaying Purity
Malignant Resurrection Of The Fallen Souls

2014 - Sevared Records
  
Deliquesce
Deliquesce
Engineered Frailty (EP)

2020 - Autoproduction
  
Coprocephalic
Coprocephalic
Gluttonous Chunks

2013 - Inherited Suffering Records
  
Hideous Deformity
Hideous Deformity
Defoulment Of Human Purity

2010 - Sevared Records
  
Arsebreed
Arsebreed
Munching The Rotten

2005 - Neurotic Records
  

Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Lire la chronique
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Comp...
Lire la chronique