chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vile Creature - Glory, Glory! Apathy Took Helm!

Chronique

Vile Creature Glory, Glory! Apathy Took Helm!
J’ai une affection particulière pour les duos : à l’instar d’INQUISITION, URFAUST, THE BODY ou encore BÖLZER pour ne citer qu’eux, ce format de line-up atypique dégage souvent une personnalité assez unique, en tout cas, très marquée. Loin d’être des groupes handicapés par des capacités réduites, il serait même tentant d’affirmer qu’au contraire, cette relation fusionnelle engendre chez ces couples des créations plus expressives, au caractère bien trempé. VILE CREATURE ne déroge pas à cette règle.

Le duo canadien, Vic à la batterie et KW à la guitare (tous deux se partageant le chant) est une formation que l'on pourrait qualifier de Blackened Doom/Sludge, mais les cases hermétiquement fermées et les étiquettes trop vite collées ne sont pas pour eux : en clair, ce sont deux personnes soucieuses des libertés et ulcérées par toutes les formes d'oppression et de violence, militants LGBTQ (Vic se revendique non-binaire), pro-vegans, défenseurs de la cause animale, alors les étriqués de l’esprit, passez votre chemin ! Merci à Caïn Marchenoir, ta chronique de FEMINAZGÛL a permis d'en faire fuir déjà quelques-uns !

Loin de moi l’idée, en écrivant cette chronique, de marcher sur les plates-bandes d’Ikea, qui serait plus à même de disserter sur cet album. Loin de moi également l’idée de porter de l'intérêt à VILE CREATURE pour la simpliste raison que deux de leurs compagnons à quatre pattes (présentés presque comme des membres à part entière du groupe sur leur kitschissime website) ressemblent comme deux gouttes de gin à feue ma minette noire adorée et sa sœur non moins adorée survivante. C'est dingue comme l'amour partagé pour les animaux peut créer du lien, une sorte de connivence instinctive. Car il y a beaucoup d'amour chez VILE CREATURE, mais beaucoup de désespérance aussi.

C'est d'ailleurs, cette ambivalence qui frappe immédiatement dans ce troisième album, Glory, Glory! Apathy Took Helm! sorti chez Prosthetic Records, et qui en est même le fil conducteur. Construit autour d'une dualité omiprésente : deux personnes, deux instruments, deux chants, mais surtout deux concepts qui s'affrontent en permanence, la laideur du monde versus l'infinie possibilité d'amour dont il regorge pourtant. Ce que nous dit VILE CREATURE, c'est que le monde dans lequel nous vivons tant bien que mal n'est ni noir, ni blanc, nous naviguons dans un infini camaïeu de gris du plus lumineux au plus sombre et que c'est une lutte de tous les instants pour maintenir le navire à flot.

Glory, Glory! Apathy Took Helm! est un album de contrastes, de la virulence plombée de "Harbinger Of Nothing" et de son cri d'écorché vif éructé sans préambule, à la candeur et la délicatesse de "Glory! Glory!" et son moment de grâce, de l'austérité d'une célébration protestante de "When the Path Is Unclear" à la fraîcheur presque colorée de "You Who Has Never Slept", tandis que "Apathy Took Helm!" ferme la marche en condensant en un seul titre toutes ces caractéristiques. Glory, Glory! Apathy Took Helm! est une ôde à la tendresse sous toutes ses formes, de celle absolument creepy que pouvait exprimer Rosemary pour son diabolique bébé à celle carrément niaise d'une mamie-chat avec ses félins, bien que toutes louables, mais terriblement fragilisée par l'expression de la haine, principal vice de l'Homme, plus enclin à rejeter ou faire souffrir son prochain. C'est ce terrible constat que rejette VILE CREATURE à travers ses cris de bête traquée, blessée et ses paroles désespérées.

Et cette pochette, mazette ! Tellement esthétique et dérangeante à la fois (encore un bel exemple de cette récurrente schizophrénie artistique) que l’on pourrait croire issue de la fornication contre nature des affiches de Midsommar et du Zombie de Romero, preuve s'il en fallait une autre, que le ciel au-dessus de nos têtes peut être de ce bleu azur pétant, alors que la terre, nos corps même, grouillent de lombrics grassouillets et répugnants.

Allez, THOU ! (rholala, le jeu de mots tout pourri, j’ai presque honte !) Caressez votre matou ou votre toutou, dites à votre maman, à qui vous voulez, que vous l'aimez (dans le respect des gestes barrières !), mais surtout, filez écouter Glory, Glory! Apathy Took Helm!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
11/01/2021 19:49
note: 5/10
Alors eux, j'arrive pas du tout. Ni le son, ni l'atmosphère, ni quand c'est doux, ni quand ça l'est moins.
BBB citer
BBB
11/01/2021 09:22
Cette pochette!!!
Ash citer
Ash
10/01/2021 19:52
note: 9/10
Merci infiniment pour cette découverte !
Un album de cette trempe ce fait rare à mes oreilles !
Et nom de nom cette prod ! Elle m’évoque entre autres Unheartly Trance V ou Serpentine Path... A la fois graveleuse et propre...

Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
10/01/2021 19:06
Je ne l'ai pas encore assez exploré pour avoir un avis sur cet album, mais il y a de bonnes choses dedans. Le seul truc qui me rebute, c'est l'absence de basse, mais ça, je ne me referais pas sur cet domaine.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vile Creature
Doom/Sludge
2020 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (3)  8.5/10

plus d'infos sur
Vile Creature
Vile Creature
Doom/Sludge - 2014 - Canada
  

tracklist
01.   Harbinger Of Nothing  (11:02)
02.   When The Path Is Unclear  (11:05)
03.   You Who Has Never Slept  (07:40)
04.   Glory! Glory!  (06:29)
05.   Apathy Took Helm!  (07:30)

Durée : 43:46

parution
19 Juin 2020

Essayez aussi
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Aguirre / Guevnna
Aguirre / Guevnna
Split (Split-CD)

2013 - Bones Brigade Records
  
Bongripper
Bongripper
Hippie Killer

2007 - Autoproduction
  
Eibon
Eibon
Entering Darkness

2010 - Aesthetic Death
  
The Dead
The Dead
Ritual Executions

2010 - Diabolical Conquest Records
  

Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique