chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Turia - Degen van Licht

Chronique

Turia Degen van Licht
L’année 2020 s’achève… Enfin ! Et même si 2021 semble prendre le même chemin tortueux et torturé que son aînée, nous en avons dressé le bilan sur Thrashocore et force est de constater que l’an I de l’ère Covid-19 fut un cru exceptionnel. Le dernier opus de TURIA, Degen van Licht, mérite à mon sens une place de choix dans ce menu de fin gourmet qui a rapidement tourné au festin pantagruélique.

TURIA nous vient des Pays-Bas, un plat pays qui ne peut guère se vanter d’offrir des paysages aux cimes enneigées - comme celui proposé en artwork de ce troisième album - mais qui se targue néanmoins d’une scène Metal Extrême de grande qualité. Pour l’œil et l’oreille avertis, une sorte de « collectif », à tout le moins un ensemble de groupes de Black Metal qui se partagent quelques membres communs, s’épanouit à travers les récentes et excellentes sorties de TURIA, ISKANDR, NUSQUAMA, SOLAR TEMPLE, IMPERIAL CULT ou encore LUBBERT DAS (liste non exhaustive). Derrière cette clique néerlandaise, se cache notamment un homme aux multiples casquettes, Omar Kleiss, musicien multi-tâches, qui n’hésite pas à se retrousser les manches pour passer de l’autre côté de la console lorsqu’il s’agit du travail en studio. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la patte d’Omar est reconnaissable à des kilomètres, mais pour peu que l’on ne soit pas insensible à son style, on ne boude pas son plaisir et on en redemande ! (Ce que j'ai pu me gaver de SOLAR TEMPLE avec Fertile Descent !) Ok, j'ai dit "patte", mais n'imaginez pas une grosse paluche poilue, mais plutôt des doigts de prestidigitateur : avec Omar Kleiss à la guitare, le moindre gratouillage de cordes se transforme en riff ensorcelant.

Degen van Licht s'ouvre sur un morceau instrumental, une courte séquence de larsens lugubres à souhait, une sorte de brouillard qui se déchire brutalement pour laisser place au grandiose "Merode" suivi prestement du vertigineux "Met Sterven Beboet", figures de proue d'un album dont la recette est plutôt simple, mais tellement savoureuse : compositions aux structures sommaires, construites autour de deux-trois idées par morceau, à l'ossature faite de rythmiques répétitives et entêtantes, agrémentée de cette unique mais enivrante guitare. La musique de TURIA est un joyau brut, qui ne nécessite aucune taille, aucune fioriture.

Comment ne pas saluer la performance exceptionnelle de T., sa chanteuse, rejetant du fin fond de ses tripes cette douleur viscérale, qu'elle nous crache littéralement dans les oreilles. Le doute est pourtant permis, on peut se demander de prime abord s’il s’agit d’une voix masculine ou féminine. C'est sans importance ! Car c’est bien la souffrance du Genre Humain dans son ensemble qu’exprime T., et s’il y a bien un domaine dans lequel l’égalité des sexes est totale, c’est bien dans celui du malheur, qui frappe aveuglément hommes et femmes. Piètre consolation… C'est même un peu cocasse de constater que la douceur, en termes de vocaux, sera apportée par des chœurs bien masculins, eux, sur le titre "Storm". Le doute subsiste également sur l'existence de paroles : derrière ces cris déchirants et ces grognements furibonds, il y a bien des textes dans lesquels TURIA aborde un thématique en totale adéquation avec son propos musical : Dame Nature y est omniprésente, la Mort devient le cinquième élément jouant le coude à coude avec l’Air, l’Eau, la Terre et le Feu.

Avec une rythmique tantôt furieuse, tantôt altière, et cette guitare mélancolique (« Degen van Licht »), TURIA nous offre une combinaison jubilatoire, voire sadomasochiste de la douceur et de l'horreur dans un style dépouillé, mais ô combien personnel et original. Ecouter Degen van Licht revient à se laisser envahir par un torrent d'émotions aussi intenses et contradictoires que la peine et la joie et c'est une expérience musicale qui restera pour moi à jamais un mystère, bien que ce ne soit pas la première ni, j'espère, la dernière fois : comment l’expression de tant de douleur peut susciter autant de plaisir ?

Je n’aurais finalement qu’un tout petit reproche, disons plutôt une micro réserve, à propos de cet album : une légère perte de vitesse une fois le second et joli instrumental "II" achevé, le titre "Ossifrage" me semble un peu moins marquant, peut-être un peu plus passe-partout, mais c’est vraiment histoire de chouiner, car l’ensemble reste d’une grande solidité. TURIA délivre avec Degen van Licht, un album homogène, cohérent, toutes les pièces du puzzle s’emboîtent à la perfection : la musique, le chant, l’atmosphère, l'artwork les textes.

A l’image de sa pochette, Degen van Licht n'est pas une promenade de santé… C'est une véritable expédition dont on ne ressort pas indemne. D'abord coincé dans le Permafrost sous lequel on suffoque, lorsque l'on s'en extirpe, c'est pour se prendre en plein visage un vent glacial venu de cette montagne solitaire aux arêtes tranchantes, s'ensuit une ascension vers ce pic acéré entouré de brume menaçante, et bientôt la chute vertigineuse dans une crevasse sans fond dans laquelle on s’abîme... Lugubre et glaçante, douloureusement belle et aveuglante comme un funeste paysage figé dans la neige immaculée, Degen van licht est une œuvre puissante, sensible, totalement immersive : frissons et chair de poule garantis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

xworthlessx citer
xworthlessx
13/01/2021 01:08
L'album Black Metal qui m'a le plus marqué en 2020. La diversité des émotions y est folle.
Belle chronique.
TarGhost citer
TarGhost
30/12/2020 19:31
Je n'aurais pas mieux dit. Superbe chronique. Mon album BM de l'année avec le Akhlys et le Fluisteraars !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Turia
Black Metal atmosphérique
2020 - Eisenwald Tonschmiede
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (3)  8.33/10
Webzines : (2)  8.59/10

plus d'infos sur
Turia
Turia
Black Metal atmosphérique - 2014 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   I
02.   Merode
03.   Met sterven beboet
04.   Degen van licht
05.   Storm
06.   II
07.   Ossifrage

Durée : 46:13

Essayez aussi
Negură Bunget
Negură Bunget
Om

2006 - Code666
  
Wederganger / Laster
Wederganger / Laster
Split (Split-CD)

2016 - Ván Records
  
Fen
Fen
Epoch

2011 - Code666
  
Dynfari
Dynfari
Vegferð tímans

2015 - Code666
  
Entartung
Entartung
Krypteia

2012 - World Terror Committee Records
  

Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique