chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abigor - Totschläger (A Saintslayer's Songbook)

Chronique

Abigor Totschläger (A Saintslayer's Songbook)
Il y avait jusqu’à maintenant seulement 4 chroniques d’ABIGOR dans les pages de Thrashocore, dont deux réalisées par mes soins. J’avais parlé de l’EP Supreme And Immortal Is The Art Of The Devil en 2013 et de l’album Leytmotif Luzifer en 2014. J’avais été vilain avec le premier (2/5), gentil avec le second (8/10). Les deux autres chros avaient été faites par Dysthymie et Raziel pour parler du split de 2017 (8.5/10) et de l’album qui avait suivi un an plus tard (5.5/10). Deux remarques :

- Tout d’abord c’est surprenant que les anciens albums n’aient jamais intéressé un chroniqueur ! Le groupe existe tout de même depuis 1993 et il marque la scène du black depuis ses débuts. Ses œuvres continuent d’ailleurs d’être prises en modèle par les nostalgiques des années 90. Verwüstung / Invoke the Dark Age (1994), Orkblut – The Retaliation (1995), Nachthymnen (From the Twilight Kingdom) (1995), sont restés dans les memoires. Et les albums qui ont suivi ont été novateurs, même s’ils n’ont pas fait l’unanimité. Personnellement je fredonne toujours fréquemment certains titres de Satanized (A Journey Through Cosmic Infinity) malgré le bide qu’il avait provoqué à sa sortie en 2001… « Demonized, in fire baptized / Chaotic birth of a new domain / Static, emotionless”…Il sonnait comme un ARCTURUS dégueulasse, avec des effets chaotiques qui faisaient fuir. Cette laideur m’avait fasciné. Mais les Autrichiens s’arrêtaient là, mettant le groupe en stand-by temporairement, ne revenant qu’en 2007 avec un Fractal Possession qui montrait un visage encore différent, mature mais toujours anti-harmonieux. Là encore les avis divergeaient.

- Et justement c’est ma deuxième remarque, ABIGOR est le groupe des divergences. Les avis sont toujours tendus en ce qui le concerne depuis les années 2000. Et pas uniquement d’une personne à l’autre, mais bel et bien d’une sortie à l’autre, et d’un état d’esprit à l’autre. ABIGOR est un groupe d’alchimie. Celle qui prend ou qui ne prend pas. Sa musique a une certaine complexité, qui vient directement parler à des zones précises du cerveau. Ton cerveau peut être disposé à l’écouter, parfois ce n’est pas le bon moment pour cela, parfois tu as carrément envie de le faire taire…

Totschläger (A Saintslayer's Songbook) ne déroge pas à la règle. Les 51 minutes qui le composent ne sont pas pour toutes les oreilles, et même ceux qui peuvent y être sensibles ne le seront pas nécessairement à chaque écoute. Mes camarades Sagamore, Dysthymie et Anken par exemple ont été très réceptif, et apparemment d’un bout à l’autre, à chaque écoute. Sakrifiss, lui, n’a pas eu cette chance. D’abord au début parce qu’il a été trop attentif. En se concentrant trop sur les compositions, il n’a pas été séduit par les ambiances. Il faut un peu moins réfléchir et se laisser porter pour que le chaos apparent, pour que les dissonances agressives fassent leur effet et nous pénètrent. C’est à partir de là que l’évidence dissimulée des 9 compositions se manifestent. 9 compositions qui font entre 5 et 6 minutes en moyenne et qui constituent une grande fresque infernale. ABIGOR se révèle à nouveau comme un excellent groupe pénible, fatigant, presque éprouvant. Sa musique a cette particularité de mettre son auditeur en sueurs, avec ce que cela a de positif et de négatif.

Après plusieurs écoutes, mon opinion a été réévaluée, mais il reste encore beaucoup de non plaisir avec cet album. Je dois me motiver pour le lancer, et puis je n’en garde pas nécessairement de souvenir. Et alors, aimant faire la comparaison avec la discographie complète, je ne peux pas du tout le mettre plus haut. Cet ABIGOR est complexe, déplaisant et jouissif à la fois, bien plus près du meilleur que du pire de ce qu’ils ont sorti jusqu’à maintenant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Sunn0)) citer
Sunn0))
10/01/2021 20:42
Sagamore a écrit : Pour moi l'album de l'année dernière, haut la main et sans effort. Un disque grandiose, très exigeant mais diablement bien composé et théâtral à souhait. T.T. est un batteur phénoménal, les riffs de P.K sont merveilleux ("Terrorkommando Eligos", putain !), et Silenius nous gratifie de refrains à filer des frissons ("Silent Towers, Screaming Tombs").

Je crois fermement que d'ici quinze ou vingt ans, on regardera ce "Tötschlager" avec les mêmes étoiles dans les yeux que lorsqu'on les porte sur "Nachthymnen". Une synthèse parfaite du meilleur de la discographie des Autrichiens.


Pour l'instant l'album m'a laissé totalement indifférent, mais au vu de vos commentaires je vais préserver.

Néanmoins, ton commentaire sur "Nachthymnen" ne me rassure pas. C'est le seul album d'Abigor que je n'aime pas, alors que tous les autres sont exceptionnels.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/01/2021 23:48
note: 7.5/10
Momos a écrit :
7,5 ? La belle affaire.

Bah oui parce que j’avais oublié qu’il fallait qu’on ait tous les mêmes goûts et la même sensibilité ! Rahahaha. La belle affaire Gilbert !
Momos citer
Momos
07/01/2021 20:45
note: 10/10
Je souscris entièrement à l'avis de Sagamore. Un des albums du genre les plus importants de la décennie (oui oui).

Je rajouterai : aussi complexe et généreux soit-il (ce qui est une tendance chez eux dirait-on), il a une immédiateté dans son envoûtement qui rend enthousiaste dès la première écoute. Et il se paie le luxe de se bonifier plus encore au fur et à mesure.

Oui, c'est un classique dont on parlera longtemps.

7,5 ? La belle affaire.
doublecasque citer
doublecasque
07/01/2021 10:13
Sakrifiss a parfaitement résumé mon ressenti au sujet de cet album. Trop de dissonance, d'agression et de chaos au premier abord. Mais je suis en train de faire l'effort de le réécouter, et c'est vrai qu'on y découvre finalement des choses sympas. A creuser!
Sakrifiss citer
Sakrifiss
07/01/2021 09:25
note: 7.5/10
Sagamore a écrit : Pour moi l'album de l'année dernière, haut la main
Haut la main, haut la main... peau de lapin oui !
Sulphur citer
Sulphur
07/01/2021 09:24
note: 9/10
A voir sur la durée, mais je tends à être de l'avis de Sagamore.
Sagamore citer
Sagamore
07/01/2021 09:00
note: 10/10
Pour moi l'album de l'année dernière, haut la main et sans effort. Un disque grandiose, très exigeant mais diablement bien composé et théâtral à souhait. T.T. est un batteur phénoménal, les riffs de P.K sont merveilleux ("Terrorkommando Eligos", putain !), et Silenius nous gratifie de refrains à filer des frissons ("Silent Towers, Screaming Tombs").

Je crois fermement que d'ici quinze ou vingt ans, on regardera ce "Tötschlager" avec les mêmes étoiles dans les yeux que lorsqu'on les porte sur "Nachthymnen". Une synthèse parfaite du meilleur de la discographie des Autrichiens.
Dearthside citer
Dearthside
07/01/2021 06:27
note: 8.5/10
Un album grandiose et théâtral qui demande plusieurs écoutes afin de dévoiler pleinement son potentiel. L'ensemble est homogène et je ne lui trouve pas de temps faibles. Sur mon podium de l'année 2020, clairement un très grand disque.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abigor
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (6)  9.08/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Abigor
Abigor
Black Metal - 1993 - Autriche
  

tracklist
01.   Gomorrha Rising - Nightside Rebellion
02.   Silent Towers, Screaming Tombs
03.   Orkblut (Sieg oder Tod)
04.   The Saint of Murder
05.   Scarlet Suite for the Devil
06.   La Plus Longue Nuit Du Diable - Guiding the Nameless
07.   Tartaros Tides
08.   Flood of Wrath
09.   Terrorkommando Eligos

Durée : 51:03

line up
parution
8 Décembre 2020

Essayez aussi
Pendulum
Pendulum
Les Fragments du Chaos

2012 - Hass Weg Productions
  
Iskandr
Iskandr
Heilig Land

2016 - Haeresis Noviomagi
  
Drudkh
Drudkh
Estrangement

2007 - Supernal Music
  
Sargeist
Sargeist
Satanic Black Devotion

2003 - Moribund Records
  
Perverted Ceremony
Perverted Ceremony
Perverted Ceremony (EP)

2017 - Nuclear War Now! Productions
  

Album de l'année
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Pain of Salvation
In The Passing Light of Day
Lire la chronique
Selbst
Relatos de angustia
Lire la chronique
Vacuous
Katabasis (EP)
Lire la chronique
Wayward Dawn
House Of Mirrors (EP)
Lire la chronique
Echoes Of Death Fanzine
Lire l'interview
Vile Creature
Glory, Glory! Apathy Took H...
Lire la chronique
The Body
Christs, Redeemers
Lire la chronique
Dream Theater
Falling into Infinity
Lire la chronique
Un suppôt et au lit : MARDUK
Lire le podcast
Godflesh
Streetcleaner
Lire la chronique
Wombbath
Tales Of Madness
Lire la chronique
Biohazard
Urban Discipline
Lire la chronique
Gorephilia
In the Eye of Nothing
Lire la chronique
Apraxic
Edge Of Human
Lire la chronique
Abigor
Totschläger (A Saintslayer'...
Lire la chronique
End of Mankind
Antérieur à la lumière
Lire la chronique
Frozen Soul
Crypt Of Ice
Lire la chronique
Sanction
Broken In Refraction
Lire la chronique
No Return
Live XXX (Live)
Lire la chronique