chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
193 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

White Magician - Dealers of Divinity

Chronique

White Magician Dealers of Divinity
Ces derniers temps, le label Cruz Del Sur Records est plein de belles promesses. Aussi, lorsque j'ai vu cette pochette à l'aquarelle intriguante, avec ce nom de groupe, ce nom d'album et cette tracklist, je n'ai pas hésité un instant et me suis procuré l'album en promotion. Mon emploi du temps de ministre (du metal bien sûr) m'a maintenu inactif ces derniers temps et si ce disque figure sur mon bilan de fin d'année, c'est qu'il aurait dû être chroniqué en ces pages il y a de cela un moment ; rattrapons donc ce retard.

White Magician, c'est un groupe de heavy metal traditionnel lorgnant franchement sur le hard rock des années 70 qui aime bien baigner dans une atmosphère semi-occulte, formé en 2010 à Detroit, dans le Michigan. Si Dealers of Divinity est le premier album de la formation, les musiciens n'en sont pas à leur premier essai pour autant : parmi la foultitude de projets auxquels ils prennent part, on compte Demon Bitch, dans lequel tous les membres sont investis, ainsi que feu Borrowed Time pour certains, du heavy metal semi épique à l'air le plus traditionnel possible. Autant de groupes à la discographie peu garnie - un album pour chacun des deux groupes cités - mais autant d'expériences qui permettent au combo américain d'accoucher d'un premier franc succès avec Dealers of Divinity. La tracklist donne déjà quelques indices sur le type de heavy metal auquel on a affaire : sept morceaux pour cinquante minutes, avec cinq morceaux dépassant les sept minutes - le plus long culmine à près de neuf. On retrouve donc un heavy aux compos particulièrement développées, presque prog, que l'on avait déjà chez d'autres formations comme Lunar Shadow dont j'ai déjà assez parlé ici. Ces compositions plutôt étoffées sont à double tranchant dans la mesure ou, si elles apportent un intérêt supplémentaire en proposant de nombreuses variations d'ambiance, elles font parfois durer le morceau un peu trop longtemps. A titre d'exemple, les deux derniers titres sont un peu plus oubliables que les premiers, non pas parce qu'ils sont moins bons, mais parce que cette même "formule allongée" tend à peser sur toute la durée du disque et l'on peut ressentir une certaine perte d'entrain à force d'être entrainé aussi loin.

Une chose que l'on ne pourra cependant pas leur reprocher, c'est bien de manquer d'imagination. En seulement sept titres, le combo américain nous délivre toute une palette d'émotions et d'atmosphères qui piochent allègrement dans le rock prog et parfois psychédélique des années 70. Les choeurs discrets apportent une touche plus mélancolique dans le tout premier refrain de l'opener "Dealers of Divinity", "Mad Magic II: In the Absence of Gods (Bad Magic)" et "In Memoriam: Love and Magic (Magic and Love)" renforcent le côté prog de l'album de par leur nom à rallonge et de par les breaks aux guitares cleans ainsi que les différents changement de rythme et d'ambiance.

Côté riffing, on aura souvent droit à des inspirations franchement rock n roll comme dans "Power of the Stone" ou, une fois de plus, l'excellent "Mad Magic II" que vous risquez de retrouver plus loin dans cette chronique tant ce morceau synthétise admirablement bien le meilleur de cet album. D'autres riffs sont plus orientés heavy traditionnel : "Spectre of a Dying Flame", "Magia Nostra" et son main riff assez entrainant et "Dealers of Divinity", au contraire, à la tonalité un peu plus sérieuse et posée. Dans le tas, on compte enfin "Fading Into the Obscurity of Age", un morceau de transition, entièrement composé à la guitare sèche abusant de reverb. Classique mais toujours efficace. Les soli sont également légions : le premier que l'on rencontre dans "Mad Magic II" possède cette petite tonalité épique qui me régale tout particulièrement, le shred furieux d'"In Memoriam" sort un peu de nulle part après un break aux guitares cleans mais régale tout autant et celui de "Magia Nostra" sort également du lot. D'autres, dans "Power of the Stone" par exemple, sont à mentionner même s'ils paraissent un peu plus quelconques - difficile d'égaliser le talent de tous ceux entendus précédemment.

Enfin, pour un album de heavy traditionnel, le chant n'est pas si mis en avant que ça. D'un autre côté, le niveau de composition et d'exécution des autres instruments tendent parfois à éclipser le chant à leur profit. Rendons-lui honneur, donc, en mentionnant simplement qu'il participe lui aussi à la diversité de l'album en se calquant la plupart du temps sur l'ambiance imposée par les instruments : on trouve un chant plutôt calme et posé dans "Dealers of Divinity" et dans "Spectre of a Dying Flame" et, au contraire, un refrain terriblement catchy dans "Mad Magic II" qui me l'a fait fredonner en choeur une bonne paire de fois. Enfin, plus mélodique est celui de "Im Memoriam", qui s'adapte davantage aux excellents leads mélodiques du début du morceau et aux choeurs du refrain.

Dense, varié, tantôt mélodique et tantôt rock'n'roll tantôt heavy traditionnel, Dealers of Divinity est donc une première réussite qui n'est cependant pas sans défauts mineurs - des compositions qui tendent un peu trop à s'allonger, par exemple. Il contribue à la richesse de la scène heavy traditionnelle du Michigan mais se distingue néanmoins en assumant parfaitement ses emprunts faits à Thin Lizzy, Blue Öyster Cult, Angel Witch et j'en passe. S'il n'est pas mon AOTY heavy metal de 2020, il a donc plus que largement mérité sa place dans mon bilan de fin d'année. C'est le moins qu'on puisse faire.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Holmy citer
Holmy
16/01/2021 17:39
C'est pas mal du tout ça !
C'est peut-être complètement con mais le titre Magia Nostra me fait penser à Dire Straits en version hard rock.

Je vais creuser !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
White Magician
Heavy Metal Traditionnel
2020 - Cruz Del Sur Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  8.04/10

plus d'infos sur
White Magician
White Magician
Heavy Metal Traditionnel - 2010 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dealers of Divinity  (07:32)
02.   Mad Magic II: In the Absence of Gods (Bad Magic)  (05:11)
03.   Fading into the Obscurity of Ages  (04:13)
04.   In Memoriam: Love and Magic (Magic and Love)  (07:49)
05.   Magia Nostra  (08:56)
06.   Power of the Stone  (08:06)
07.   Spectre of a Dying Flame  (07:57)

Durée : 49:44

line up
parution
20 Novembre 2020

Essayez aussi
Spell
Spell
Opulent Decay

2020 - Bad Omen Records
  
Pagan Altar
Pagan Altar
Lords of Hypocrisy

2004 - Oracle Records
  
Haunt
Haunt
If Icarus Could Fly

2019 - Shadow Kingdom Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique