chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
89 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dream Theater - Images and Words

Chronique

Dream Theater Images and Words
« Lost in the sky
Clouds roll by and I roll with them
Arrows fly
Seas increase and then fall again... »

C'est avec ces paroles emblématiques que « Prime » Kevin James LaBrie se dévoile et lance le nouvel assaut de Dream Theater à la face du monde en 1992. Il hantera tous les disques du combo après le départ de Charlie Dominici en 1989 pour « divergences musicales ». Ce sympathique Canadien amateur de crevettes (nous y reviendrons plus tard) a passé avec brio les auditions organisées par le groupe à la fin de l'année 1990 pour trouver leur nouveau chanteur. En effet, il aura suffisamment réussi à impressionner les New-Yorkais Mike Portnoy (batteur), John Myung (bassiste), John Petrucci (guitare) et Kevin Moore (clavier) en posant sa voix cristalline sur les démos ce nouvel album, « Learning to Live » et « Take The Time » pour qu'ils lui confient le poste au début de l'année 1991. Il plane tellement sur ces nouveaux morceaux qu'il balaye la concurrence : Sebastian Bach, qui partageait pourtant avec les membres de Dream Theater une admiration sans borne pour Rush et qui fera son nid dans Skid Row pendant 10 ans (1987-1997) ou encore John Arch, co-fondateur et vocaliste de Fates Warning.

C'est avec un tube intergalactique que s'ouvre Images and Words. En effet, « Pull Me Under » cartonne tellement qu'il passera régulièrement à la radio et offrira la possibilité au groupe de tourner un clip diffusé sur MTV, anecdotique si ce n'est pour la possibilité d'admirer le lissage brésilien et la frange de John Myung puisqu'il coupe près de la moitié du morceau. Au-delà des paillettes, il donne surtout le ton d'un chef-d'oeuvre absolu : des lignes de basse dynamiques qui transcendent le tempo martial de l'introduction, des riffs de guitare immédiatement accrocheurs, une batterie qui change l'orientation et la mesure en permanence à la faveur de breaks efficaces dont Mike Portnoy a le secret... ce morceau a tellement bien marché qu'il occasionnera d'ailleurs un sympathique jeu de mot lors du best-of sorti en 2008, Greatest Hit (...And 21 Other Pretty Cool Songs). En tout cas, tout ce qui fait le génie du groupe est déjà là : après ces quelques notes légendaires qui créent une mélodie foutrement efficace, un morceau parsemé de changements de plans totalement inattendus éclate, couronné par un refrain qui marque au fer rouge. Une ode à la grandeur qui emplit systématiquement mes yeux de poussières.

Je me souviendrai probablement toute ma vie de la sensation de plénitude absolue ressentie lorsque j'ai enfourné pour la première fois ce classique dans mon lecteur CD, après avoir découvert son successeur la veille et m'être empressé de le régulariser le lendemain pour une bouchée de pain à la Fnac. Pour la première fois de ma vie, je découvrais un groupe qui correspondait parfaitement à mes goûts. C'est probablement « Metropolis – ''Part 1: The Miracle and the Sleeper'' » et ses diaboliques salves de « palm mute » guidé par un pattern de batterie frontal qui aura définitivement planté dans mon cœur l'amour de ces rythmes résolument metal. Il contient aussi un gargantuesque passage instrumental composé de mélodies alambiquées qui tabassent les neurones, comme lorsque la six cordes de John Petrucci et le clavier de Kevin Moore chantent en duo leurs mélodies incisives, comme lorsque ce furtif solo de John Myung dévale une pente vertigineuse, me laissant totalement pantois, comme ce jeu tout en contre-temps ravageurs de Mike Portnoy... James LaBrie, laissé sur la touche pendant de longues minutes, daignera tout de même conclure avec application avec des lignes de chant épiques...

« Now the Miracle and the Sleeper
know that the third is love.
Love is the dance of eternity! »

… qui introduisent deux emblématiques personnages du groupe, « The Miracle » et « The Sleeper », qui ajouteront bientôt de nouveaux pas à cette « danse de l'éternité ». Pour l'heure, ces compositions irradient déjà le groupe d'une inspiration que mon souffle est bien trop court pour énumérer. Les lignes de basse ronflantes avec lesquelles John Myung supporte « Learning to Live », les soli tantôt technico-démonstratifs, tantôt carrément romantiques de John Petrucci, alors guitariste à l'aube d'une brillante carrière, le feeling démentiel de Mike Portnoy derrière les fûts, capable à la fois de mettre une incroyable atmosphère rien qu'avec trois coups subtilement déposés sur ses toms ou une manipulation infime de charleston et de mitrailler de tout son saoul sa double pédale... tous les morceaux de cet album connaissent des moments d'élégance absolus. Il n'y a qu'à entendre comment ils sont portés sur scène dans le légendaire Live at the Marquee de 1993, ne serait-ce que pour finir de vous convaincre de l'éclatant état de grâce du chanteur qui a rejoint récemment les rangs des New-Yorkais. Dire que cet album aurait dû compter le mythique « A Change of Seasons » – également utilisé pour auditionner James LaBrie en 1990 – dans ses rangs! À la grande déception du groupe, leur label de l'époque Atco Records ne leur concèdera pas cette faveur. Ce n'est que partie remise...

Je dois aussi ce coup de cœur absolu de l'époque aux claviers de Kevin Moore qui ajoutent une aura de pureté incroyable, comme les divins passages piano/voix d'« Another Day », de « Surrounded » ou encore du magnifique « Wait for Sleep » qui diffuse une espèce de magie unique, certes devenue probablement surannée aujourd'hui. Bon, d'accord, le passage au saxophone sur « Another Day » pourra évoquer aux plus cyniques d'entres vous les films diffusés à des heures indues les samedis soirs sur M6, si, si, vous savez, ceux où la comtesse reçoit dans son château un mystérieux vagabond libertin venu poliment lui proposer un ravalement de façade. Images and Words n'est pas exempt de ces défauts inhérents à son époque : le son de batterie me semble aujourd'hui un poil vieillot (notamment le son de la caisse claire, trop clinique). Certaines mélodies demeurent naïves, tout comme des sonorités de clavier objectivement datées.

Vendu à 1,5 millions d'exemplaires, Images and Words est un succès incroyable : en obtenant le disque d'or aux États-Unis et aux Pays-Bas, il propulse Dream Theater dans une nouvelle dimension. Le recul des années l'a également imposé comme un classique indéboulonnable, du metal progressif comme de la discographie du groupe. Voilà que j'ai déjà hâte de vous conter la suite de sa carrière sur Thrashocore... mais pour l'heure :

« Hold it now, wait a minute, c'mon!
Just let me catch my breath! »

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Neuro citer
Neuro
20/12/2020 10:32
Astraldeath a écrit : "Ce sympathique Canadien amateur de crevettes (nous y reviendrons plus tard)"

Quand tu connais déjà l'histoire, ça prend une tournure tellement comique. Mr Green


Ah oui j'ai pas relevé ça, mais j'ai ri fort aussi Mort de Rire
Astraldeath citer
Astraldeath
19/12/2020 22:39
"Ce sympathique Canadien amateur de crevettes (nous y reviendrons plus tard)"

Quand tu connais déjà l'histoire, ça prend une tournure tellement comique. Mr Green

Content de voir aussi de bons albums de prog fleurir. Je préfère la touche un peu mièvre de son prédécesseur mais celui-là fait aussi partie de mes classiques. Qu'est-ce que j'ai pu l'écouter, il y a quelques années.
Holmy citer
Holmy
19/12/2020 20:02
L'album par lequel j'ai découvert le groupe fin 1995. Je faisais mon service militaire, j'avais acheté le CD lors d'une permission.

Que dire qui n'a pas déjà été dit. Aujourd'hui encore c'est un des albums du groupe que j'écoute encore régulièrement.


Heureusement que "A change of seasons" n'a pas été inclus sur l'album. Sinon ils pondaient un album ultime et quasi inégalable dès le départ.
Neuro citer
Neuro
19/12/2020 19:56
Très content de voir enfin ce groupe mythique dans les colonnes de Thrashocore. Alors oui, ça a un peu vieilli, la carrière du groupe n'a pas été si inspirée dix ans plus tard, mais l'influence de Dream Theater sur la scène metal a été colossale, pour le meilleur et pour le pire.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dream Theater
Metal progressif
1992 - Atco Records
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (2)  9.25/10
Webzines : (7)  8.14/10

plus d'infos sur
Dream Theater
Dream Theater
Metal progressif - 1988 - Etats-Unis
  

vidéos
Another Day
Another Day
Dream Theater

Extrait de "Images and Words"
  

tracklist
01.   Pull Me Under  (08:12)
02.   Another Day  (04:23)
03.   Take the Time  (08:20)
04.   Surrounded  (05:29)
05.   Metropolis – ''Part 1: The Miracle and the Sleeper''  (09:31)
06.   Under a Glass Moon  (07:02)
07.   Wait for Sleep  (02:31)
08.   Learning to Live  (11:30)

Durée : 56:58

line up
parution
7 Juillet 1992

voir aussi
Dream Theater
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events

2011 - Roadrunner Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Dream Theater

2013 - Roadrunner Records
  
Dream Theater
Dream Theater
When Dream and Day Unite

1989 - Mechanic Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Octavarium

2005 - Atlantic Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes from a Memory

1999 - Elektra Records
  

Essayez aussi
Vanden Plas
Vanden Plas
Beyond Daylight

2002 - InsideOut Music
  
Odd Dimension
Odd Dimension
The Blue Dawn

2021 - Scarlet Records
  
Electro Quarterstaff
Electro Quarterstaff
Gretzky

2006 - Willowtip Records
  
Vanden Plas
Vanden Plas
Far Off Grace

1999 - InsideOut Music
  
Tool
Tool
Undertow

1993 - Volcano Entertainment
  

Mythical Beast
Scales
Lire la chronique
Bishop
Bishop
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Submission And Slavery
Lire la chronique
Aurvandil
Thrones
Lire la chronique
Nocturnal Nightmare
Abstrakt Sinne
Lire la chronique
Ghastly
Mercurial Passages
Lire la chronique
Hellsword
Cold Is The Grave
Lire la chronique
King Diamond
Conspiracy
Lire la chronique
Vile Apparition
Depravity Ordained
Lire la chronique
Necrofier
Prophecies of Eternal Darkness
Lire la chronique
Black Mass
Feast At The Forbidden Tree
Lire la chronique
Hexerei
Ancient Evil Spirits
Lire la chronique
Illum Adora
Ophidian Kult
Lire la chronique
Begräbnis
Izanaena
Lire la chronique
Igric
Svet svetlom stvorený
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Roughly Excised (Putrefindi...
Lire la chronique
Sépulcre pour la démo "Ascent Through Morbid Transcendence"
Lire l'interview
Dead Soul Alliance
Behind The Scenes
Lire la chronique
Venefixion
A Sigh From Below
Lire la chronique
Marduk
Dark Endless
Lire la chronique
L'Acéphale
L'Acéphale
Lire la chronique
Clandestine Blaze
Secrets of Laceration
Lire la chronique
Hooded Menace
The Tritonus Bell
Lire la chronique
Criminal
Sacrificio
Lire la chronique
Suad
Waves
Lire la chronique
The Flight Of Sleipnir
Eventide
Lire la chronique
Fluids
Not Dark Yet
Lire la chronique
Wraith
Undo The Chains
Lire la chronique
Le Prochain Hiver
Hiver '96
Lire la chronique
Bloodlet
Entheogen
Lire la chronique