chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
177 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

WarHorse - As Heaven Turns to Ash....

Chronique

WarHorse As Heaven Turns to Ash....
« Doom divin » : peut-être pensez-vous, à la lecture de cette expression, aux quelques disques de doom metal que vous considérez comme parfaits. Peut-être prenez-vous l’expression au pied de la lettre et avez-vous en tête la lenteur voluptueuse, altière, d’une formation comme Revelation par exemple. Ou encore des noms de figures tutélaires vous viennent en tête, les classiques qui ont influencé le genre...

Pour moi, cette expression restera à jamais attachée à WarHorse. Le groupe du Massachusetts n’est pourtant pas le plus connu, ni un de ceux ayant laissé, a priori, une marque indélébile sur la scène, encore que l’on puisse voir en lui un de ceux ayant pavé la voie du doom metal dans sa version moderne avec Yob ou encore Electric Wizard. Certainement, des groupes comme Conan, Black Pyramid, Hymn ou Slomatics ont dû beaucoup écouter ce projet et son unique album As Heaven Turns to Ash...., tant il a marqué, derrière son allure classique, une nouvelle façon de transmettre la lourdeur.

Une lourdeur qui, presque vingt ans après, n’a rien perdu de son implacabilité. WarHorse manie en effet les alternances entre pauses tendues et puissance monolithique comme peu y arrivent et ce, dès l’entame « Dusk » malaxant la nuque avant que « Doom’s Bride » la brise. Ce groove-ci n’a en effet rien de relaxant, ni rien d’un mauvais trip : il est ce qui s’approche le plus possible d’un écrasement venu d’en haut, une voix rocailleuse frôlant le guttural appuyant davantage cette impression d’être sous le joug d’un maître de la pesanteur. Ce climat orageux, porté par des guitares d’un blues électrique, un blues qui louvoie sans laisser une chance de s’échapper (ces éclairs qui naissent sur « Lysergic Communion »...), ne suggère que ce qu’il réalise à chaque fois, comme une fatalité s’abattant sur nous. Malgré les rotations, les montées de ton de « Black Acid Prophecy », « Scrape » ou encore « Every Flower Dies No Matter the Thorns (Wither) » restent d’une force que le temps n’a pas émoussé.

Vous voyez sans doute où je veux en venir. As Heaven Turns to Ash.... ne transmet pas un doom d’humain trop humain ou cherchant à ouvrir les portes de la perception comme on peut en avoir l’habitude, mais un doom d’un ciel tombant sur notre tête, œuvre d’un dieu cruel et inévitable. C’est bien cela qui ressort de ce cahier des charges où tout est respecté (groove, feeling, lenteur...) et pourtant sonne et tonne d’une façon originale. Cela tient certes à un son cru, ample et lisible (pas pour rien que le groupe a été signé sur Southern Lord), mais surtout à des compositions utilisant le contraste de manière experte et efficace. Chaque titre contient son lot de riffs tueurs mais semble également préparer le terrain pour ce qui le suit, à l’image des interludes instrumentaux « Dusk », « Amber Vial » et « Dawn » où leurs faux-airs apaisés rendent encore plus impitoyables les morceaux qu’ils introduisent. Plus que des endroits permettant de respirer, ils peignent de leurs rythmes tribaux ou de leurs mélodies acoustiques un paradis auquel nous n’avons pas droit, l’enivrement s’arrêtant brusquement par l’arrivée du châtiment.

Tirant ses influences du space rock, du stoner, du blues et, bien sûr, du doom, WarHorse emploie ces différents genres pour les réunir sous la houlette d’un psychédélisme distant et hostile, à l’image de cette voix pleine d’âme et pourtant indifférente au sort de l’humanité, un monstre dictant les sentences s’abattant sur nous. As Heaven Turns to Ash.... est définitivement un album qui mérite d’être (re)considéré tant il a fait date pour les amateurs comme un exemple de la façon de jouer un doom metal moderne sans pervertir le style. Une œuvre tirant clairement son attrait de son jusqu’au-boutisme à écraser, jusqu’à un artwork gris signé Stephen O'Malley pleinement adapté à cette musique qui n’a que la couleur d’une colère froide et incompréhensible, à l’écoute de laquelle on finit nécessairement à genoux quand arrive « ...and the Angels Begin to Weep... ». Ses cinquante-six minutes expriment toujours une sorte de perfection mais continuent de demander certaines dispositions pour s’apprécier pleinement, preuve que ce qu’elles ont entraîné n’a pas entaché leur personnalité. Le groupe sortira par la suite un EP (I Am Dying, réuni au présent longue-durée par la réédition de 2015) puis ne donnera plus signe de vie jusqu’à récemment, retournant aux affaires avec un line-up remanié comptant notamment dans ses rangs un certain Terry Savastano (ancien Grief et actuel Come to Grief). Autant dire que j’ai hâte d’entendre ce que cela va donner !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
29/12/2020 14:00
D'accord avec ça, Warhorse est très, très doom, dans ce que le style a de plus pur, un peu à la Reverend.
Les traces de stoner ne sont là que pour le marketing...
lkea citer
lkea
29/12/2020 12:22
note: 9.5/10
omnio85 a écrit : Une pierre angulaire de ce que certains appelaient le "Stoom" à l'époque (ou Stoner Doom) au même titre qu'un Dopethrone .

Clairement ! Même si, à mon sens, WarHorse est plus du côté doom de la force dans son groove, je suis bien d'accord : il laisse une empreinte forte sur qui s'y essaye !
omnio85 citer
omnio85
29/12/2020 11:38
note: 10/10
OUI. 20 ans déjà qu'il m'accompagne, ce groove, ce riff de départ de Doom's Bride, rahhh... Une pierre angulaire de ce que certains appelaient le "Stoom" à l'époque (ou Stoner Doom) au même titre qu'un Dopethrone .
lkea citer
lkea
29/12/2020 11:02
note: 9.5/10
En écoute sur Bandcamp (et même en téléchargement à prix libre !).

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
WarHorse
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (3)  9.17/10
Webzines : (2)  9.5/10

plus d'infos sur
WarHorse
WarHorse
Doom Metal - 1996 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Dusk  (01:55)
02.   Doom's Bride  (09:20)
03.   Black Acid Prophecy  (08:56)
04.   Amber Vial  (03:28)
05.   Every Flower Dies No Matter the Thorns (Wither)  (08:35)
06.   Lysergic Communion  (10:17)
07.   Dawn  (01:48)
08.   Scrape  (10:32)
09.   ...and the Angels Begin to Weep...  (01:31)

Durée : 56 minutes 22 secondes

line up
parution
30 Janvier 2001

Essayez aussi
Funeral
Funeral
In Fields Of Pestilent Grief

2002 - Nocturnal Music
  
Lord Vicar
Lord Vicar
Gates of Flesh

2016 - The Church Within Records
  
Type O Negative
Type O Negative
Bloody Kisses

1993 - Roadrunner Records
  
Opium Warlords
Opium Warlords
Taste My Sword Of Understanding

2014 - Svart Records
  
Type O Negative
Type O Negative
October Rust

1996 - Roadrunner Records
  

Wyrd
Vandraren
Lire la chronique
Graveland
Hour of Ragnarok
Lire la chronique
Lymphatic Phlegm
Pathogenesis Infest Phlegms...
Lire la chronique
Fleshdriver
Leech (EP)
Lire la chronique
Aborted
Maniacult
Lire la chronique
Haken
The Mountain
Lire la chronique
Chamber Of Unlight
Realm Of The Night
Lire la chronique
10 Code
Ride
Lire la chronique
Abandon
When It Falls Apart
Lire la chronique
Witch Vomit
Abhorrent Rapture (EP)
Lire la chronique
Malevolent Creation
Dead Man's Path
Lire la chronique
Árstíðir lífsins
Saga á tveim tungum II: Eig...
Lire la chronique
Archgoat
Heavenly Vulva (Christ's La...
Lire la chronique
Mr. Bungle
Mr. Bungle
Lire la chronique
Thy Light
Thy Light (EP)
Lire la chronique
Civerous
The Expedition Of Illness (...
Lire la chronique
Sacrifixion
Shower Me In Death (EP)
Lire la chronique
Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique