chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Toxaemia - Where Paths Divide

Chronique

Toxaemia Where Paths Divide
Ces dernières années ont été particulièrement fertiles en matière de retour à la vie d’entités méconnues ou de seconde zone, qui ont décidé de se reformer après une très longue période d'inactivité suite notamment à un début de carrière compliqué. Si on ne compte plus les exemples récents plus ou moins réussis et dispensables, on peut en revanche noter le renouveau sympathique de TOXAEMIA, groupe qui ne parlera sans doute à personne ou presque mais qui a suffisamment de qualités pour que l'on y prête une oreille attentive, tant l'ensemble va faire passer un moment agréable à défaut de renouveler le Death Metal et de marquer l'histoire du style. Actif à l'origine durant deux années entre 1989 et 1991 le combo bien qu’ayant peu fait parler de lui à l'époque, a sorti néanmoins deux Démo, un Ep et un Split avant de s'arrêter totalement durant vingt-six longues années, et de renaître en 2017 sous l'impulsion du bassiste Pontus Cervin et du guitariste Stevo Bolgakoff. Complété depuis par trois nouveaux membres (dont le mercenaire Perra Karlsson à la batterie) le quintet désormais au complet sort enfin son premier album trois décennies après ses débuts, mais cela en valait la peine tant sa musique simple et efficace se révèle être très sobre et directe pour passer relativement facilement le cap des écoutes.

S’il ne faut pas s’attendre à écouter le disque de l’année celui-ci a quand même des arguments à faire valoir, et notamment une écriture propre et simple portée par un certain groove et de nombreux leads fluides et légèrement mélodiques. Car d’entrée la formation avec « Delusions » donne le ton avec une compo qui ne traîne pas en longueur (aucune n’ira d’ailleurs au-delà des cinq minutes) et qui mise sur l’alternance rythmique entre vitesse et lenteur, le tout porté par des riffs bien gras qui sentent bon le Stockholm des 90’s. Jouant autant sur le côté frontal propice au headbanging que sur le grand-écart accrocheur, la suite va être du même acabit via d’indéniables réussites telles que le remuant et énergique « Pestilence » (à la vitesse prédominante et aux blasts survoltés), ou le court et radical « Buried To Rot » qui ne débande pratiquement pas un instant sans pour autant être linéaire ou redondant. En effet si la bande ne s’embarrasse pas de futilités elle sait néanmoins diversifier son propos afin de densifier ses morceaux au maximum et éviter ainsi de se répéter en boucle, preuve en est via le rampant et écrasant « Betrayal » où la vitesse est mise au rebus pour laisser la place à un rythme bridé au maximum aux ambiances presque Doom (et où du solo d’influence Heavy se fait entendre). D’ailleurs ce schéma basé sur le ralenti ne va pas être unique sur cette galette vu qu’on va le retrouver un peu plus loin avec les tout aussi accrocheurs « Black Death » (aux courts passages pour secouer la tête) et surtout « Psycotic Pandemic » aux riffs plus sombres et étouffants (et au nom inspiré visiblement par l’actualité), mais qui a en revanche tendance pour ce dernier à s’éterniser un peu trop.

Si les mecs sont doués dans cette veine de la pédale de frein c’est quand même quand ils lâchent les chevaux qu’ils sont les plus efficaces, et ça n’est pas avec « Toxaemia » que ce sentiment sera démenti vu qu’ici tout y est balancé de façon furieuse et agressive aidé en cela par quelques relents Black-Metal bien sentis et affirmés au niveau des guitares, pour une intensité constante et qui ne faiblit pas, à l’instar de « Six-Fold Revenge » tout aussi puissant à l’écoute. Terminant les hostilités avec le morceau le plus sombre de leur répertoire (« Hate Within ») les Suédois nous mettent ici en présence d’une putridité et humidité à toute épreuve via un tempo qui reste bien calé en première et surtout par la présence de cette cloche angoissante retentissant en guise de conclusion qui glace l’âme et confirme que la cérémonie funéraire est arrivé à son terme, après presque quarante minutes de gros son sans fausses notes majeures, même si le tout s’essouffle légèrement sur le dernier quart.

Néanmoins il ne faut pas faire la fine bouche car même si ça reste une bonne réalisation de deuxième division on est en présence d’outsiders sérieux et crédibles qui arrivent enfin sur le devant de la scène après tant de temps. Comme quoi la persévérance finit toujours par payer vu que le tout s’écoute sans problème et se révèle convaincant de bout en bout, notamment l’une des recrues le soliste Rasmus Axelsson qui fait preuve d’une vraie maîtrise sur ses passages sans jamais en faire trop. Bref même si ça reste très scolaire et classique sur la forme (il y a eu beaucoup mieux dans le genre en 2020) il serait dommage de ne pas se pencher sur le travail des vétérans de Motala, tant ça fait le job comme il faut et sans jamais prendre la tête (au contraire on la remuera volontiers), un signe qui ne trompe pas !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Toxaemia
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6/10

plus d'infos sur
Toxaemia
Toxaemia
Death Metal - 1989 - Suède
  

tracklist
01.   Where Paths Divide
02.   Delusions
03.   Pestilence
04.   Buried To Rot
05.   Betrayal
06.  Toxaemia
07.   Black Death
08.   Six-Fold Revenge
09.   Psycotic Pandemic
10.   Leprosy
11.   Hate Within

Durée : 39 minutes

line up
parution
20 Novembre 2020

voir aussi
Toxaemia
Toxaemia
Buried To Rise: 1990-1991 Discography (Compil.)

2010 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Anata
Anata
Dreams of Death and Dismay

2001 - Season Of Mist
  
Cannibal Corpse
Cannibal Corpse
Butchered at Birth

1991 - Metal Blade Records
  
Scolex / Mortuous
Scolex / Mortuous
Mortuous / Scolex (Split 7")

2018 - Carbonized Records
  
Immolation
Immolation
Harnessing Ruin

2005 - Listenable Records
  
Ritualization
Ritualization
The Abduction Mass (Démo)

2009 - Blood Harvest Records / Zombie Ritual Tapes
  

Tribulation
Where The Gloom Becomes Sound
Lire la chronique
Stass
Songs Of Flesh And Decay
Lire la chronique
Mavorim
Aasfresser (EP)
Lire la chronique
Sagenland
Oale groond
Lire la chronique
Psychonaut 4
Beautyfall
Lire la chronique
Bones
Gate Of Night (EP)
Lire la chronique
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbul...
Lire la chronique
Salò
Sortez vos morts (EP)
Lire la chronique
Within The Ruins
Black Heart
Lire la chronique
(DOLCH)
Feuer
Lire la chronique
Stabbed
Defleshed By Reptiles (Démo)
Lire la chronique
Anguis Dei
Angeist
Lire la chronique
Archaic Thorn
Eradication
Lire la chronique
Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique