chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Haken - Virus

Chronique

Haken Virus
Ils sont fous ces Bretons! Oser sortir un album nommé Virus en pleine année 2020, non mais franchement! On ne pourra pas pour autant les taxer d'opportunistes comme Michael Bay, puisqu'il s'agit ici du prolongement d'un concept articulé autour de leur personnage fétiche, le « Cockroach King » apparu sur l'album The Mountain (2013) dans une piste résolument expérimentale, délicieusement jazzy et progressive, un peu hors du temps. L'album précédent, Vector (2018), chroniqué sur votre webzine préféré par le jovial Astraldeath, en était l'« origin story » et montrait comment ce protagoniste, animé par l'ambition toute capitaliste de s'enrichir, subissait par la main d'un antagoniste tout aussi mystérieux, le Docteur Rex, des expériences peu réjouissantes, comme l'électroconvulsivothérapie (« The Good Doctor ») ou encore, à l'image du roman La Métamorphose de Franz Kafka (1912), la transformation en cafard (« A Cell Divides »). « Messiah Complex V : Ectobius Rex » fait explicitement référence à ce héros énigmatique (« Ectobius Rex » n'étant que la latinisation de cette titulature de « roi des cafards »). De multiples références à l'album précédent hantent ce nouveau disque, notamment les paroles de « Host » vers lesquelles « Messiah Complex I : Ivory Tower » ainsi que d'autres morceaux du nouveau disque (« The Strain », par exemple) renvoient avec insistance :

« Where I end, you begin
When I fall, you will stand »

Ce titre tristement actuel ne doit donc rien au hasard, vous l'aurez compris. Haken non plus, d'ailleurs. Ils sont passés, au grès de sorties invariablement qualitatives, d'espoirs à piliers de la scène moderne du metal progressif. Ce jeune sextet originaire de Londres, formé en 2007 par Ray Hearne (batterie), Richard Henshall (guitare), Charles Griffith (guitare) et Ross Jennings (voix), rejoint en 2014 par Conner Green (basse) n'en est plus à son galop d'essai ; leurs treize ans d'existence ont façonné un groupe besogneux, soucieux de produire un contenu de qualité, toujours très varié et travaillé. Ils ont su s'émanciper de leurs influences (Rush, Dream Theater) pour imposer leur style, prouesse déjà atteinte depuis longtemps lorsque sort ce Virus tout teinté d'un jaune canari minimaliste qui fait lui aussi écho au rouge sang de Vector, toujours sur le label des projets progressifs dans le vent, InsideOut Music. Ces deux disques qui se regardent dans les yeux forment donc un diptyque imposant qui prétend donc continuer à imposer l'architecture des Britanniques.

Ce style, ils le doivent en partie à la voix de Ross Jennings, devenue avec le temps immédiatement identifiable. Une voix sucrée, doucereuse, qui sait imposer des lignes de chant racées pour porter un ensemble foutrement bien fignolé. Notre homme a réussi à se faire une place de choix au milieu de tous les extraterrestres de la scène (Devin Townsend, Daniel Gildenlöw, Steven Wilson, Mariusz Duda pour ne citer qu'eux...). Tantôt intimiste et pop lorsqu'elle est simplement portée par une magistrale ligne de basse (« Carousel »), tantôt plus agressive et éraillée dans ses gradations fulgurantes (« One, one last, one last chance to disappear ! » sur « Invasion ») sa voix dégage une impression de facilité presque arrogante, surtout avec ce délicieux accent anglais. Lorsqu'il est rejoint par des choeurs dynamiques (« Messiah Complex II : A Glutton for Punishment »), il apporte une aura supplémentaire, régnant sur ces morceaux comme un véritable maître des tessitures aiguës. Pour couronner le tout, il ne fait guère de manière, privilégiant une approche efficace et moderne qui transcende les mélodies, qu'elles soit atmosphériques comme lorsqu'elles prétendent avoiner de tout leur saoul.

En effet, Haken se distingue aussi par une grande qualité de composition. Armés de Richard Henshall et de Charles Griffith, les Britanniques maîtrisent avec brio les ambiances et les ruptures de ton dans ces nouvelles offrandes qui savent toujours être surprenantes et percutantes, dans une belle variété de sens et de son. Les cinq morceaux qui forment l'ensemble « Messiah Complex » illustrent cette grande palette de création. L'analyse qu'en faisait mon estimé collègue sur leur précédent disque peut à nouveau s'appliquer ici : le combo propose toujours ce syncrétisme entre un metal progressif moderne et ancien, combinant post-rock aérien et « breakdowns » typés djent salement percutants (« Messiah Complex V : Ectobius Rex ») avec un riffing habile qui n'oublie pas de saluer leurs mentors du genre (« Invasion », « Messiah Complex I : Ivory Tower »). Néanmoins, ici, la part moderne du combo s'accentue clairement. « Messiah Complex IV : The Sect » part dans tous les sens, proposant des expérimentations barrées du meilleur effet : ces motifs « 8-bit » viennent relancer la mélodie globale, tout comme ce saxophone dissonant de Diego Tejeida et ce blast beat opportunément claqué par un Ray Hearne fort vivace. Les Anglais sont aussi de véritables orfèvres dans la maîtrise des émotions, comme le montrent les passages atmosphériques aériens et éthérés du génial « Carousel » et son refrain enlevé :

« Holding on too tight to let you go
I'm sinking in the mire
Wish we could go back to how it was
But we're too close to the wire »

Celui de « Prosthetic » montre aussi cette capacité à composer des motifs accrocheurs qui s'ancreront sans coup férir dans votre cerveau. « Canary Yellow » viendra quant à lui évoquer le post-rock dans une mélopée éthérée, superbement douceâtre. Non seulement le groupe ne tombe pas dans le piège du trop mielleux ou trop commercial, mais il relance habilement son disque grâce à ce morceau plus calme. Le combo doit aussi sa modernité aux sons de claviers de Diego Tejeida, qui lorgnent parfois vers la synthwave (« Invasion »). Haken n'oublie pas non plus les contraintes inhérentes au genre : comme nous nous trouvons face à un concept album, certains riffs reviennent régulièrement : celui qui hante « Prosthetic » viendra à nouveau pourfendre les oreilles des auditeurs dans la fin de « Messiah Complex V : Ectobius Rex », comme un emblème de cet album. En tout cas, les Britanniques combinent avec maestria tout ce que le metal progressif moderne peut offrir de réjouissant : des riffs ciselés, agressifs, qui rentrent dedans avec un sens du détail intelligent. Rien ne dépasse de la production, ample et précise dans laquelle tout est admirablement bien dosé. Malgré quelques longueurs inévitables et des motifs sucrés que certains auditeurs pourront trouver trop faciles (la conclusion « Only Stars » est peut-être un peu anecdotique), Virus demeure un disque très réussi, qui parvient non seulement à se hisser à la hauteur des précédentes offrandes du groupe, mais aussi à imposer son teint jaunâtre dans le paysage du metal progressif actuel.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Assourbanipal citer
Assourbanipal
02/01/2021 11:06
J'hésite un peu à me pencher sur cet album. J'ai découvert Haken avec The Mountain, qui est fantastique, ainsi que Restoration (que j'écoute surtout pour Crystallised, les deux réenregistrements étant pour moi assez quelconques), mais le reste de la discographie m'a assez déçu: les deux premiers albums ont leurs bons moments mais possèdent un aspect assez fourre-tout, certainement dû au fait que le groupe se cherche un peu (et on peut difficilement leur en vouloir). J'ai revendu Affinity un mois après l'avoir acheté si ma mémoire est bonne, et j'ai assez peu écouté Vector, que je vais peut-être commencer par dépoussiérer pour voir si ça me motive à écouter Virus (en effet, fallait oser le titre).
Astraldeath citer
Astraldeath
02/01/2021 00:53
note: 6/10
Je vais être un peu rabat-joie pour le coup mais cet album m'a pas mal déçu, au contraire. Compos un peu trop simplistes et prog "djenty" un peu trop mis en avant, je suis moins fan de ce ton plus brut et direct. Je lui redonnerai sûrement une chance mais malgré toutes les petites bonnes idées ici et là que tu as mentionnées, il ne passe pas...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Haken
Metal Progressif
2020 - InsideOut Music
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  6/10
Webzines : (7)  7.86/10

plus d'infos sur
Haken
Haken
Metal Progressif - 2007 - Royaume-Uni
  

vidéos
Prosthetic
Prosthetic
Haken

Extrait de "Virus"
  
Invasion
Invasion
Haken

Extrait de "Virus"
  
Canary Yellow
Canary Yellow
Haken

Extrait de "Virus"
  

tracklist
01.   Prosthetic  (05:58)
02.   Invasion  (06:42)
03.   Carousel  (10:29)
04.   The Strain  (05:23)
05.   Canary Yellow  (04:14)
06.   Messiah Complex I: Ivory Tower  (03:57)
07.   Messiah Complex II: A Glutton for Punishment  (03:38)
08.   Messiah Complex III: Marigold  (02:24)
09.   Messiah Complex IV: The Sect  (02:02)
10.   Messiah Complex V: Ectobius Rex  (04:57)
11.   Only Stars  (02:10)

Durée : 51:54

line up
parution
5 Juin 2020

voir aussi
Haken
Haken
Vector

2018 - InsideOut Music
  

Essayez aussi
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
The Devin Townsend Band / Devin Townsend
Accelerated Evolution

2003 - HevyDevy Records
  
Novembre
Novembre
Arte Novecento

1997 - Polyphemus Records
  
Foscor
Foscor
Those Horrors Wither

2014 - Alone Records
  
Orakle
Orakle
Eclats

2015 - Apathia Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Images and Words

1992 - Atco Records
  

Stass
Songs Of Flesh And Decay
Lire la chronique
Mavorim
Aasfresser (EP)
Lire la chronique
Sagenland
Oale groond
Lire la chronique
Psychonaut 4
Beautyfall
Lire la chronique
Bones
Gate Of Night (EP)
Lire la chronique
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbul...
Lire la chronique
Salò
Sortez vos morts (EP)
Lire la chronique
Within The Ruins
Black Heart
Lire la chronique
(DOLCH)
Feuer
Lire la chronique
Stabbed
Defleshed By Reptiles (Démo)
Lire la chronique
Anguis Dei
Angeist
Lire la chronique
Archaic Thorn
Eradication
Lire la chronique
Torture Throne
Stench Of Innocence (EP)
Lire la chronique
Riverside
Wasteland
Lire la chronique
Hyperdontia
Abhorrence Veil / Excreted ...
Lire la chronique
Tempestarii
Chaos at Feast
Lire la chronique
Hulder
Godslastering: Hymns Of A F...
Lire la chronique
Bleedskin
Blood Reign
Lire la chronique
Candiria
300 Percent Density
Lire la chronique
Vulgarite
Fear Not the Dark nor the S...
Lire la chronique
Touché Amoré
Lament
Lire la chronique
Dream Theater
Metropolis, Pt. 2 – Scenes ...
Lire la chronique
White Magician
Dealers of Divinity
Lire la chronique
5ème cérémonie des BM Awards
Lire le podcast
The Bishop of Hexen
The Death Masquerade
Lire la chronique
Koffin
Nailed Into The Coffin (Démo)
Lire la chronique
Kataklysm
Unconquered
Lire la chronique
Power Trip
Hornet's Nest (Single)
Lire la chronique
Warside
The Enemy Inside (EP)
Lire la chronique
Phthisis
Embodiment Of Decay (Démo)
Lire la chronique