chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Godflesh - Streetcleaner

Chronique

Godflesh Streetcleaner
Il m’a toujours semblé compliqué de parler de Godflesh – et c’est d’autant plus vrai avec Streetcleaner.

Car comment aborder – et non pas décrire par le menu, le disque étant là pour ça – correctement cette œuvre fondatrice à plus d’un titre, alors que l’on n’était qu’à ses premiers babillements à l’époque de sa création ? Sans doute est-ce une question qui se pose à chaque fois que quelqu’un souhaite traiter d'une œuvre culte, cherchant alors à droite à gauche des éléments de contexte dans le but d’expliquer ce qui fait d’elle une pierre angulaire, un canevas sur lequel beaucoup se baseront. Mais dans le cas de Streetcleaner, cela devient encore plus complexe, tant, plus qu’une œuvre qui fera date, il est une œuvre datée, cela sans que ce soit une faiblesse mais bien une caractéristique à prendre en compte.

Oui, il y a dans cette manière de figurer l’abject, dans cette odeur de napalm, dans ces riffs et ces rythmiques cherchant à figurer des murs, quelque chose qui renvoie nécessairement à un imaginaire et une histoire, ceux d’une décennie que je me plais à voir comme un carrefour, des industries au numérique, du prolétariat au salariat, d’un monde bipolaire à un monde globalisé... Mais qui, à l’époque, devait renvoyer à autre chose. Qu’il est tentant d’enfermer Streetcleaner dans ces images qu’il paraît convoquer, d’esthétiser, de prendre au pied de la lettre cette illustration tirée du film Altered States de Ken Russel et faire de cette musique la continuation du body horror de David Cronenberg, du transhumanisme punk de Shinya Tsukamoto, des rêves d’Armageddon tech-noir de James Cameron, bref, de prendre la première œuvre de Godflesh pour un exemple parmi d’autres d’un art du mécanique-organique et de la fiction typiques des années 80, comme une capsule temporelle servant de doudou. Un doudou morbide et puant le cramé.

Il est bien compréhensible de la voir comme cela, en particulier aujourd’hui alors que sa naissance paraît bien loin, qu’elle a l’âge de ceux qui, gavés de pop culture, entretiennent leurs rêves mouillés de fantasmes pulp, trouvent dans des titres comme « Like Rats » ou « Dream Long Dead » des bandes sonores parfaites de ces dystopies technologiques, basse cyborg, dissonances de machines dévouées à broyer, crachats de feux où le regard perce et se calcine comme une humanité qui résiste mais perd du terrain. Sauf que non, Streetcleaner n’est pas ça et – si on m’autorise d’imaginer les intentions de ses auteurs – ne devait certainement pas être créé pour ça. Car Godflesh est un groupe punk, comme Napalm Death avant lui, comme Killing Joke, Big Black et Swans à qui il fait penser, un punk trituré, manipulé, ulcéré et extrême, un punk de son temps en ce qu’il s’amuse à grimer les horreurs infligées par une certaine époque, une certaine politique, une certaine classe sociale. Qu’en cela, il est le résultat d’un cynisme contemporain à sa naissance : cynisme qui se maquille de domination pour mieux montrer la mine affreuse de ceux qui en usent, assujettissant de leurs moyens de production un peuple mécanisé, rendements, quotas, ratios, jambes-soupapes et bras-pistons, la gueule ne devenant qu’un cri proféré sur le son, hébété et vidé, homme devenu monstre d’apathie par le labeur. Difficile de ne pas voir dans les rythmes de « Pulp » ou le doublet « Devastator / Mighty Trust Krusher » une peinture grotesque, moqueuse, d’une annihilation subie de plein fouet par ceux qui la peignent, ultime rire d’un suicidé demandant si l’on connait « la blague qui tue » (« Locust Furnace », où personne ne survit pour entendre la chute).

Sauf que – hé – Godflesh n’est pas non plus cela sur Streetcleaner. Ni révolte urbaine sans issue, ni destruction complète personnifiée. Pas Taxi Driver, en somme. Prenons le risque de blasphémer en appuyant que dans cette réalisation a priori nihiliste, dans ce déluge de violence, dans ce jusqu’au-boutisme où il ne semble rester que le gris des cendres dès son début, il y a quelque chose de vivant, de mystique. Quelque chose qui brûle. J’ai toujours cette sensation étrange quand j’écoute ce disque : celle d’un abattement derrière ce déballage de puissance, de quelque chose d’à la fois incontrôlable et éteint, comme déjà détaché de sa force intrinsèque (particulièrement criant sur « Life is Easy »). D’un appel qui se forme derrière ces muscles épuisants et épuisés, cette gorge qui racle comme pour trouver de nouveaux premiers mots, ces mélodies brouillonnes et embrouillées qui dessinent de nouvelles formes. Comme une déconstruction nécessaire, faite avec violence car il est déjà trop tard, tout en commençant à figurer le moment où il faudra rebâtir.

Il est de coutume de dire que Godflesh, après avoir tout détruit, partira vers d’autres directions le long de sa longue discographie. Que Streetcleaner est son œuvre allant le plus loin dans une forme de dégoût, de haine. Streetcleaner, album de la fin où tout ce qui le suivra ne sera que nuances, compromissions, couleurs n’ayant pas place dans ce noir constant ? Album du début plutôt, celui d’une recherche où chaque réalisation faite en cours de route sera à la fois aboutissement et transition vers un ailleurs. A réécouter comme on fuit, dans l’urgence et en se demandant où aller dans cette nuit de feu. Nous chercherons ensemble, si vous le voulez bien.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

lkea citer
lkea
09/01/2021 15:36
note: 10/10
ERZEWYN a écrit : Dans ma prime jeunesse, j'ai usé jusqu'à la corde la bande de ma K7 que j'écoutais inlassablement toute la nuit pendant des mois, je ne pouvais trouver le sommeil sans Streetcleaner !

Ahah, moi c'était "Jane Doe" de Converge qui m'accompagnait au sommeil fut un temps. On a des berceuses assez spéciales Mr Green

Merci pour les compliments sinon, ça m'encourage à m'atteler à la discographie de Godflesh !
ERZEWYN citer
ERZEWYN
09/01/2021 15:07
note: 10/10
INTOUCHABLE ! INDETRONABLE !
Un doudou ? Tu ne crois pas si bien dire ! Dans ma prime jeunesse, j'ai usé jusqu'à la corde la bande de ma K7 que j'écoutais inlassablement toute la nuit pendant des mois, je ne pouvais trouver le sommeil sans Streetcleaner !
Clap, clap, clap pour cette magnifique chronique !
choochoo citer
choochoo
09/01/2021 01:16
note: 10/10
Très belle chronique qui met en perspective le contexte graphique de l'époque.
Un album central, faisant honneur aux papas cités, biomécanique et contestataire..
Fabuleux
lkea citer
lkea
08/01/2021 22:12
note: 10/10
Je n’aborde ici que l’album en lui-même, mais la version CD contient quatre pistes bonus (« Tiny Tears » ; « Wound » ; « Dead Head » ; « Suction ») qui, loin d’être mauvaises en elles-mêmes, cassent cependant l’impression générale que donne l’album. Raison pour laquelle je ne les aborde pas dans cette chronique !

Ah, et des fois que... ça peut s'écouter sur Bandcamp.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Godflesh
Industrial
1989 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (5)  9.6/10
Webzines : (4)  9.38/10

plus d'infos sur
Godflesh
Godflesh
Industrial - 1988 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Like Rats  (4:28)
02.   Christbait Rising  (6:59)
03.   Pulp  (4:16)
04.   Dream Long Dead  (5:17)
05.   Head Dirt  (6:08)
06.   Devastator / Mighty Trust Krusher  (8:47)
07.   Life Is Easy  (4:54)
08.   Streetcleaner  (6:45)
09.   Locust Furnace  (4:43)

Durée : 52 minutes 17 secondes

line up
parution
13 Novembre 1989

voir aussi
Godflesh
Godflesh
Post Self

2017 - Avalanche Recordings
  

Essayez aussi
The Body
The Body
Master, We Perish (EP)

2013 - At A Loss Recordings
  
Fange
Fange
Poigne (EP)

2020 - Throatruiner Records
  
The Body
The Body
O God who avenges, shine forth. Rise up, Judge of the Earth; pay back to the ...

2018 - Autoproduction
  
Yerûšelem
Yerûšelem
The Sublime

2019 - Debemur Morti Productions
  

Pulling Teeth
Paranoid Delusions / Paradi...
Lire la chronique
Pustilence
The Birth Of The Beginning ...
Lire la chronique
Spellforger
Upholders Of Evil (EP)
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Violence Unimagined
Lire la chronique
Symphony X
Symphony X
Lire la chronique
Athanatheos / Incarnhate / Loci Inferi
Choose Your Death vol.1 (Co...
Lire la chronique
Funeral Storm / Synteleia
The Ancient Calling (Split 7")
Lire la chronique
Dread Sovereign
Alchemical Warfaire
Lire la chronique
Carnifex
Pathological Rites (Compil.)
Lire la chronique
Aria
Generator of Evil
Lire la chronique
Ruttokosmos
Kärsimys (Compil.)
Lire la chronique
Disrupted
Pure Death
Lire la chronique
Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique