chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Vulgarite - Fear Not the Dark nor the Sun’s Return

Chronique

Vulgarite Fear Not the Dark nor the Sun’s Return (EP)
Parfois le hasard des pérégrinations sur les internets et surtout sur Bandcamp peuvent avoir du bon, notamment par le biais des hashtag. C’est ainsi que j’ai pu découvrir Vulgarite durant l’été dernier, comme quoi l’oisiveté n’est pas la mère de tous les vices. Même si au départ, j’ai été quelque peu méfiant en me lançant dans cette découverte. Je m’explique. Les projets individuels sont le plus souvent assez casse-gueules pour bien des raisons, et l’une des premières étant que malgré des facilités technologiques pour tout faire chez soi désormais, et parfois avec pas grand chose, il n’est pas facile d’éviter certains écueils comme des compositions mal travaillées ou une production qui pourrait sonner très cheap. C’est fort heureusement nullement le cas avec ce premier EP de Vulgarite, projet qui est né au début de l’année dernière et qui est porté par Margaret Killjoy, que l’on trouve également au sein de Feminazgûl et dans d’autres projets qui sont en dehors des sphères métalliques. Dans tous les cas la musicienne a l’air de vraiment toucher à tout, mais avec une certaine classe, et sait parfaitement nous emmener dans son petit monde.

Immersif est clairement le premier mot qui vient à l’esprit lorsque l’on écoute Fear Not the Dark nor the Sun’s Return. La production y joue pour beaucoup et l’écoute au casque va apporter grandement à cette impression, car elle va dévoiler tous ces détails et ce gros travail d’ensemble sur les textures. Si la batterie sonne très naturelle, avec d’ailleurs des patterns assez originaux, et que la basse ressort bien de l’ensemble, les autres instruments, c’est à dire les guitares et les claviers, sont plutôt traités comme autant de nappes et de différentes couches, donnant bien une grande emphase à l’ensemble. L’on se fait littéralement happer par l’ensemble et cela nous renvoie tout autant à une approche similaire au cascadian black metal, dans ce son de guitares un peu étouffé, qu’au drone pour cet aspect bourdonnant. C’est comme si l’on était enfoui dans un amas sonore dans lequel l’on parvient à distinguer tels ou tels éléments, mais en tout cas cela donne une réelle originalité à l’ensemble. Car d’un point de vue stylistique, la musique de Vulgarite fait la part belle à un black doom metal, black metal dans ce riffing caractéristique, doom metal dans sa lenteur et dans sa pesanteur. En effet, si les riffs sont le plus souvent en trémolo, avec une guitare gorgée de reverb’ et jouée en double croches, le rythme est assez lent. Il y a ainsi quelque chose d’assez accablant dans le propos de Vulgarite, comme une volonté d’être noyé dans le vide et qu’exprime bien la peinture de William Blake utilisée en pochette.

Est-ce la seule originalité de Vulgarite? Aucunement. La musique de ce projet regorge de détails qui lui donnent un côté assez solennel et même assez pessimiste, comme autant d’écorchures dans l’âme et comme autant de signes de résignation. Cela regorge d’instruments un peu idoine par rapport au genre pratiqué, entre ces sons de cloches, ces orgues et claviers, et dans la démarche de la richesse ça pourrait faire penser à The Ruins of the Beverast, à ceci prêt que le chant de Margaret Killjoy est plus écorché et moins râpeux que celui d’Alexander von Meilenwald, et, surtout, mais cela ne sera guère une surprise pour qui connait son autre projet, la manière dont il est placé et traité rappelle beaucoup Summoning. D’un autre côté ce côté immersif et un peu irréel nous fait parfois penser aux premiers Arcana Coelestia, mais sans la vénération pour Esoteric, tant les deux formations partagent la même coloration mélancolique. Mais encore une fois, l’ensemble est très original, et a un côté antique des plus intéressants, qui, pour le coup, me fait penser à Menace Ruine, notamment dans la manière d’agencer les choses. Sauf qu’ici, il n’y a pas de luminosité, mais une certaine noirceur qui ressort dans l’ensemble. Un rendu qui est renforcé par le côté incantatoire des paroles, notamment sur What Curse Comes This Way, et qui sont comme des entailles dans ce côté assez onirique de l’ensemble. Dans tous les cas, en dépit du name dropping, histoire de bien situer la démarche de la musicienne, il y a ici une véritable personnalité et une volonté de mettre l’auditeur hors de ce monde sur cette grosse vingtaine de minutes.

Rêver l’obscur, c’est réellement le sentiment que l’on a en écoutant ce Fear Not the Dark Nor the Sun’s Return. Comme une forme de magie que l’on avait oublié et qui ne tend qu’à revenir sur le devant de la scène. Mais une magie qui n’est pas là pour enchanter le monde, mais bien pour nous le dévoiler tel qu’il est, sans fard, et nous permettre de sortir de cet aveuglement. C’est ainsi que Vulgarite nous surprend très agréablement avec ce premier effort, avec une réelle personnalité et une réelle originalité, qui va bien au-delà du sound design de belle facture qu’a pu réaliser Margaret Killjoy, et encore ce ne fut pas son seul coup d’essai pour l’an passé. Voilà bien une formation qu’il va falloir sans doute suivre dans les prochaines années car si la suite est de ce niveau, l’aura de quoi être amplement satisfait.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Jej citer
Jej
19/01/2021 08:23
@ Caïn, oui, du coup deux sorties proches avec le même artwork c'est perturbant ( un peu comme les groupes qui utilisent le Gustave doré à bloc )
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
18/01/2021 19:59
C'est la même peinture de William Blake vous voulez dire.
Jej citer
Jej
18/01/2021 12:16
@ Keyzer, c'est la même...hormis fond noir pour l'un, blanc pour l'autre
Keyser citer
Keyser
18/01/2021 07:34
Tiens, c'est quasiment la même pochette que l'album de Pneuma Hagion ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vulgarite
Black doom metal
2020 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 3.75/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Vulgarite
Vulgarite
Black doom metal - 2020 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   What Curse Comes This Way  (06:07)
02.   His Words Are a Void  (06:22)
03.   They Will Fall  (06:34)
04.   A Decade, a Prophecy  (04:55)

Durée : 23:58

line up
parution
6 Janvier 2020

Essayez aussi
Celtic Frost
Celtic Frost
Monotheist

2006 - Century Media Records
  
Mourning Dawn
Mourning Dawn
Les Sacrifies

2014 - Total Rust
  
ΚΕΝΌΣ
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals

2018 - BloodCrown Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  
0
0
Entity

2020 - Ván Records
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique