chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Psychonaut 4 - Beautyfall

Chronique

Psychonaut 4 Beautyfall
Retour d’un groupe qui a une très sérieuse fan base. Il a aussi ses détracteurs, et d’autres qui s’en battent puissamment les coucougnettes, mais ceux qui aiment en deviennent particulièrement fadas. Et même si c’est encore Dipsomania (2015) qui remporte le plus de suffrages, l’ensemble des sorties du groupe formé en 2010 a eu sa part d’excellence et parvient quoi qu’il en soit à se différencier du reste de la scène black metal dépressif. Ce 4ème album ne déroge pas à la règle.

Celui-ci, dont la pochette est une nouvelle fois réalisée par notre compatriote Max Taccardi, conserve ce talent de proposer des pistes qui sentent le PSYCHONAUT 4 sans se répéter pourtant grâce à leur créativité. Les essais sont légion, les ajouts sont nombreux. Et si on continue de classer Beautyfull dans le black ouin ouin, c’est surtout par commodité, car il mérite plus que cette étiquette. Lui-même continue de se considérer comme affilié à ce mouvement, et ce n’est pas la reprise en fin d’album de « Sterile Nails and Thunderbowels » du goupe culte SILENCER qui viendra le contredire, mais il a la même approche que ses aînés de LIFELOVER et SHINING. C’est surtout que sa musique est emplie d’une mélancolie du quotidien, une souffrance qui est dans les détails. C’est à dire qu’au lieu de lancer des trémolos à outrance et de prendre un timbre pleureur continu, PSYCHONAUT 4 fait appel à des sonorités qui nous entoure dans notre vie « réelle » pour les détourner, les méler à un univers dépressif. Il fait appel à des classiques, comme du piano, mais aussi à du saxo, à de l’accordéon, à une guitare aux airs tsiganes, à des ambiances jazzy... Autre exemple, il prend une mélodie pop rock pour « #tokeepandtouse », qui pourrait être un tube enjoué, et il la triture pour en faire un morceau plein de tension malsaine...

Les vocaux sont aussi impressionnant, et les deux guitaristes se sont aussi investis sur certains passages pour varier avec le travail de Graf. Des vocaux black sont bien sûr présents, mais il y a de tout... Ça gromelle, ça grogne, ça geint, ça chante, ça fait les chœurs... Je sais que la comparaison est un peu trop osée et exagérée, mais cet album est tellement varié et surtout tellement inattendu dans son évolution que je le considère proche d’un SYSTEM OF A DOWN. Aussi proches et éloignés que le sont la Géorgie et l’Arménie...

Quel talent donc. PSYCHONAUT 4 a une personnalité forte et cette créativité qui mérite d’être plus reconnue. Certes, on sent que ce n’est pas parfait, comme sur le final de « An Sorrow, Again » où le rythme est volontairement mais étrangement décalé, mais il y a déjà beaucoup de frissons qui se font ressentir durant 57 minutes. Alors merci au groupe et vivement la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Psychonaut 4
Black Rock Dépressif
2020 - Talheim Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Psychonaut 4
Psychonaut 4
Black Rock Dépressif - 2010 - Géorgie
  

vidéos
Sana-sana-sana - Cura-cura-cura
Sana-sana-sana - Cura-cura-cura
Psychonaut 4

Extrait de "Beautyfall"
  

tracklist
01.   მარტო მებრძოლი ველზე / One Man's War
02.   თბილისური ტრაგედია / Tbilisian Tragedy
03.   ...და შენ როგორ ხარ? / ...and How Are You?
04.   Sana-sana-sana - Cura-cura-cura
05.   #შენახვადამოხმარება / #Tokeepandtouse
06.   ის სევდა, ისევ და / And Sorrow, Again
07.   მტ(ვ)ერი / Dust, the Enemy
08.   Sterile Nails and Thunderbowels (Silencer cover)

Durée : 57:31

parution
31 Octobre 2020

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique