chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Bilwis - Sagenwelt

Chronique

Bilwis Sagenwelt (EP)
Je ne fais pas partie de cette nouvelle vague de fouineurs. Je les trouve pourtant admirables. Lesquels ? Ceux qui écument les sites de musiques à la recherche de groupes non-signés qui mettent leur demo à disposition. Bandcamp par exemple. Beaucoup de fans de black passent pourtant maintenant par ce format pour faire des découvertes et ils nous en font profiter en partageant sur les forums ou sur les réseaux sociaux. Sincèrement, j’aimerais aussi devenir chercheur de talents comme eux, mais je me concentre sur les sorties physiques, afin de ne pas trop m’éparpiller. Je sais bien que je passe alors à côté de certaines perles, mais je suis optimiste et je me console en me disant qu’un jour un label s’intéressera à elles. Et ce label, cela peut être Northern Silence Productions, qui s’est vraiment fait le spécialiste des découvreurs de talent ! Merci à lui d’ailleurs, même si je peux lui reprocher de ne faire que l’effort de proposer en physique un album digital tel qu’il était déjà paru sur Bandcamp. Il ne propose pas de signer pour un nouvel album, ou de réenregistrer les titres dans un bon studio, il se contente de prendre le matériel, de faire un visuel, et zou ! Mais la critique serait un peu sévère, car c’est bel et bien ce que certaines écuries faisaient avant Bandcamp, en mettant simplement sur CD la demo qui leur avait été envoyée. Seulement, la demo en question n’était pas accessible à n’importe qui comme le propose maintenant Bandcamp, donc on a parfois un peu d’hésitation à acheter un album qu’on aurait pu écouter des mois plus tôt…

Northern Silence Productions nous rejoue ce scénario à nouveau en 2021. Cette fois-ci, c’est un groupe de la même nationalité que lui qu’il a débauché : BILWIS, tenu par un seul homme : Bilwis. Oui, le nom de l’artiste et celui du groupe sont les mêmes. Pratique. Et BILWIS, nouvellement créé, à sorti un EP de 22 minutes en août 2020. Le visuel attire l’œil tout de suite :

Eh bien le label nous le propose fin janvier 2021 avec quelques légères différences au niveau de la pochette, et de la pochette seulement, pour deux formats différents : CD et tape. Et sincèrement… C’est décevant ! C’est décevant parce que je suis persuadé que Bilwis a de nouvelles compositions qui auraient pu venir compléter ce Sagenwelt trop court. Et même si ce n’est pas le cas, une petite attente était possible, afin de donner un intérêt supplémentaire à ces 5 pistes qui sont de très très, trèèèèèès bon niveau ! Mais je reste sur ma faim là ! Je le mets en boucle, et ça me permet de moins ronger mon frein, mais tout de même ! En faire un album complet aurait rendu la sortie un indispensable de l’année !

C’est du black qui se classe dans l’atmosphérique, mais avec des pointes épiques par moments, avec un clavier mis en avant ailleurs, avec un dynamisme qui frise les bourrasques ! Et chaque piste se démarque des autres, apportant sa petite originalité. Quelques vocaux sur « Die Greisin » sont ultra originaux, proches du cri du crapaud ou du gargouillement malfaisant du fantôme de « Ju-on ». tiens, cadeau pour toi qui aime ce bruit, une vidéo de 12h non-stop :

C’est cette piste qui m’a le plus marqué à la première écoute, mais tout de suite après les autres se sont dévoilées. Les notes de piano sur « Sagenwelt » ! Le génie dans la simplicité ! Ah, que c’est bon d’être emporté par des mélodies fortes, des vocaux puissants, des ambiances aussi maîtrisées… Du coup je suis ébahi de bout en bout, et toujours déçu quand ça se termine après 22 minutes… Non, mais c’est pas possible de garder ça en EP… Rallongez-le !!!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bilwis
Black Metal Atmosphérique
2021 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Bilwis
Bilwis
Black Metal Atmosphérique - 2020 - Allemagne
  

tracklist
01.   Seid Willkommen
02.   Der Bote
03.   Die Greisin
04.   Der Herr der Berge
05.   Sagenwelt

Durée : 21:51

parution
29 Janvier 2021

Essayez aussi
Diabolical Masquerade
Diabolical Masquerade
Death's Design

2001 - Avantgarde Music
  
Ulver
Ulver
Bergtatt
(Et Eeventyr I 5 Capitler)

1995 - Head Not Found
  
Summoning
Summoning
Let Mortal Heroes Sing Your Fame

2001 - Napalm Records
  
Earth and Pillars
Earth and Pillars
Earth I

2014 - Avantgarde Music
  
Woods Of Desolation
Woods Of Desolation
Sorh (EP)

2009 - Eisenwald Tonschmiede
  

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique