chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
174 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

The Body - I've Seen All I Need To See

Chronique

The Body I've Seen All I Need To See
Revenir à une certaine simplicité en se servant des expériences accumulées : voilà, semble-t-il, ce qui a guidé The Body durant la création de I've Seen All I Need To See.

Une démarche parfaitement compréhensible dont, à rebours, on pouvait voir des prémices. C’est qu’après No One Deserves Happiness et I Have Fought Against It, But I Can’t Any Longer, on aurait pu croire que le duo Lee Buford / Chip King risquait de s’enfermer dans certains gimmicks, à commencer par des albums si travaillés, profitant d’un réseau tentaculaire (les nombreux collaborateurs usuels et ponctuels, ici presque absents), qu’ils devenaient compliqués à différencier des véritables collaborations du projet. Peu importe que les voix soient multiples mais que tout soit écrit à quatre mains : The Body, pris dans une certaine routine s’installant malgré une originalité loin de s’être diluée avec les années, pouvait donner – et avoir – la sensation de stagner dans ses multiplications, l’EP O God who avenges, shine forth... ayant alors été le premier signe avant-coureur d’une volonté de revenir à une certaine forme d’agression brute en comité restreint marquant ses débuts.

Retour au noyau dur donc, sans pour autant renouer avec ce hardcore mutant, bruitiste, qui l’a fait connaître avec l’explosion All the Waters of the Earth Turn to Blood. Centrée sur des guitares, une batterie, une voix et quelques interventions (minimes, les habitués Ben Eberle et Chrissy Wolpert étant les seuls invités), l’œuvre donne l’impression d’une redécouverte de la formation, de sa nuisance intrinsèque, cette négativité qui l’habite et dont on peine à comprendre le succès – bien qu’on en soit particulièrement heureux. Pourtant, on se rend compte très rapidement que I've Seen All I Need To See n’est pas un regard nostalgique sur une certaine période, exercice souvent voué à l’échec après des années d’explorations : poussant au maximum le son de ses instruments, les modulant, accentuant, déformant, The Body réalise une nouvelle transformation de son style, touchant aussi bien au drone (criant sur « A Pain of Knowing ») qu’à l’industriel le plus radical. Majoritairement débarrassé de ce metal que le duo a toujours dit aimer mais peu écouter, il paraît, en plus de l’EP déjà évoqué, poursuivre cette plongée dans les musiques synthétiques et électroniques entamée avec Sightless Pit, groupe où Lee Buford se joignait à Kristin Hayter (Lingua Ignota) et Dylan Walker (Full of Hell) pour un rendu contenant peu d’affiliations avec le genre nous réunissant tous.

Un éloignement qui permet à The Body de s’approprier pleinement le mot « extrême », la totale absence de repères faisant de ces trente-huit minutes une expérience aussi enveloppante qu’étrangement attirante malgré l’horreur d’un son qui paraît faire éclater chaque note. Le minimalisme qui habite des titres comme « Eschatological Imperative » ou « Path of Failure » peut laisser penser que l’on est là face à trop de facilités se reposant sur l’« Amplifier Worship » pour convaincre. Les écoutes répétées – interrogé puis fasciné que l’on est – montrent en réalité une méticulosité, une maîtrise, prouvant que The Body a bien changé depuis ses premiers émois violents. Ainsi, il est étonnant que les quelques bouées que l’on a pu trouver dans les essais précédents deviennent ce qui nous perd le plus, à commencer par cette voix si particulière. Auparavant seul élément tangible dans une musique jouant d’atmosphères souvent inhumaines, parfois poétiques, toujours abstraites derrière les coups de massue ou mélodies, elle devient désormais un outil parmi d’autres pour figurer une noirceur totale, nappe parmi les nappes nous étouffant de leur marasme. Presque seuls mais aussi presque dénués de sentimentalité, Chip King et Lee Buford laissent peu de place à la lumière, le bleu-gris de la fin de « A Lament » ou encore les notes claires, menaçantes, de « The City Is Shelled » étant les rares indicateurs d’une intention que l’on peut deviner.

I've Seen All I Need To See n’est pas vide pour autant. Rejoignant à sa manière une certaine scène faisant de l’extrémisme sonore un lieu de libération (tel qu’assumé sur le texte le présentant sur Bandcamp), il déploie toutes ses forces pour emmener avec lui dans son jusqu’auboutisme. En cela, on ressort à chaque fois satisfait de son écoute malgré l’absence d’instants véritablement mémorables, comme si l’œuvre se terminait dans une amnésie ne conservant que quelques traces d’un état « autre » pendant l’immersion. Ces impressions diffuses, ainsi que quelques morceaux trop lancinants (comme le trop statique « They Are Coming »), font que I've Seen All I Need To See ne sera certainement pas considérée comme la réalisation la plus marquante de The Body, cette entité qui en compte déjà de nombreuses. Par contre, elle est un aboutissement de cette capacité à jouer de nous qui a toujours été la marque du duo, ici plus que jamais maître-marionnettiste.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
02/02/2021 17:22
note: 8/10
Mon préféré depuis NODH et une merveille de power electronics ... ça a l'air simpliste de loin, sans grande envergure/ambition, mais le travail sur le son est monstrueux et bien plus sophistiqué qu'il n'y parait. Et puis ce feeling sludge-drone quasi-Khanatien c'est quand même trop cool pour être snobé.
lkea citer
lkea
01/02/2021 21:20
note: 7.5/10
En écoute sur Bandcamp !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Body
Industrial Drone / Noise
2021 - Thrill Jockey Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (2)  7/10
Webzines : (3)  7.25/10

plus d'infos sur
The Body
The Body
Industrial Drone / Noise - 1999 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   A Lament  (05:54)
02.   Tied Up and Locked In  (02:55)
03.   Eschatological Imperative  (04:37)
04.   A Pain of Knowing  (05:40)
05.   The City Is Shelled  (05:38)
06.   They Are Coming  (04:44)
07.   The Handle/The Blade  (03:38)
08.   Path of Failure  (05:08)

Durée : 38 minutes 14 secondes

line up
parution
29 Janvier 2021

voir aussi
The Body
The Body
No One Deserves Happiness

2016 - Thrill Jockey Records
  
The Body
The Body
Master, We Perish (EP)

2013 - At A Loss Recordings
  
The Body / Full Of Hell
The Body / Full Of Hell
One Day You Will Ache Like I Ache (Coll.)

2016 - Neurot Recordings
  
Uniform / The Body
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (Coll.)

2018 - Sacred Bones Records
  
Thou / The Body
Thou / The Body
You, Whom I Have Always Hated (Coll.)

2015 - Thrill Jockey Records
  

Vanden Plas
The God Thing
Lire la chronique
Asphyx
Necroceros
Lire la chronique
Cold Earth
Your Misery, My Triumph
Lire la chronique
Dieu De La Haine
Lire l'interview
Cult Graves
Strange Customs (EP)
Lire la chronique
Saille
V
Lire la chronique
Carbonized
For The Security
Lire la chronique
La Voûte présente : la Série Dungeon Synth (Avec Maxime) - #1 Introduction générale
Lire le podcast
Nightfall
At Night We Prey
Lire la chronique
Abominated
Decomposed (Démo)
Lire la chronique
Floorpunch
Twin Killing (Compil.)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment 2
Lire la chronique
Necrectomy
Interrupted Slumber (EP)
Lire la chronique
Necronomicon
The Final Chapter
Lire la chronique
Suffering Hour
The Cyclic Reckoning
Lire la chronique
Spectres & Teeth
No Magick Spawns! (EP)
Lire la chronique
Kankar
Dunkle Millennia
Lire la chronique
Fange
Pantocrator
Lire la chronique
Aria
Night Is Shorter Than Day
Lire la chronique
King Diamond
Fatal Portrait
Lire la chronique
Worst Doubt
Extinction
Lire la chronique
Grima
Rotten Garden
Lire la chronique
Alice In Chains
MTV Unplugged (Live)
Lire la chronique
Decaying Purity
Mass Extinction of the Prov...
Lire la chronique
Cystic
Incineration Rites (EP)
Lire la chronique
Stortregn
Impermanence
Lire la chronique
La Voûte #5 - La Trilogie Dead Can Dance
Lire le podcast
Seraphic Entombment
Quelled (Démo)
Lire la chronique
Liquid Tension Experiment
Liquid Tension Experiment
Lire la chronique
Fallen Forest
Giants Frost Battered (Comp...
Lire la chronique