chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Gravesend - Methods Of Human Disposal

Chronique

Gravesend Methods Of Human Disposal
Sortie l’année dernière en toute confidentialité sur l’excellent label Stygian Black Hand (Antichrist Siege Machine, Left Cross, Occult Burial, Spite...), la première démo de Gravesend intitulée Preparations For Human Disposal n’a pourtant pas manqué d’attirer l’attention de quelques labels désireux de mettre la main sur un groupe prometteur. À ce petit jeu là c’est 20 Buck Spin Records qui a été le plus fort et a ainsi pu offrir un deal aux New-Yorkais pour la sortie ce mois-ci de leur premier album intitulé Methods Of Human Disposal.

Si vous aviez déjà lu ma chronique de Preparations For Human Disposal rédigée l’année dernière, vous aurez probablement vitre compris qu’entre le titre et l’artwork, Gravesend a choisi de rester dans les mêmes thématiques. D’ailleurs, à y regarder de plus près, on remarque que quatre titres de la démo on trouvé place ici ("Methods Of Human Disposal", "End Of The Line", "Verrazano Floater" et "Scum Breeds Scum"). Sachant qu’au total, ce premier album compte tout de même quinze morceaux et que cette première démo n’est sortie qu’en cassette, on ne leur en tiendra pas rigueur.

Alors quoi ? Et bien la même chose qu’auparavant mais en plus long, tout simplement... Donc non, Gravesend n’a bien évidemment pas changé son fusil d’épaule et continue de marcher à grand pas dans les traces de groupes tels que Revenge et autre Antichrist Siege Machine. Rien de bien nouveau en somme... Sauf que si tout cela n’a effectivement rien d’original, le trio new-yorkais continuer de s’imposer par la force avec pour terrain de jeux la ville de New-York et ses coins les plus crades et mal-famés (pour les curieux qui ont envie de voyager, je vous invite à jeter un petit coup d’oeil au sympathique clip du bien nommé "Needle Park"). Bref, Gravesend n’est pas là pour amuser la galerie et c’est très bien comme ça.

Si sa force de frappe évidente est assurément l’un de ses plus gros atouts (un Black Metal sauvage et intense mêlé à un Grindcore des plus virulents saupoudré d’éléments électroniques bien anxiogènes), on retiendra également l’impact de cette production particulièrement lisible, puissante et abrasive qui permet d’en prendre effectivement plein la gueule sans avoir à déchiffrer les riffs de guitares et autres subtilités de ce genre. Non, tout ici est très clair et ne sert qu’un seul but, instaurer un climat de peur et annihiler toute forme de vie et d’espoir. Ce sentiment de peur et d’angoisse, Gravesend va très vite se charger de le faire peser sur nos épaules grâce à deux introductions particulièrement bien fichues. Avec "Fear City", le trio new-yorkais va jouer la carte d’une ambiance synthwave angoissante façon film d’horreur des années 80 sur laquelle va venir se caler le sample d’une dispute particulièrement véhémente avant d’enchaîner avec "STH-10", un titre instrumental explorant des sonorités mid-tempo aux couleurs presque militaires. Il faudra attendre cette relecture de "Methods Of Human Disposal" pour s’en prendre une comme il se doit.
Alors c’est vrai, Gravesend n’a pas grand chose d’autre à offrir qu’une version plus accessible de ce que propose déjà Revenge (et avant lui Conqueror et encore avant lui Blasphemy (et même Antichrist)) depuis maintenant plus de vingt ans. Mais franchement, vu la dérouillée infligée ici, cela n’a pas beaucoup d’importance. On va ainsi retrouver tout ce qui fait le sel de la formation d’Edmonton à commencer par ces fameuses descentes de manches si caractéristiques des Canadiens, ces assauts impitoyables menés à coup de riffs ultra abrasifs aussi simples que redoutables et autres salves de blasts particulièrement soutenus, ces breaks imparables qui n’ont pas fini de briser des nuques et ce groove efficace qui en découle, cette voix ultra haineuse qui va dégueuler sa bile à la face du monde et puis finalement cette impression d’être au milieu d’un champs de bataille et d’en prendre plein la tronche sans pouvoir reprendre son souffle. Non, tout ça ne respire pas la grande intelligence ni l’originalité mais alors en terme de résultat escompté, on peut dire que Gravesend a atteint ici ses objectifs en mettant l’auditeur à genoux.

Alors oui, on trouve bien quelques petites subtilités qui font de Gravesend un groupe qui ressemble à Revenge mais pas tout à fait quand même (je dis ça pour les relous du clavier). Cette production, on l’a vu, en est une. On pourrait également évoquer cet intérêt pour les titres ou passages "ambient" sur fond de synthétiseur pour le moins angoissants ("Fear City", "Eye For An Eye") ou ces mid-tempos brises-nuques peut-être un poil plus développés ici mais dans l’ensemble on reste dans un registre très similaire à celui des Canadiens. Quoi qu’il en soit, Methods Of Human Disposal ne manquera pas de faire son petit effet parmi les amateurs de ce genre de douceurs aussi radicales.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Krokodil citer
Krokodil
24/02/2021 15:24
note: 8/10
Gros coup de coeur de ce début d'année, achat obligatoire !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Gravesend
Black Metal
2021 - 20 Buck Spin Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (3)  8.11/10

plus d'infos sur
Gravesend
Gravesend
Black Metal - 2020 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 19 Février 2021

vidéos
Needle Park
Needle Park
Gravesend

Extrait de "Methods Of Human Disposal"
  

tracklist
01.   Fear City  (01:31)
02.   STH-10  (01:54)
03.   Methods Of Human Disposal  (01:53)
04.   Ashen Piles Of The Incinerated  (02:00)
05.   End Of The Line  (01:22)
06.   Subterranean Solitude  (01:17)
07.   Unclaimed Remains  (02:14)
08.   Verrazano Floater  (01:28)
09.   Eye For An Eye  (01:55)
10.   Trinity Burning  (02:41)
11.   Needle Park  (01:37)
12.   Absolute Filth  (01:49)
13.   The Grave's End  (01:23)
14.   Scum Breeds Scum  (02:06)
15.   Concrete Feet  (02:05)

Durée : 27:15

line up
  • A / Chant, Guitare, Synthétiseur
  • S / Basse, Chant, Synthétiseur
  • G / Batterie

voir aussi
Gravesend
Gravesend
Preparations For Human Disposal (Démo)

2020 - Stygian Black Hand
  

Essayez aussi
Gorgoroth
Gorgoroth
Under The Sign Of Hell

1997 - Malicious Records
  
Amestigon
Amestigon
Thier

2015 - World Terror Committee Records
  
Dauþuz
Dauþuz
Die Grubenmähre

2017 - Naturmacht Productions
  
Setherial
Setherial
Ekpyrosis

2010 - Regain Records
  
Au Champ des Morts
Au Champ des Morts
Dans la Joie

2017 - Debemur Morti Productions
  

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique