chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Socioclast - Socioclast

Chronique

Socioclast Socioclast
Nouveau venu sur le devant de la scène dite underground, Socioclast ne devrait pas manquer d’attirer l’attention des plus curieux et notamment de ceux qui sont du genre à scruter à la louche n’importe quel line-up. Formé en 2018 à San Jose, Californie, le groupe est ainsi constitué de Colin Tarvin des excellents Mortuous, Scolex et Evulse ainsi que de Cris Rodriguez (Deadpressure) et Matt Gomes (ex-In Disgust), tous les deux membres fondateurs du trio. Sans préambule (ou alors je suis passé complètement à côté), la formation californienne s’apprête à sortir sur Carbonized Records (label mené par Chad Gailey de Mortuous, Necrot et Vastum) son tout premier album éponyme.

Produit par Greg Wilkinson aux Earhammer Studios et superbement illustré par Stephen Bower, Socioclast fait parti de ces albums particulièrement bien nés qui, au moins sur le papier, ne semblent avoir que de sérieux atouts à faire valoir. Et comme les premières impressions sont souvent les bonnes, rien d’étonnant à ce qu’il s’agisse effectivement ici de l’une des premières bonnes surprises de l’année 2021.

Avec quinze titres expédiés en un petit peu plus de dix-sept minutes, ce premier album ne fait pas grand mystère du genre pratiqué par les trois californiens. C’est effectivement vers un Grindcore particulièrement intense et furibard que s’est tourné Socioclast puisqu’à l’exception de ces toutes premières secondes plutôt tranquilles qui vont permettre de poser les bases d’une ambiance un brin désabusée ainsi que quelques occurrences aussi brèves que bienvenues, c’est plutôt pied au plancher, le couteau entre les dents et bien évidemment sans chichi que les Californiens mènent ici leur blitzkrieg.
Ainsi, passé ces trente-cinq premières secondes, le trio va très vite dérouler tout l’attirail typique du groupe de Grindcore digne de ce nom : blasts à la mitraille servi avec grande générosité, accélérations de Punk à chien menées à coups de tchouka-tchouka des familles, riffs Punk/Metal de trois/quatre notes exécutés naturellement à toute berzingue, breaks brises-nuques imparables, production musclée mais authentique avec un petit côté à l’ancienne ainsi qu’un chant partagé entre Colin Tarvin qui va charger de cette voix grave aboyée aux oreilles de l’auditeur le plus clair du temps et Matt Gomes qui quant à lui va jouer le rôle du petit roquet grâce à cette voix plus arrachée et naturellement complémentaire. Bref, rien ne manque à une recette dont l’absence d’originalité est une fois encore largement compensée par l’intensité et l’explosivité de cette charge soutenue qu’impose Socioclast sur nos épaules.

Comme je l’évoquais un petit peu plus haut, les Californiens ne sont pas sans apporter un semblant de relief à leurs compositions. Le trio aurait pu se contenter de foncer têtes baissées et ainsi enchaîner les coups de matraques comme les CRS dans une manifestions des gilets jaunes sauf que justement, afin de souligner encore davantage la véhémence et l’agressivité de son propos, Socioclast ne va pas hésiter parfois à ralentir la cadence (la première moitié de "Psychic Void", les premières secondes de "Alpha", "Eden’s Tongue" et "Terminal Regress", "Convention Of Ruin" à 0:12, "Propaganda Algorithm" à 0:33, "Infinity Nexus" à 0:35, le début de "Concrete And Steel" ou plus loin à 0:44 et 1:30, etc). Ces moments, s’ils sont relativement nombreux sont néanmoins très brefs et n’entachent absolument pas cette dynamique globale ni cette impression, comme avec tout bon disque de Grindcore, de se prendre coup de savate sur coup de savate.

Alors c’est évident, Socioclast ne viendra pas bouleverser le petit monde du Grindcore qui de toute façon n’en a jamais eu grand chose à carrer de l’originalité. Par contre, question dérouillée infligée, ces quinze compositions n’ont de leçon à recevoir de personne. C’est brut, intense, efficace et avec juste ce qu’il faut de relief pour ne pas abrutir l’auditeur et le garder toujours sur le qui-vive ! Aussi court que jouissif, ce premier album s’impose sans combattre comme l’une des belles découvertes de ces premières semaines de 2021 et probablement l’un des disques de Grindcore de l’année...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Socioclast
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Socioclast
Socioclast
Grindcore - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 19 Février 2021

tracklist
01.   Surveillance, Normalization, Examination  (01:21)
02.   Psychic Void  (00:56)
03.   Alpha  (01:03)
04.   Eden's Tongue  (01:11)
05.   Specter Signal  (00:52)
06.   Terminal Regress  (00:44)
07.   Convention Of Ruin  (00:35)
08.   Archaic Remnants  (01:05)
09.   Psychodrone  (00:55)
10.   Hippasus  (00:44)
11.   Propaganda Algorithm  (01:06)
12.   Surrogate Will  (00:55)
13.   Omega  (01:19)
14.   Infinity Nexus  (01:09)
15.   Concrete And Steel  (02:49)

Durée : 16:44

line up
Essayez aussi
Pig Destroyer
Pig Destroyer
Terrifyer

2004 - Relapse Records
  
Bent Sea
Bent Sea
Noistalgia (EP)

2011 - Autoproduction
  
Mindful of Pripyat
Mindful of Pripyat
...and Deeper, I Drown in Doom... (EP)

2015 - Autoproduction
  
Wormrot
Wormrot
Dirge

2011 - Earache Records
  
Inhumate
Inhumate
Expulsed

2013 - Autoproduction
  

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique