chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
189 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Dream Theater - Octavarium

Chronique

Dream Theater Octavarium
Après avoir dégondé les portes de son metal progressif en l'habillant d'une parure sombre, Dream Theater, comme d'habitude, prend à contrepied tout le monde sur Octavarium en 2005. On pourra reprocher beaucoup de choses au quintet de New-York City, mais pas d'avoir fait l'effort, dans toutes leurs sorties, de s'être renouvelés. Ceux qu'on ne présente plus, James LaBrie (voix), John Petrucci (guitare), John Myung (basse), Mike Portnoy (batteur) et Jordan Rudess (claviers), forment depuis des années un line-up stable, apportant chacun leurs multiples influences. S'ils continuent d'aduler Rush, groupe à l'origine de leur formation, Pink Floyd ou encore King Crimson, dieux de la musique progressive, mais aussi Metallica, auquel ils ont rendu un vibrant hommage sur leur précédente offrande, ils n'oublient pas, depuis Six Degrees of Inner Turbulence (2002), d'observer avec acuité la musique qui inonde les ondes mainstream auxquelles ils ont renoncé il y a des années. Ces artistes accomplis, magiciens de leurs instruments respectifs, sont aussi de gloutons consommateurs de sorties en tout genre. C'est ainsi qu'un beau jour de l'année 2004, Mike Portnoy, le plus gourmand et hyperactif d'entre eux, pose ses oreilles alertes sur l'album Absolution de Muse (sorti en septembre 2003 en Angleterre mais probablement arrivé au début de l'année suivante chez son disquaire local) et a pour lui un tel coup de cœur qu'il le consacrera « album de l'année » de son top 10 personnel publié sur dreamtheater.net et déclarera, s'emportant quelque peu, qu'il est probablement « l'album de la décennie ». Si je me garderai bien de juger la qualité de ce groupe de rock progressif (c'est devenu un peu fadasse depuis The Resistance qui sentait déjà le réchauffé, de rien les kheys), force est de constater que le batteur tentaculaire s'est tellement saigné leurs premiers efforts que ça finit par s'entendre sur ce nouveau disque de Dream Theater, un an plus tard.

Après avoir séquestré les autres membres et les avoir obligé à réciter par cœur toute la discographie des Anglais, donc, Mike Portnoy et ses camarades, sur lesquels il a pris clairement l'ascendant, accouchent d'un album bariolé, constellé de multiples influences rock et pop évidentes. On reste toutefois en terrain connu, dans un premier temps, puisque notre auguste barbe bleue continue d'explorer son douloureux passé d'alcoolique repenti dans « The Root of All Evil », suite de « The Glass Prison » (2002) et « This Dying Soul » (2003) et troisième chapitre de sa « Twelve-Step Suite ». Les New-Yorkais livrent là un morceau agressif qui, s'il n'est plus révolutionnaire, recycle avec une intelligence certaine des motifs devenus emblématiques du groupe : de gros riffs metal accrocheurs où « palm mute » et « power chords » se livrent une danse cataclysmique, sur un tempo enlevé où la cymbale crash de son maître à penser défouraille à tout va. Les soli de Jordan Rudess et John Petrucci continuent de s'affronter dans un octogone intense où tout fuse. James LaBrie s'époumone sur un refrain resté emblématique :

« Take all of me, the desires that keep burning deep inside.
Cast them all away and help to give me strength to face another day.
I am ready, help me be what I can be! »

… et fait consciencieusement le job sur un album qui lui demande constamment de sortir de sa zone de confort, vu à quel point tout y est pluriel et varié, comme son titre l'indique. Des titres metal progressifs plus burnés aux tubes mielleux, l'auditeur qui attend un album surprenant et bigarré en aura pour son argent. En effet, « These Walls » et sa guitare « motorisée » est un titre honnête et très changeant sur lequel John Myung s'illustre avec brio. « Sacrificed Sons » continue d'explorer une thématique chère à John Petrucci, les suites de l'attentat du 11 septembre 2001, un événement qui l'aura définitivement hanté. Il offre des paroles brillantes à un morceau majestueux, tout en symphonie aérienne orchestrée par un Jordan Rudess, définitivement tombé au champ d'honneur de la calvitie mais en très grande forme. C'est probablement l'une des raisons qui aura poussé nos New-Yorkais à se fendre d'un somptueux concert symphonique un an plus tard, Score, promouvant ces nouveaux morceaux aux côtés de l'Octavarium Orchestra formé pour l'occasion et dirigé par Jamshield Sharifi. Dream Theater nous gratifie également de l'une de leurs ambitieuses pièces progressives, « Octavarium », qui explore la thématique de l'infini avec des motifs extrêmement intéressants. Son introduction marquée par le legs de Pink Floyd fait partie des moments de grâce absolus de ce disque. Les ronflements dynamiques de John Myung, qui tirent le morceau vers une gradation de riffs progressifs d'une ambition rare, parsemée des soli de Jordan Rudess, rappellent opportunément l'immense bassiste qu'il est. Le recul des années l'aura probablement consacré comme le meilleur morceau de l'album, tant cette mer déchaînée qui tangue sous la voile de John Petrucci sur la partie « III. Full Circle » finit de consacrer James LaBrie comme le roi des pirates. La partie résolument progressive qui assure le lien avec « IV. Intervals » montre que la créativité débridée de Dream Theater est encore bien vivace, entre soli de basse et shred totalement virtuoses. James LaBrie le confirme lorsqu'il hurle, rageur :

« Trapped inside this Octavarium ! »

Il vient pourtant de résumer cet album inégal. En effet, les New-Yorkais se piègent eux-même dans leurs ruptures de ton, en en faisant trop, en étant trop déchirés par leur multiples influences pour que leur opus reste cohérent ou même parfaitement digeste. En effet, passer du mielleux « I Walk Beside You » qui pue le U2 à plein nez au bourrin « Panic Attack » sans se mouiller la nuque au préalable pourra avoir des effets dévastateurs chez le premier quidam venu. Ne parlons pas de certains puristes, qui en vomiront certainement leur quatre heures de dégoût. Ce dernier morceau, très réussi par ailleurs avec sa ligne de basse fulgurante et dévastatrice qui fond sur l'auditeur comme un astéroïde, forme avec « Never Enough » un hommage conscient à Muse, ce qui vaudra à Dream Theater d'être conspués sur des réseaux pas encore tout à fait sociaux, pas encore envahis par l'armée de boomers actuelle, ceux qui écriront à longueur de post, dans une prose percluse de fautes d'orthographe et d'arguments éculés, que « c'était mieux avant ». Pourtant, les Anglais avaient suffisamment apprécié pour leur rendre la politesse sur la fin de « Knights of Cydonia » qui évoquera en 2008 un riff de « In The Name of God », un peu plus subtilement que ne le font nos bourrins New-Yorkais ici. En outre, « The Answer Lies Within » reste une ballade sucrée un peu trop anecdotique pour faire partie des classiques du groupe. En définitive, Octavarium reste un album certes intéressant mais bien trop hybride et inégal pour durablement marquer son temps. En dehors de son morceau éponyme, il est malheureusement condamné à n'être ressorti qu'occasionnellement, pour son manque de calcul et ses transitions naïves. Pour un groupe aussi rôdé que Dream Theater, ça en serait presque attendrissant...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dream Theater
Metal progressif
2005 - Atlantic Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (7)  6.26/10

plus d'infos sur
Dream Theater
Dream Theater
Metal progressif - 1988 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Root of All Evil  (08:39)
02.   The Answer Lies Within  (05:19)
03.   These Walls  (07:36)
04.   I Walk Beside You  (04:30)
05.   Panic Attack  (08:13)
06.   Never Enough  (06:46)
07.   Sacrificed Sons  (10:43)
08.   Octavarium  (24:00)

Durée : 01:15:46

line up
parution
7 Juin 2005

voir aussi
Dream Theater
Dream Theater
A Change of Seasons (EP)

1995 - EastWest Records
  
Dream Theater
Dream Theater
The Astonishing

2016 - Roadrunner Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Falling into Infinity

1997 - EastWest Records
  
Dream Theater
Dream Theater
When Dream and Day Unite

1989 - Mechanic Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbulence

2002 - Elektra Records
  

Essayez aussi
Tool
Tool
10,000 Days

2006 - Volcano Entertainment
  
Vanden Plas
Vanden Plas
Colour Temple

1994 - InsideOut Music
  
Meshuggah
Meshuggah
I (EP)

2004 - Fractured Transmitter Recording Company
  
Pain of Salvation
Pain of Salvation
Remedy Lane

2002 - InsideOut Music
  
Tool
Tool
Opiate (MCD)

1992 - Volcano Entertainment
  

Vanden Plas
Christ Φ
Lire la chronique
Mourning Beloveth
Dust
Lire la chronique
French Black Metal : Les nouveaux sont-ils à la HAUTEUR ?
Lire le podcast
16
Blaze of Incompetence
Lire la chronique
Ungfell
Es Grauet
Lire la chronique
Revenant Marquis
Below The Landsker Line
Lire la chronique
Pa Vesh En
Maniac Manifest
Lire la chronique
Rixe
Collection (Compil.)
Lire la chronique
Ashen
Godless Oath (EP)
Lire la chronique
Sermon Of Flames
I Have Seen The Light, And ...
Lire la chronique
Caverne
La Fin De Tous Les Chants
Lire la chronique
Turn Cold
Break Your Faith (EP)
Lire la chronique
Kirottu
Deity Embers
Lire la chronique
While Heaven Wept
Sorrow of the Angels
Lire la chronique
Killing
Face The Madness
Lire la chronique
Soul Devourment
Eternal Perdition (EP)
Lire la chronique
Kataxu
Ancestral Mysteries
Lire la chronique
Portal
Avow
Lire la chronique
Metal In Franche Comté
Metal rends toi, nenni ma f...
Lire la chronique
Uerberos
Stand over Your Grave
Lire la chronique
Paysage D'Hiver
Geister
Lire la chronique
Fluisteraars
Gegrepen door de geest der ...
Lire la chronique
Tentation
Le Berceau Des Dieux
Lire la chronique
Netherbird
Arete
Lire la chronique
Mortuary Spawn
Spawned From The Mortuary (EP)
Lire la chronique
Evoker
Evil Torment (EP)
Lire la chronique
Dead Congregation
Rehearsal June 2005 (Démo)
Lire la chronique
Leprous
Aphelion
Lire la chronique
Sewer Fiend
Echoes From The Cistern (EP)
Lire la chronique
Borgne
Temps Morts
Lire la chronique