chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Deeds Of Flesh - Nucleus

Chronique

Deeds Of Flesh Nucleus
Sept ans après le très bon « Portals To Canaan » on n’imaginait pas revoir les Californiens avec un nouvel opus du fait du décès en 2018 de son leader Eric Lindmark, vu qu’il semblait difficile pour les rescapés de continuer l’œuvre entamée vingt-cinq auparavant. Pourtant ceux-ci ont décidé de donner vie aux idées et parties déjà composées et enregistrées par le chanteur-guitariste avant sa mort, et rien que pour cela on ne peut que saluer l’initiative de continuer l’aventure (ainsi que le retour de Jacoby Kingston), tout comme la participation de nombre d’invités prestigieux pour donner de la voix sur ce nouvel (et ultime ?) album. En effet quoi de mieux pour rendre hommage au patron d’Unique Leader que de voir nombre de vocalistes célèbres et réputés prendre place derrière le micro, et ainsi donner plus de force à ces nouvelles compositions qui sur le papier ont tout pour plaire. Cependant entre les beaux projets et le rendu final il y’a parfois de grosses différences voire carrément de la déception, et malheureusement ici c’est cela qui va primer car malgré le pedigree proposé au sein du chant (Luc Lemay, Georges Fisher, Frank Mullen, Robbe Kok, John Gallagher et tant d’autres) l’alchimie ne va pas se faire, surtout avec des morceaux trop basiques et inégaux pour être mémorables. Tout cela sans compter le coup de grâce porté par l’infâme production compressée et en plastique, tant adorée par mon camarade Keyser (ce coup-ci le label s’est surpassé en matière de son 100% tupperware).

Si celle-ci n’est pas seule responsable du naufrage de ce disque elle y prend néanmoins sa part, tant tout y est étouffé à l’extrême sans aucune puissance et où aucune âme ne se dégage, à l’instar de l’écriture en roue-libre où les membres semblent juste être là pour réciter leurs gammes. Car avec « Odyssey » on s’aperçoit directement que l’écoute ne va pas être une partie de plaisir tant les vieux briscards y enchaînent blasts peu convaincants (et presque inaudibles) au milieu de riffs bateaux d’une grande pauvreté, ponctués de quelques ralentissements et cassures afin de montrer qu’ils sont bels et biens réveillés et pas seulement en pilotage automatique. Cependant cette désagréable sensation ne va pas quitter l’auditeur durant les quarante minutes que dure ce neuvième opus tant les moments où s’emballer vont être rares, côtoyant souvent au mieux des passages intéressants voire au pire carrément chiants et pathétiques. En effet que ce soit avec l’insupportable « Alyen Scourge » (qui se ressemble quasiment en continu du début à la fin) ou le chiantissime et synthétique « Ascension Vortex » (aux accents groovys qui auraient pu être intéressants mais tombent finalement à l’eau), on ne peut pas dire que ce premier tiers donne envie de s’enflammer.

Pourtant quand démarre « Catacombs Of The Monolith » on se dit qu’il reste un soupçon d’espoir dans ce bas-monde, de par ses passages plus lourds et techniques où l’on retrouve quelques instants la marque de fabrique de ses géniteurs, sans pour autant qu’il y ait de quoi sauter au plafond. Et curieusement ce bon point (pour ne pas être trop acide) va se confirmer dans la foulée sur « Ethereal Ancestors » où le niveau global monte d’un cran tout comme le solo de bonne tenue (jusqu’à présent ils donnaient l’impression d’être bâclés et joués à l’arrache), même si là-encore les gars ont fait nettement mieux dans un passé pas si lointain… un constat partagé sur « Nucleus » plus sombre, lourd et opaque (sans pour autant mettre la vitesse de côté) qui offre un moment agréable, classique et efficace… à défaut de mieux.

Cependant il était dit que rien ne nous serait épargné et après ce léger rebond l’ensemble va retomber dans ces travers, tant « Races Conjoined » bien qu’étant plus éthéré et lumineux que le reste va donner la désagréable sensation de partir dans tous les sens, comme si les gars avaient voulu caser le maximum de notes dans un minimum d’espace, et ça n’est pas avec « Terror » que ça va remonter la pente. Outre une durée beaucoup trop (et inutilement) longue l’entité va nous sortir un mic-mac de tout ce qu’elle sait faire en termes de technicité et de tempos, sans arriver à captiver quoi que ce soit tant ça brasse de l’air sans aucune conviction.

Autant dire qu’il n’y a pas grand-chose à sauver là-dedans et que ça sent le sapin pour l’avenir du combo qui semble n’avoir plus rien ou presque à dire, même si après autant d’années d’existence et la perte de son frontman cela n’a finalement rien d’étonnant. Du coup sans savoir s’il s’agit pour lui du chant de cygne il est en revanche certain qu’il va devoir se remettre en question et réfléchir sur son avenir, à savoir s’il vaut mieux repartir sous un autre nom (et mettre ainsi un point final à l’existence de DEEDS OF FLESH), ou carrément raccrocher les amplis et passer à autre chose. Car avec un rendu pareil n’importe quels jeunes loups ou vétérans de deuxième division se seraient fait retoqués par les fans comme la critique, alors quand il s’agit d’un nom avec un prestige pareil cela est encore plus grave et désolant. Même si ça fait du mal de le dire et de l’entendre il faut hélas se rendre à l’évidence, le roi est mort vive le roi… confirmant que les anciens du Death d’outre-Atlantique (INCANTATION, MALEVOLENT CREATION…) sont vraiment à la peine ces temps-ci.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

La_girondelle citer
La_girondelle
11/02/2021 20:15
note: 5/10
Quelle déception. Pourtant j'aurais tellement aimé l'apprécier, cet album. La suite tant attendue à Portals From Canaan, le dernier album d'Erik Lindmark, toussa toussa. Et puis rien. Ou si peu. Très peu de bons riffs, l'album passe et s'oublie aussi vite.
SAD!
Ander citer
Ander
11/02/2021 18:51
note: 8.5/10
Et bah envers et contre tous, je l'aime bien moi cet album, je trouve qu'il est dans la continuité de Portals To Canaan, donc moins porté sur la technique que Of What's To Come et misant plus sur le palm mute qu'auparavant, tout en apportant un côté plus moderne qui a déçu, visiblement, la plupart des lecteurs ici.

Alors oui la prod' est vraiment pas terrible mais bizarrement ça me gêne moins que sur le dernier Beneath The Massacre, ou le Vitriol… L'égout et les douleurs, ça se discute difficilement après tout.
Insania citer
Insania
11/02/2021 11:19
Idem, j'arrive pas du tout à apprécier cet album. La liste des guests chant est pourtant réjouissante, mais il ne reste effectivement rien du Deeds of Flesh que j'aimais jadis. Et la prod représente bien tout ce que je déteste dans les groupes actuels, plastique au possible.
Cyprine64 citer
Cyprine64
10/02/2021 09:54
Ouais grosse déception... Le visuel claque cependant mais ça sauve pas le reste...
Vincere citer
Vincere
09/02/2021 14:45
Keyser a écrit : J'ai eu beaucoup de mal à l'écouter jusqu'au bout. Prod absolument insupportable, compos sans âme (certains riffs deathcore sont ridicules), ça ne sort la tête de l'eau qu'en de rares occasions. Si j'ai beaucoup aimé le virage technico-mélodique à partir de "Of What's to Come" et prolongé sur "Portals to Canaan", c'est ici complètement raté. À l'image de la plupart des sorties Unique Leader depuis quelques années quoi ...

Idem ici. J'écoute plus rien de ce qui sort sur Unique Leader. Les mecs ils ont rien compris avec leurs prods éclatées au sol, bourrées de brickwall avec des dynamic range entre 3 et 5. C'est insupportable pour les oreilles, pas au sens figuré.

Dommage ils ont saccagé tellement de bons albums.
Keyser citer
Keyser
09/02/2021 12:58
note: 4/10
J'ai eu beaucoup de mal à l'écouter jusqu'au bout. Prod absolument insupportable, compos sans âme (certains riffs deathcore sont ridicules), ça ne sort la tête de l'eau qu'en de rares occasions. Si j'ai beaucoup aimé le virage technico-mélodique à partir de "Of What's to Come" et prolongé sur "Portals to Canaan", c'est ici complètement raté. À l'image de la plupart des sorties Unique Leader depuis quelques années quoi ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deeds Of Flesh
Brutal Death Technique
2020 - Unique Leader Records
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs : (4)  6.25/10
Webzines : (5)  7.73/10

plus d'infos sur
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Brutal Death Technique - 1993 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Odyssey
02.   Alyen Scourge
03.   Ascension Vortex
04.   Catacombs Of The Monolith
05.   Ethereal Ancestors
06.   Nucleus
07.   Races Conjoined
08.   Terror
09.   Onward

Durée : 41 minutes

line up
parution
11 Décembre 2020

voir aussi
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Gradually Melted (EP)

1995 - Wild Rags Records
  
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Portals To Canaan

2013 - Unique Leader Records
  
Deeds Of Flesh
Deeds Of Flesh
Of What's To Come

2008 - Unique Leader Records
  

Essayez plutôt
Profanity
Profanity
The Art Of Sickness

2017 - Apostasy Records
  
Virvum
Virvum
Illuminance

2016 - Autoproduction
  
Cryptopsy
Cryptopsy
Whisper Supremacy

1998 - Century Media Records
  
Inimicality
Inimicality
Adaptation Of Neurovisceral Disturbance (Démo)

2010 - Autoproduction
  
Visceral Bleeding
Visceral Bleeding
Transcend Into Ferocity

2004 - Neurotic Records
  

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique