chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Pestis Cultus - Pestis Cultus

Chronique

Pestis Cultus Pestis Cultus
Un album qui sort sur Signal Rex, c’est obligatoirement un album venu des entrailles de la terre et validé par Satan. Il a mis son petit tampon rouge dessus, afin que le groupe soit présenté aux oreilles des plus vilains des vilains d’entre nous. Et pour ceux qui ne le savent pas encore, la grotte qui débouche des Enfers sur notre monde se situe au Portugal. Chez Signal Rex donc. C’est là qu’ont surgi des DEGREDO, IRAE, ORDEM SATANICA, TRONO ALEM MORTE ou encore SNORRI. Ce dernier, originaire d’Australie, ne te dit rien peut-être ? Formé par B.H. (BROKEN SPIRIT, DROHTNUNG…), Old (DROHTNUNG, MORS DE CORPUS…) et Ruin, il a enfanté deux démos et un split avec VETËVRAKH en 2016 et 2017. Et si je t’en parle un peu précisément, c’est parce qu’en fait SNORRI a changé de nom, et s’appelle désormais PESTIS CULTUS. Voilà, c’est le groupe dont on va parler dans cette chronique. Sauf que le bassiste, Ruin, n’est plus là, ou alors c’est encore lui, mais son patronyme est désormais B.C..

Ce premier album est sans grande surprise maléfique. Le black metal y est raw de bout en bout, sombre, agressif et rampant à la fois. On connait bien ce style, celui qui ne privilégie pas les mélodies mais plutôt les ambiances suffocantes, et qui a son public. L’un des plus extrêmes dans la scène black metal, car pour apprécier il faut vraiment réussir à se projeter dans un univers possédé par la Bête. Les vocaux par exemple ne sont pas intelligibles. Il y a quelques passages sur lesquels on comprend bien que ce sont des phrases, mais la plupart du temps, ce sont des gémissements, des râles bestiaux. Les compositions sont chaudes, brûlantes, sulfureuses. Et pourtant, PESTIS CULTUS parvient à glisser des tout petits espaces de respiration, comme une guitare acoustique qui disparait aussi vite qu’elle est apparue juste avant la deuxième minute de « Black Tongue ». Moins de 10 secondes ! Et puis il y a aussi l’introduction et la conclusion de l’album qui proposent des sons inquiétants pour accompagner les 7 autres compositions. La surprise c’est que ces parties instrumentales sont réalisées par une légende : Mortiis. Il a encore la main le bougre, et sait apporter des ambiances malsaines justes avec quelques petits bruits dérangeants.

Voilà ce qu’il faut savoir avant de prendre le risque d’écouter les méfaits de PESTIS CULTUS. L’enfer est bel et bien au rendez-vous et l’on se rend compte que le black metal est un style qui peut être tout à fait intemporel. Cet album aurait pu être réalisé il y a 30 ans, 20 ans, 10 ans ou bien dans le futur. Car il y aura toujours des groupes qui comme celui-ci voudra faire vivre une flamme noire démoniaque, et il y aura toujours un publicpour féliciter cette attitude, ce respect d’un black metal cru, hautain, et fier.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
12/02/2021 15:22
Parce que c'est pas original et parce que c'est le plus proche de 666
Funky Globe citer
Funky Globe
12/02/2021 11:49
Pourquoi 6.5 avec une si belle chronique?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Pestis Cultus
Raw Black Metal
2021 - Signal Rex
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6.5/10

plus d'infos sur
Pestis Cultus
Pestis Cultus
Raw Black Metal - 2019 - Australie
  

nouveaute
A paraître le 12 Février 2021

tracklist
01.   Lazarus
02.   Into the Endless Darkness
03.   Black Mass
04.   Cursed
05.   Black Tongue Hymn
06.   H.H.I.
07.   Abel de la Rue
08.   To the Old Ruins
09.   Apocrypha

Durée : 30:00

Essayez plutôt
Sargeist
Sargeist
Unbound

2018 - World Terror Committee Records
  
Orthanc
Orthanc
L'Amorce du Déclin

2011 - Hass Weg Productions
  
Mosaic
Mosaic
Old Man's Wyntar

2014 - Invictus Productions
  
Ether
Ether
Hymns of Failure

2015 - Sepulchral Productions
  
Mare Cognitum
Mare Cognitum
Phobos Monolith

2014 - I, Voidhanger Records
  

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique