chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
194 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Tragedy in Hope - Sleep Paralysis

Chronique

Tragedy in Hope Sleep Paralysis
Je vous présente un Russe. Il s’appelle Sasha Giller.



Sa photo le montre, il est terrifiant. Il ne sourit pas. Il n’a pas envie d’être votre poto ! Et la raison est simple, et remonte à son enfance, ce jour où son père lui a demandé :
« Mon Sasha, tu as décidé ce que tu voudrais faire plus tard, quand tu seras grand ? »
« Je serai CRADLE OF FILTH » avait-il répondu très confiant, et très fier de lui. La réaction avait fait pouffer le père, qui avait ensuite poursuivi :
« On ne devient pas CRADLE OF FILTH, ce n’est pas un métier. C’est quoi que tu veux dire ? Tu veux faire de la musique comme CRADLE OF FILTH ? Tu veux ressembler à Dani ?
_ Je serai CRADLE OF FILTH !
_ Tu ne comprends pas ce que je te dis ? Ce que tu dis est impossible. Sois raisonnable et précise ta pensée. CRADLE OF FILTH existe déjà, tu ne peux pas être CRADLE OF FILTH.
_ Mais je ne sais pas papa... Toi, tu voulais devenir quoi quand tu étais enfant.
_ Je voulais devenir papa.
_ Ah bon. Mais alors tu as réussi à devenir papa ! Alors pourquoi je pourrai pas devenir CRADLE OF FILTH, moi ? C’est pas juste.
_ Je suis devenu papa, mais papa n’existait pas avant d’être papa. Je ne suis pas devenu quelqu’un qui existait déjà, mais je suis devenu papa à ta naissance... »
Inutile d’expliquer que l’explication avait totalement perdu le petit Sasha, qui en garda une rancoeur profonde contre ce père qui avait pu devenir ce qu’il voulait et refusait que lui puisse le faire. Il n’a plus jamais souri depuis. Il s’est consacré à la réalisation de son rêve, de son choix. Et en 2017 il a passé le pas, il a créé TRAGEDY IN HOPE, parce qu’on ne lui a pas donné la possibilité d’utiliser le nom CRADLE OF FILTH On essayait encore de se mettre en travers de sa route, de son destin. Et après des singles et un EP, tous sortis en autoproduction, il déboule enfin avec son premier album en 2021 : Sleep Paralysis. Et le miracle a eu lieu. Sasha Giller a réussi à devenir CRADLE OF FILTH. Ou presque...

C’est une évidence, l’homme fait tout ce qu’il peut pour s’approcher de son groupe fétiche. Mais pas le black symphonique de l’Anglais depuis les années 2000, mais plutôt ce qu’il proposait à ses débuts. Ou plutôt c’est le côté pauvre, DIY, mal maîtrisé et très amateur de ces 8 pistes qui oblige la comparaison avec les débuts du style. Car c’est calamiteux d’un bout à l’autre. Soit parce que la copie est tellement fidèle qu’on se sent soi-même gêné, soit à cause du manque évident de talent musical.

Il y a plusieurs styles de vocaux qui sont utilisés. Le chant principal est une imitation très fidéle du chant strident de Dani. Beau talent d’imitation, Canteloup a du souci à se faire. Et puis il y a une voix masculine qui part parfois dans des aigus. La première piste commence avec. Elle est plaintive mais rate son objectif. Elle ne touche pas. Et enfin, bien entendu, il y a des... Il y a des... Des vocaux féminins pardi ! CRADLE OF FILTH sans vocaux féminins, c’est envisageable, mais c’est comme si on avait oublié la sauce pour nos pâtes. Et les vocaux féminins chez TRAGEDY OF HOPE sont miteux ! C’est une horreur. Il a sans doute cherché sa Sarah Jezebel Deva, il a dû se contenter d’une demoiselle charmante, mais qui est à la ramasse. Pas tout le temps, et elle a un timbre de voix qui correspond au style, mais quand elle est à côté, elle est carrément chez le voisin. Sur « The Celebration of Despair and Woe » on a sûrement voulu qu’elle pronounce plus vite qu’elle ne le pouvait. Et sur le même titre, à 3 minutes 30, elle a son moment de gloire avec un solo dans lequel elle essaie de monter mais pour en fait s’écraser dans la mer de la fausseté. Mais sa pire intervention est sur « Winter Wedding Ceremony » où on lui demande de pleurer. Elle sanglote. Je ne savais pas qu’on pourrait être mauvais dans ce jeu d’acteur. Ses « Ouin ouin » sont mémorables. On peut en rire. Ce serait légitime. En tout cas, c’est d’une imperfection flagrante...

Et c’est ce qui m’a beaucoup plu ! Oui, c’est un twist inattendu, mais j’ai adoré les faussetés. J’ai retrouvé des ambiances « maison », j’ai retrouvé une envie, une passion, des idées qui n’aboutissent pas à un résultat époustouflant mais qui sue le sincérité, et qui finalement forme une aura et un charisme un peu attendrissant. Cette voix féminine est par exemple idéale sur « The Mistress of Dark »... D’autant que musicalement, c’est plus solide. Les morceaux sont bien évidemment largement pompés sur les compositions de CRADLE OF FILTH, mais mince, ça fait aussi du bien d’avoir une copie d’autre chose que du trve black, genre auquel on ne reproche pourtant pas de ne pas varier... Alors je passe un super moment le temps des 45 minutes. Je suis persuadé que peu partageront mon engouement, mais je ne pouvais pas le cacher. Bravo Sasha, car tu as réussi à me convaincre que tu pouvais être CRADLE OF FILTH d’une certaine manière ! Bon, j’ai juste un peu moins apprécié le dernier morceau, qui s’éloigne du black sympho pour de petites expérimentations dark, pop et burlesques, mais c’est peut-être la prochaine étape du groupe maintenant que son premier objectif a été atteint...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
18/02/2021 06:36
J'avais prévu, mais finalement j'ai préféré oublier cette misère.
Jarl_Djevel citer
Jarl_Djevel
17/02/2021 19:33
Quelqu'un pour faire un commentaire sur la pochette ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Tragedy in Hope
Black Metal Symphonique
2021 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Tragedy in Hope
Tragedy in Hope
Black Metal Symphonique - 2017 - Russie
  

nouveaute
A paraître le 12 Février 2021

tracklist
01.   Lucid Dream
02.   The Celebration of Despair and Woe
03.   Fighting with the Rain
04.   Winter Wedding Ceremony
05.   The Mistress of Dark Art
06.   Nightmare Lullaby
07.   Insomnious Autumnal Night
08.   Sleep Paralysis

Durée : 44:53

Essayez aussi
Limbonic Art
Limbonic Art
Legacy Of Evil

2007 - Candlelight Records
  
Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
For All Tid

1995 - No Colours Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Hammer of the Witches

2015 - Nuclear Blast Records
  
Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Dusk And Her Embrace

1996 - Music For Nations
  
The Kryptik
The Kryptik
When The Shadows Rise

2019 - Purity Through Fire
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique