chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Abyssal Vacuum - MMXIX

Chronique

Abyssal Vacuum MMXIX (EP)
Après deux EPs sortis respectivement en 2017 et 2018, Sebastien B. (Bacchus, chroniqué il y a peu, Dysylumn…) et Enno P. ont remis le couvert en 2019 avec Abyssal Vacuum. Toujours pas d’album à l’horizon mais un troisième EP, avoisinant les vingt minutes tout comme ses prédécesseurs. Et quel EP !

La description du projet qui est « Cavernous and deep Black Metal project... », les samples (réalisés par Moïse M. de Bacchus), présents au début et à la fin des titres annoncent la couleur : un bruit grésillant et industriel, cauchemardesque et inquiétant, avec, en fond, des bruits de gouttes qui coulent et résonnent en un bruit si caractéristique d’un environnement cavernicole. On se représente une caverne lugubre et froide aux parois qui suintent d’humidité et des stalactites qui font office de plongeoir pour ces gouttelettes ; un environnement qui n’est pas accueillant pour deux sous. Et encore, cela, c’est bien avant d’avoir entendu la musique du groupe. Mais bon, on sait à peu près où on est, mi-rassuré, mi-inquiet, on se laisse porter. Grosse erreur !

Le duo nous a pris par la main pour nous tirer dans leur univers, et nous y abandonne avec un plaisir non dissimulé. La production n’est pas rentre dedans, on ne se retrouve pas face à un mur du son comme d’autres groupes « caverneux » plus typés Death Metal, non. C’est plus habile que cela, avec tout de même une puissance qui scotche l’auditeur à sa chaise.

Oppressé, on l’est. Et pourtant, et pourtant...Les lead de guitares délivrés à toute vitesse sont hypnotiques, oniriques à certains moments, notre conscience tente de s’évader par un minuscule petit trou de la caverne pour se perdre dans les étoiles, le cosmos… La guitare délivre des enchaînements de notes sinueux et aguicheurs ; chaque ensemble d'arpèges rentre petit à petit dans la mémoire pour ensuite disparaître, remplacé par les suivants. Chez Abyssal Vacuum, la dissonance est de mise, faisant bien entendu penser à vous-savez-qui (x2) et à l’école Islandais. Pour vous donner une image, la guitare lead, c'est un peu le serpent qui tente de nous faire croquer la pomme, elle cherche à charmer notre esprit, à nous placer en transe, alors que finalement, c’est une descente vers les abysses les plus sombres, les plus glauques qui nous attend. Un pas de plus, et c’est la chute.

Ce sentiment de perdition est accentué par l’homogénéité de l’EP ; nous ne sommes pas en présence d’un groupe aux multiples riffs, où l’on est capable de reconnaître chaque morceau à la première écoute. Cependant, ce peu de variations suffit à faire valser au loin un potentiel sentiment d’ennui ou de lassitude qui auraient pu pointer le bout de leur nez. La batterie veille au grain tout le long, seul bouée de sauvetage permettant à l’auditeur de s’accrocher à un élément sonore et de ne pas se perdre dans un environnement glauque à souhait. Le batteur ne fait pas étalage de sa technique, mais frappe juste et sait se montrer technique et original quand il le faut. Ces petits coups sur les cymbale sur le premier titre, ces coups à la double sur le deuxième à 4min20, Enno P. sait précisément comment provoquer une réaction chez l’auditeur sans chercher à le tirer de sa transe.

Amateurs de Black dissonant et tortueux, ruez vous sur cet EP. Et inutile de lutter, vous serez inexorablement happés par la musique créée par les membres d’Abyssal Vacuum. A l’instar de Bacchus, vivement un album du groupe afin de voir ce que le groupe peut nous proposer sur une durée plus longue. En attendant, un nouvel EP devrait être disponible dans les jours à venir !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Abyssal Vacuum
Black Metal
2019 - Egregor Records
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Abyssal Vacuum
Abyssal Vacuum
Black Metal - 2017 - France
  

tracklist
01.   VII  (07:08)
02.   VIII  (07:11)
03.   IX  (08:58)

Durée : 23:10

line up
parution
1 Novembre 2019

voir aussi
Abyssal Vacuum
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)

2021 - Solar Asceticists Productions
  

Essayez aussi
Furia
Furia
Nocel

2014 - Pagan Records
  
Wampyrinacht
Wampyrinacht
We Will Be Watching
(Les cultes de Satan et les mystères de la mort)

2017 - Zazen Sounds
  
Near
Near
Our Sun

2016 - De Tenebrarum Principio
  
The Great Old Ones
The Great Old Ones
Cosmicism

2019 - Season Of Mist
  
Bornholm
Bornholm
Primaeval Pantheons

2016 - Massacre Records
  

The Crown
Royal Destroyer
Lire la chronique
Totengott
The Abyss
Lire la chronique
Totengott
Doppelgänger
Lire la chronique
Scald
There Flies Our Wail! (EP)
Lire la chronique
Los Males Del Mundo
Descent Towards Death
Lire la chronique
Astrofaes
The Attraction : Heavens & ...
Lire la chronique
Enforced
Kill Grid
Lire la chronique
Monte Penumbra
As Blades in the Firmament
Lire la chronique
Possessed
The Demo-nic boxset (Compil.)
Lire la chronique
Engulfed
Vengeance of the Fallen (EP)
Lire la chronique
Torn Fabriks
Mind Consumption (EP)
Lire la chronique
Mäleficentt
Night Of Eternal Darkness
Lire la chronique
Last Days Of Humanity
Horrific Compositions of De...
Lire la chronique
Celestial Sanctuary
Mass Extinction (Démo)
Lire la chronique
La génèse de Simulacrum
Lire l'interview
Leprophiliac
Necrosis
Lire la chronique
Seide
Auakistla
Lire la chronique
Abyssal Vacuum
MMXX (EP)
Lire la chronique
Meuchelmord
Mordmelodien
Lire la chronique
Authorize
The Source Of Dominion
Lire la chronique
Alkerdeel
Slonk
Lire la chronique
Primus
Sailing the Seas of Cheese
Lire la chronique
Dream Theater
A Dramatic Turn of Events
Lire la chronique
Sinira
The Everlorn
Lire la chronique
Aria
Playing With Fire
Lire la chronique
Cathedral
The Ethereal Mirror
Lire la chronique
Witches Hammer
Damnation Is My Salvation
Lire la chronique
Lamp Of Murmuur
Heir Of Ecliptical Romanticism
Lire la chronique
Blurr Thrower
Les Voûtes
Lire la chronique
Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique