chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
200 visiteurs :: Invité  » se connecter  » s'enregistrer

Simulacrum - Genesis

Chronique

Simulacrum Genesis
« If I was the sky
I would shut out all the light
And watch the world fall asleep »

Simulacrum n'est pas tout à fait un dieu du metal progressif en 2021. Formé en 1999 autour des frères Pulkkinen, Christian « Chrism » et Nicholas « Solomon », ce combo a gambergé pendant des années, rendant plusieurs copies restées confidentielles, avant de se distinguer par deux full-length honnêtes, à défaut d'être originaux, au début des années 2010. Olli Hakala accompagnait déjà la fratrie à la basse et au chapman stick depuis l'année 2000. The Master and the Simulacrum, en 2012, ne cassait pas trois pattes à un canard mais promettait pas mal. Sky Divided (2015) et son concept futuriste classique de guerres des mondes et d'invasion alien avait déjà plus de qualités ; le groupe semblait avoir franchi un cap. Outre des facilités techniques évidentes, condition sine qua non pour pratiquer ce genre de musique ambitieuse, le groupe a recruté, au fil des années, pour devenir aujourd'hui un septuet doté de deux chanteurs : Niklas Broman, chanteur principal du combo depuis 2004 assure des lignes typiques du genre qui alterne entre tessitures semi-éraillées et envolées lyriques ; Erik Kraemer, qui a rejoint le groupe en 2016 après de multiples auditions, forme le plus souvent un duo mélodique avec son comparse en lui offrant un supplément de puissance dans les aigus. Le guitariste Petri Mäkilä assure depuis Sky Divided des soli de grande qualité et reproduit ses exploits sur ce nouvel opus. Tatu Turunen et son look de videur de boîte de nuit viking les a rejoint en 2017 pour assurer ces parties batterie techniques que le genre exige. Ils sont tellement nombreux que j'ai l'impression de compter des élèves en voyage scolaire! Pour mon plus grand bonheur, le groupe semble être resté bloqué au début des années 2000 tout en ayant loupé le coche du succès international qui leur tendait les bras à ce moment-là. Nos sept bonshommes ont tout de même gardé de cette période l'envie louable de pratiquer dans leur dernier album un metal progressif authentique aux relents heavy, élevé au grain, aux contretemps et aux soli interminables. Forcément, avec une pochette d'aussi mauvais goût, il ne fallait pas s'attendre à une démarche ultra-moderne. J'ai presque honte de dire que celle-ci m'a suffisamment attirée pour me faire penser que l'affaire avait tout pour être ma came du moment.

Je ne me suis pas trompé : Genesis sonne exactement comme je m'y attendais. Nos Finlandais pratiquent effectivement ce metal progressif un brin nostalgique que Dream Theater ou encore Symphony X n'ont de cesse de lancer avec davantage de régularité dans les esgourdes aventureuses depuis des décennies. Pourtant, le genre offre suffisamment de latitude pour leur permettre d'avoir leur touche personnelle, leur petit truc à eux. Cette petite chose qui fait toute la différence est à chercher du côté des sons de clavier du membre fondateur du groupe, Christian Pulkkinen, qui se placent bien souvent au-delà des riffs mélodiques ciselés que propose Simulacrum. Il n'y a qu'à entendre « Nothing Remains », tube archi-accrocheur pour s'en rendre compte : le leader du groupe est suffisamment bon pour proposer dans ses soli une mélodie intriguante, presque dissonante mais suffisamment virtuose pour le mettre en valeur. Le clip offert à ce morceau met en scène l'éclosion d'une tueuse cybernétique tout droit sorti des années 80 (on pensera à Gunnm, Robocop ou encore à Sigourney Weaver) et porte également en lui ce sens de la démesure jouissif, à ceci-près qu'on évite pas les plans où le groupe joue dans un hangar sinistre. Je ferai fi de cet apparat usé jusqu'à la moelle pour préférer commenter l'efficacité évidente des riffs de guitares que nous offre le septuet sur ce Genesis : « Arrythmic Distorsions » et ses envolées épiques a lui aussi tout du tube efficace et authentique. Son refrain chanté à deux voix aigües, parsemées d'une mélodie poignantes montre que le combo sait ce qu'il fait. Le mid-tempo martial sur lequel repose l'ossature du morceau a tout pour séduire n'importe quel amateur de metal progressif, qu'il soit moderne comme nostalgique.

En effet, Simulacrum n'oublie pas de faire du dépassement de fonction : « Arrythmic Distorsions » tend par moments vers le djent, avec ses riffs contemplatifs saccadés envoyés par des guitares sous-accordées. « Scorched Earth », lui aussi, débute par un « sweeping » offensif pour évoluer vers un riff heavy percutant qui évoque Symphony X par les motifs orientalisants convoqués par le clavier de « Chrism ». La grosse cavalcade de double pédale virtuose et de « palm mute » saccadés qui rythme le refrain et le pont prog à partir de 3'09'' a tout compris : le combo est bel et bien capable de proposer des assauts qui sauront rester dans les annales d'un genre où tout n'a pas été dit. Ce genre de passage bien rythmé remplit totalement le cahier des charges nécessaires à la réussite de ce Genesis! Le solo de guitare de « Solomon » qui s'épanche sur ce pont martial hisse le septuet au niveau de ses inspirations, tout comme le solo de clavier qui utilise ce son rétro propre à « Chrism », qui compose l'intégralité des morceaux. Il en va de même pour le solo initial de « Genesis, Pt. 2: Evolution of Man » qui contribue à installer cette touche très intéressante. La production lui fait constamment la part belle, lui offrant bien souvent un écrin à la mesure de son talent. Dommage que les tremoli des deux chanteurs en fin de phrasés franchissent allègrement la barrière des manières dépassées à plusieurs reprises, comme sur « Like You Like Me » où le refrain qu'ils sculptent en duo demeure un peu crispant. Bien qu'ils s'acquittent du job de manière plus qu'honnête, force est de reconnaître que l'album respire lorsqu'ils se mettent en retrait. Ce n'est d'ailleurs pas pour rien si « Genesis, Pt. 2: Evolution of Man », instrumental qui montre toute l'ambition du groupe, fait partie des tous meilleurs morceaux de cet opus, en terminant par quelques notes de piano du meilleur effet qui confirme l'omniprésence de « Chrism » et le lie avec « Genesis, Pt. 3: The Human Equation » où on retrouve tout de même nos deux gugusses avec bonheur lorsqu'ils adoptent davantage de simplicité dans leurs lignes de chant :

« Gifted desire
Gifted with purpose
Gifted with reason
They may begin to comprehend »

Les quatre derniers morceaux forment d'ailleurs un ensemble conceptuel d'une grande et belle ambition, « Genesis ». « The Celestial Architect » célèbre le prog des seventies avec son pont bien barré où retentit un marimba totalement bienvenu (tenu par un autre frère Pulkkinen, Risto), rivalisant dans l'improbable avec un fulgurant solo de guitare. Belle initiative. Le riff ciselé qui suit cette bouffée d'air frais avec la voix grave robotique propulse Simulacrum vers l'excellence. Les lignes de basse y sont exceptionnelles : Olli Hakala démontre, comme il l'a fait à plusieurs reprises sur cet opus, une virtuosité évidente que la production cristalline nous révèle constamment. C'est également son instrument qui ouvre le dernier morceau, « End of Entropy », grandiose conclusion qui dévoile lui aussi un metal progressif de haute volée, tout en fulgurance de claviers bien rétro, de polyrythmies ambitieuses et de riffs saccadés écrasants. Force est de reconnaître que tout fonctionne fort bien dans ce Genesis qui, malgré sa démarche un peu rétro, ne fait pas l'erreur d'en faire des caisses : d'un très haut niveau technique, il est virtuose sans être démonstratif et n'oublie jamais l'efficacité, à l'image du jeu de jeu de double pédale aux petits oignons de Tatu Turunen qui apporte ce supplément de puissance qui manquait aux précédents efforts du groupe. Son jeu parvient à la fois à apporter la finesse et la lourdeur nécessaires : ses blasts beats furtifs rivalisent de créativité avec ses breaks virtuoses et son travail très subtil de la cymbale ride dans « The Celestial Architect ». Il contribue d'ailleurs à faire des passages atmosphériques du groupe de grandes réussites. Seuls les deux chanteurs, motivés par leur envie – louable par ailleurs – d'atteindre des lignes de chant impossibles, forcent parfois le trait jusqu'à affecter un peu cet ensemble convaincant. « Like You Like Me », morceau plus contemplatif qui évoquent les débuts de Dream Theater, souffre un peu des notes aiguës qu'ils cherchent à atteindre, par souci d'égaler la virtuosité éclatante de leurs cinq collègues. Dommage, car l'épique ouverture « Traumatized » et son riffing heavy qui cartonne son monde d'entrée laissait entendre que Niklas Broman était capable d'aller chercher des tessitures éraillées plus simples mais plus efficaces. Dommage que le refrain – accrocheur par ailleurs – pêche encore par cette obsession pour les lignes de chants lyriques complexes qui font difficilement mouche. Dommage également que Niklas Broman n'ait pas davantage parsemé l'album de ses tentatives de vocalises plus agressives et burnées.

Malgré des défauts imputables aux limites qu'il se fixe à lui-même, Simulacrum nous livre d'assez loin son meilleur album à ce jour. Avec sa production parfaite qui fait ressortir ses riffs efficaces, il s'impose comme l'album de la maturité : plus encore, cette sortie ambitieuse permet aux Finlandais de regarder leurs inspirations dans les yeux et même de rivaliser avec eux. Étrange de dire ça d'un groupe âgé de plus de vingt ans... mais pas plus, finalement, que cet espèce de dieu cosmique aux tons chatoyants tout droit sorti d'un comics de Jim Starlin qui orne avec un certain panache ce Genesis.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
17/02/2021 17:26
Cette pochette mon dieu... faire ça en 2021 chapeau ! Mr Green

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Simulacrum
Metal progressif
2021 - Frontiers Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  6.5/10

plus d'infos sur
Simulacrum
Simulacrum
Metal progressif - 1999 - Finlande
  

nouveaute
A paraître le 12 Février 2021

vidéos
Nothing Remains
Nothing Remains
Simulacrum

Extrait de "Genesis"
  

tracklist
01.   Traumatized  (05:53)
02.   Nothing Remains  (05:52)
03.   Arrhythmic Distortions  (05:32)
04.   Like You, Like Me  (05:46)
05.   Scorched Earth  (06:43)
06.   Genesis Part 1: The Celestial Architect  (08:42)
07.   Genesis Part 2: Evolution of Man  (06:17)
08.   Genesis Part 3: The Human Equation  (05:15)
09.   Genesis Part 4: End of Entropy  (11:23)

Durée : 01:01:23

line up
Essayez aussi
Dream Theater
Dream Theater
Six Degrees of Inner Turbulence

2002 - Elektra Records
  
Dream Theater
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings

2009 - Roadrunner Records
  
Pain of Salvation
Pain of Salvation
Remedy Lane

2002 - InsideOut Music
  
Deadsoul Tribe
Deadsoul Tribe
A Murder of Crows

2003 - InsideOut Music
  
Meshuggah
Meshuggah
I (EP)

2004 - Fractured Transmitter Recording Company
  

Rotting Christ
Triarchy of the Lost Lovers
Lire la chronique
Pearl Jam
Lost Dogs (Compil.)
Lire la chronique
Rotting Christ
Thy Mighty Contract
Lire la chronique
La Voûte #3 - La prérogative de l'Imaginaire
Lire le podcast
Purification
Dwell in the House of the L...
Lire la chronique
Furia
W śnialni
Lire la chronique
Thron
Pilgrim
Lire la chronique
Sanctum
On The Horizon
Lire la chronique
Ulvegr
Isblod
Lire la chronique
XenoKorp,l'enfer du décor
Lire l'interview
Amputation
Slaughtered In The Arms Of ...
Lire la chronique
Ceremony
Rohnert Park
Lire la chronique
Dream Theater
Black Clouds & Silver Linings
Lire la chronique
Afterbirth
Four Dimensional Flesh
Lire la chronique
Edoma
Immemorial Existence
Lire la chronique
Kjeld
Ôfstân
Lire la chronique
Intellect Devourer
Demons Of The Skull
Lire la chronique
Knoll
Interstice
Lire la chronique
Simulacrum
Genesis
Lire la chronique
Socioclast
Socioclast
Lire la chronique
David THIERREE : le meilleur illustrateur de BLACK METAL ???
Lire le podcast
Abyssal Vacuum
MMXIX (EP)
Lire la chronique
Morbid Angel
Abominations Of Desolation
Lire la chronique
Bloodkill
Throne Of Control
Lire la chronique
Dream Theater
Systematic Chaos
Lire la chronique
Sodality
Gothic
Lire la chronique
Tragedy in Hope
Sleep Paralysis
Lire la chronique
Gravesend
Methods Of Human Disposal
Lire la chronique
Les Chants De Nihil
Le Tyran Et l’Esthète
Lire la chronique
Obskuritatem
Hronika Iz Mraka
Lire la chronique